Le Mans s’impose à Nanterre

Dans un match très disputé, c’est finalement le MSB qui décroche sa qualification pour les quarts de finale (79-77).

Le risque en Coupe de France est parfois de manquer d’adresse étant piégé par un faux rythme. Et le début de rencontre entre la JSF et le MSB n’a pas fait mentir la règle. Si les Locaux arrivaient à se créer des positions de tir, le dernier geste était bien souvent maladroit. Mais lorsque la JSF arrive à ne pas se laisser imposer le rythme, elle se facilite la tâche et redouble d’efficacité à l’image du duo Corosine-Passave Ducteil. Seulement, ce JSF-MSB est un vrai match laborieux avec cette réussite fuyante mais que le MSB compense en se montrant opportuniste en contre-attaque. Ou quand Taylor Rochestie et son bras magique se mettent en action. En fin de quart-temps, on assiste d’ailleurs à une pluie de tirs primés. L’absence de Rochestie, sorti après une anti-sportive, n’a cependant pas enrayé la machine MSB avant la première pause (16-22).

Face à la menace Alex Acker, la JSF reste pour le moment sans solution. C’est bien simple : l’US rentre tout ce qu’il tente. Accusan jusqu’à dix points de retard, la JSF doit s’en remettre à ses extérieurs pour scorer. Inspiré par cette réussite, Ryvon Covile fait lui aussi démonstration de ses qualités de finisseur. Mais s’il permet à son équipe de rester dans le match, la JSF se rend coupable de largesses défensives sur les remontées de balle. C’est en retrouvant de l’adresse et avec un tir primé de Mykal Riley que la JSF se relance. En se montrant aussi plus précise dans la récupération du ballon, l’équipe de Pascal Donnadieu arrive aussi à limiter ses petits shoots faciles qui lui ont jusque là fait très mal. La sortie de Marc Judith aura destabilisé l’équipe au point qu’elle prenne un 6-0 rapide qu’elle ne réussira pas à rattraper avant la pause (35-40).

Avec un tir primé d’entrée, Nanterre a sorti les crocs. Même Stephen Brun trouve le chemin du cercle mais un panier tout en force de Charles Kahudi vient rapidement rappeler la solidité des joueurs du MSB. Les deux équipes livrent un match beaucoup plus intensif et plus proche de ce que l’on verrait en championnat. Tellement engagé que Taylor Rochestie est contraint de commettre sa troisième faute. En étant dans la pénalité au bout de quatre minutes seulement, le MSB risque de le payer très cher si les shooteurs nantérriens se présentent sur la ligne des lancers-francs. Et si JP Batista montre l’exemple dans l’intention offensive, la JSF répond, ce qu’elle ne faisait pas forcément au cours de la première période. Avec une grosse réussite au tir primé, les coéquipiers de Mykal Riley se payent même le luxe d’attaquer le money-time avec l’avantage (60-56).

Retombant dans leurs travers du début de match, les deux équipes pêchent dans la finition, laissant trainer quelques petites fautes par-ci par-là. Nanterre paye d’ailleurs chère celle de Marc Judith qui remet le MSB à un seul petit point. Comme bien souvent, c’est Riley qui relance la machine suivi par Ryvon Covile sur un dunk puissant. Cela aurait été une bonne opération si Rochestie, en froide lame, n’avait pas planté un tir primé derrière. Mais la JSF sait provoquer la chance à l’image du panier enroulé de Judith. Dans un gros mano-à-mano, chaque panier vaut très cher. Comme celui de Covile qui refait passer la JSF devant à 1min30 de la fin. Derrière, Diante Garrett plante un panier dans la raquette. Mais en 30 secondes, le MSB refait son retard. Rochestie vient alors marquer un panier dans la raquette assez limite mais bien accordé par l’arbitre. Une action décisive puisque la JSF n’aura pas réussie à faire son retard et laisse donc échapper la qualification (79-77).

Tags : , ,
Comments

Commentaires (4)

  1. aurelie

    Encore une victoire à l'arrachée du msb à Nanterre, il n'y a vraiment pas de quoi à pavoiser et faire les fiers. Bravo à Nanterre qui avec son budget riquiqui fait plus que résister en pro A.

    Quand on voit les difficultés que l'on rencontre pour battre les équipes de la deuxième partie championnat, je me dit que le msb est tout à fait à sa place à la 6ème. Le msb a parfois fait des exploits face au top (orleans aux as, nancy et gravelines sur un coup de poker) mais la plupart du tps il se prend de grosses "branlées" ou n'est pas loin de les battre mais cela ne vas pas plus loin . Il ne faut pas oublier que msb n'a pas le msb n'a pas le goal average sur orléans, gravelines, chalon et nancy : il nous faut donc deux victoires de plus qu'eux pour les dépasser au classement. Le msb à un banc indigne de ce nom : diot et koffi qui prennent selon timick une bonne partie de la masse salariale (350 000 euros à peu près à eux deux) pour un apport inexistant. J'ose même pas imaginer le banc que l'on aurait pu avoir si on avait pas pris le risque de conserver deux joueurs perpétuellement blessés.

    C'est malheureusement une réalité que l'on ne peut pas nier. On a pas une mauvaise équipe sinon : rochestie, sommerville, batista, acker et charles mais un banc digne d'une équipe qui part pour la relégation en pro B nous empêche d''être performants sur la durée de la saison. Cela ne sert à rien de refuser de voir la réalité en face.

  2. Ridicaurelie

    Aurelie tu connais le basket toi mdr

  3. 72BOB

    @Aurélie : il faut savoir modérer ses propos !!!!Un match de Coupe n'est jamais facile,et de plus chez un adversaire très coriace avec R.Covile qui a toujours "une dent" contre le MSB …L'important, c'est de gagner.

    Concernant l'effectif, nous sommes le 14 Mars: on ne va pas faire la révolution maintenant !!!Antoine va se faire opérer et Alain va finir tant bien que mal cette saison : espérons que le staff du MSB retiendra cette leçon pour l'année prochaine. En attendant, vive la Coupe et le MSB !!

  4. jo

    aurélie la coupe de france c'est sur un match couperé et les équipes comme nanterre n'ont rien à perdre donc voila je pense que pour une fois ils ont réussi à relevé la tête en fin de match. go msb