34 ans de Tony Parker : son chef d’oeuvre contre l’Espagne à l’Euro 2013

Au lieu de nous focaliser sur sa carrière US, nous avons préféré vous rappeler ce qui reste certainement son plus grand exploit en Bleu lors de l’Euro 2013. Focus sur sa demi-finale contre l’Espagne

Tony-parker-Eurobasket-2013-BIG-950Son titre de MVP de finales en 2007 ? Ses quatre titres NBA ? Sa longévité avec les San Antonio Spurs ? Oui nous aurions pu aborder tous ces sujets pour fêter les 34 ans de notre légende qu’est Tony Parker. Mais au lieu de ça, quel plus beau souvenir, pour nous Français, que de conter ce qui reste à ce jour comme certainement sa plus belle performance avec le maillot de l’équipe de France, cette insoutenable demi-finale contre l’Espagne lors de l’EuroBasket 2013.

Tony Parker et la malédiction espagnole

Remontons le temps de presque trois années, pour débouler dans l’antre de Ljubljana. L’Equipe de France, en difficulté dans ce tournoi avec trois défaites lors des phases de poule, vient de sortir la Slovénie de Goran Dragic chez elle en quart de finale. Une sorte d’exploit vu le contexte. Mais le plus gros morceau arrive pour les Bleus, son pire ennemi l’Espagne, l’équipe qui a fait tant de mal à TP et sa bande lors des précédentes campagnes depuis 200, se dresse face à elle, encore une fois. Les deux équipes se retrouvent avec pas mal d’absents dont Pau Gasol et Juan Carlos Navarro côté ibérique ou encore les 3/4 des intérieurs tricolores (Joakim Noah, encore espéré à l’époque, Ian Mahinmi, Kevin Seraphin…). Qu’importe, les troupes de Vincent Collet n’ont qu’un seul objectif, mettre fin à cette malédiction et ramener la breloque en or.

« La vainqueur de ce match remportera la finale » avait expliqué Parker à l’époque.

Mais la première mi-temps ne se passe pas du tout comme prévu. Malgré son meneur NBA, auteur de 14 des 20 points, 7/9), la France pointe à 14 longueurs après 20 premières minutes catastrophiques (34-20). Le rêve est passé serait-on tenté de penser. Le problème semble mental et mis à part TP, aucun des Bleus n’est dedans (3/20 sans Parker). Ce qui se passe après, dans les vestiaires, restera comme l’un des grands coups de gueule les plus célèbres du sport français.

Les actes et les paroles pour le boss

Les mots d’un leader pour toucher l’égo de chacun. C’est aussi en ça que ce match restera dans lesTony-Parker-France-Espagne-Eurobasket-2013-1000x703 mémoires, pas seulement pour sa performance sur le terrain, mais aussi sur l’impact qu’a eu ce discours, celui du compétiteur ultime. Au début du 3e quart-temps, les Bleus sont transfigurés et suivent les pas du triple champion NBA.

Une défense de fer (seulement un point encaissé en 5 minutes) et un Tony toujours aussi saignant qui multiplie les coups d’éclat tout en impliquant le reste de l’équipe. Il y a match, même lorsque la France, revenu à un point, redonne un peu de large à l’Espagne à 6 minutes de la fin (58-51). À 3’20, le patron sur un énième lay-up égalise à 61 partout. C’est encore lui qui fait passer son équipe devant 90 secondes plus tard avec un shoot derrière l’arc. Il totalise à ce moment-là 28 unités. La balle de match est pour lui mais il est contré par Victor Claver, ce même Claver qui va l’envoyer valdinguer avec une grosse faute lors de l’overtime. Tony Parker inscrira quatre lancers en prolongation, et permet de prendre surtout deux possessions d’avance. La fin de match est gérée tant bien que mal mais quelle délivrance lorsque Gasol rate l’égalisation sur une ultime tentative.

Le meneur des Bleus est au paradis. Il vient d’envoyer quasiment à lui-seul, par ses actes (32 points à 11/19) mais aussi ses paroles, sa nation vers sa deuxième finale consécutive dans un Euro. Deux jours plus tard, la Lituanie était terrassée et il remportait son premier titre continental avec les A, après 10 ans d’aventure. Mais putain quel pied et qui n’a pas chialé après cette rencontre de légende. Alors oui bon anniversaire Tony Parker et ramènes nous quelque chose pour ta dernière épopée à Rio.

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.