Abdou M’Baye : « Nicolas Batum est un des meilleurs ailiers européens »

Avant de rencontrer le SLUC de son pote Nicolas Batum, Abdoulaye M’Baye a répondu à nos questions.

Qu’as-tu pensé de votre premier match de la saison contre Cholet ?

Le match contre Cholet était déjà une très bonne victoire à prendre parce que peu de monde nous donnait gagnant. Vu la préparation que nous avons faite, peu de gens nous voyaient gagner, c’était un beau match de notre part même si nous avons fait pas mal d’erreurs. Nous avons un peu buté sur leurs zones, on a été longtemps derrière, mais nous avons réussi à trouver les ressources nécessaires pour l’emporter au final.

Est-ce que tu penses que ça peut lancer votre début de saison ?

Oui, il est sûr que sur le plan comptable nous ne pouvions pas mieux commencer. Ça nous permet de travailler un peu plus sereinement pour le match de Nancy et le match du Havre qui arrivent. C’est surtout ça, ça nous permet de travailler sereinement, mais après, c’est vraiment qu’une victoire et il ne faut pas s’arrêter là.

Trouve- tu que vous avez eu une préparation compliqué mais que ça prend bonne allure?

Il est vrai, comme on a pu le voir au niveau des victoires, que nous étions la moins bonne équipe de la présaison. A côté de cela, nous avons beaucoup de nouveaux joueurs. Nous en avons 5 sur les 6 quand même qui découvrent le niveau professionnel. Donc forcément nous savions que ça n’allait pas être facile de gagner des matchs au début mais à chaque match que nous avons joué, nous avons progressé. Il y a quand même des choses positives à tirer de cette préparation.

Vous avez une équipe complètement différente de la saison dernière, une équipe plutôt jeune, c’est quelque chose qui te plaît ?

Oui, oui ! Forcément en tant que jeune joueur, tu aimes bien avoir beaucoup de jeunes autour de toi, ne serait-ce qu’au niveau de l’ambiance ou même au niveau de l’envie de progresser, de travailler. Tous les jeunes qui sont là ont vraiment envie de travailler, de progresser, de faire d’abord une grande saison collectivement, puis faire une grande carrière plus tard. Nous avons tous le même objectif, c’est positif.

A l’image du match que vous avez gagné contre Cholet, est-ce que tu penses que vous pouvez créer la surprise cette saison ?

Oui, c’est sûr. Après, nous, on le pense même si nous n’allons pas l’étaler sur la place public. Entre nous les joueurs, le coach, on sait où on veut aller, on sait que nous allons devoir beaucoup travailler. On sait que ce ne sera pas facile tous les jours, ce sera peut-être une surprise pour les autres, puisqu’on sait que les gens, étant donnée la jeunesse de l’effectif, ne nous attendent pas forcément, mais nous on sait vraiment où nous voulons aller.

Il y a des joueurs dans cette équipe qui t’impressionne ?

Tous les nouveaux joueurs, vraiment ! Chacun a ses qualités. Justin (Harper), pour un gars de sa taille et de son gabarit, a un shoot incroyable. Lavoy (Allen) a vraiment un grand sens du rebond. Kevin (Anderson) a une grande capacité à scorer comme on voit rarement. Même les deux plus jeunes : Hugo (Invernizzi) a un vrai shoot, Axel (Toupane) a une certaine polyvalence… Donc tous les jeunes joueurs qui sont là ont vraiment de grosses qualités, et sont bien entourés par les anciens, que ce soit Aymeric ou Ricardo.

Quel est la différence du rôle que tu as cette saison dans cette équipe par rapport à la saison dernière ?

L’année dernière, j’étais vraiment le plus jeune de l’équipe et de loin et là je suis pratiquement parmi les plus vieux de l’équipe. (rires). J’ai plus de saisons jouées que tous les 5 réunis. C’est vrai que le rôle est différent quand même. Je dois, même si c’est pas forcément dans ma nature au début, être plus leader, essayer d’être plus vocal, essayer de montrer l’exemple, aider ceux qui connaissent moins le championnat.

Bien que ce ne soit pas dans ta nature, est-ce que c’est quelque chose qui te plaît ?

Oui, puisque les gars sont vraiment de bon mecs, c’est un état d’esprit complètement différent par rapport à la saison dernière, on a vraiment tous envie d’avancer ensemble.

La venue du coach de l’EDF, Vincent Collet, c’est quelque chose qui rajoute un peu de piment à ta saison ?

Oui, forcément, on peut dire maintenant que c’est un des plus grands coaches européens à l’heure qu’il est. C’est sûr que c’est vraiment bénéfique pour moi de travailler avec quelqu’un comme ça qui veut vraiment me faire avancer, me faire évoluer.

Que t’a-t-il dit en début de saison ?

Plein de choses. De vraiment essayer de passer un palier cette année pour évoluer au niveau supérieur en faisant plein de petites choses d’autres que le scoring, c’est-à-dire défendre, améliorer ma compréhension du jeu collectif offensif et défensif. Plein de choses différentes que le scoring qui me permettront vraiment de passer un palier et passer à la catégorie au-dessus.

Vous avez battu Cholet, vous jouez Nancy samedi. Si vous voulez battre Nancy samedi, ça passera par quoi ?

Ça passera déjà par une bonne gestion du tempo, ne pas les laisser s’enflammer, dérouler leur jeu. Surtout à Gentilly, ils affectionnent beaucoup le jeu rapide. Il ne faut pas paniquer notamment face à leur pression tout-terrain que se soit avec John, Pape, ou Nicolas sur les ailes… Il faut que l’on joue notre basket et qu’on essaye de jouer notre jeu au maximum et jouer la victoire.

C’est une équipe qui vous impressionne?

C’est une très bonne équipe, ils sont sûrement les favoris du championnat sur le papier. Mais nous avons nous aussi nos armes, nous n’allons surtout pas aller en victimes là-bas. Même si nous savons que ce sera difficile, ce n’est pas un match où nous allons nous dire que c’est Nancy et qu’on a le droit de perdre, non ! Ce n’est pas un match où on se dit qu’on y va sans pression, non ! On y va avec la pression de vouloir faire un beau match et gagner.

Est-ce que la présence de Nicolas change les choses ?

Ca les complique un peu plus quand même, parce qu’au dernier Euro il a montré que c’était un des tout meilleurs ailiers européens. On sait qu’il est là, on sait qu’on ne pourra pas l’empêcher de mettre 15 points, de prendre 5 rebonds et de faire plus de 5 passes, mais il y a d’autres joueurs dans l’équipe, il n’est pas tout seul et si on réussit déjà à limiter leurs autres joueurs majeurs, ça nous mettra sur la bonne voie.

Penses-tu que les arrivées de Nicolas, Tony et Boris vont permettre, via la nouvelle médiatisation, de vous montrer un peu plus?

Oui, peut-être que les gens vont suivre plus le basket. Ils porteront forcément plus d’attention sur les perfs de Tony, Nico et Boris. Mais le fait que plus de monde va s’intéresser à la ProA peut être bénéfique pour tous les joueurs du championnat.

Un petit message pour Nicolas?

Qu’il soit prêt parce qu’on a entendu parler de lui toute la semaine !!! (rire)

Tags : , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.