Adrien Moerman : « Bilbao me voulait vraiment »

Après une solide saison avec le SLUC Nancy, l’ailier-fort va découvrir la Liga avec Bilbao. Un défi q’uil aborde avec confiance et envie.

BasketActu : Tu viens de t’engager avec Bilbao pour trois ans ; on imagine que tu es satisfait ?

Adrien Moerman : Oui c’est vrai que je suis satisfait. C’est ce que je cherchais au bout de cette année, partir à l’étranger… Grâce à Nancy, j’ai pu réussir. Le coach aussi m’a fait confiance. Alors décrocher un contrat de trois ans dans un gros club comme Bilbao,  où il y’a beaucoup de bons joueurs, c’est une joie pour moi.

 

BasketActu : Mais tu t’étais engagé pour plusieurs saisons avec Nancy, tu t’attendais à partir si vite ?

AM : Peut-être pas. C’est vrai que je me voyais davantage partir au bout de la deuxième année dans un club européen. Mais le cas s’est présenté au bout de la première année. J’en ai longuement discuté avec Pascal (Lévy, son agent ndlr). Après à 23 ans, c’est une belle aventure qui peut se faire, à vivre. Comme je l’ai dis à mon agent, je ne sais pas si j’aurais reçu des offres en restant cette année. Cette opportunité ne se serait peut-être pas représentée.

 

BasketActu : Les contacts avec Bilbao sont récents ?

AM : Le premier contact remonte après la belle que l’on a disputé contre Le Mans. Ils m’avaient appelé pour me dire qu’ils étaient très intéressés par moi. Ça n’était pas encore sûr mais presque. J’en ai discuté avec Pascal et je pense que le meilleur pour moi c’était de quitter Nancy. J’ai vécu une bonne saison avec eux et c’est ça qui m’a permis de signer à Bilbao.

 

BasketActu : La saison de Nancy n’a jamais été simple ; quel bilan en fais-tu ?

AM : Au début, c’est vrai que l’arrivée de Nicolas Batum nous avait fait beaucoup de bien. Il nous a appris beaucoup de choses. En Euroleague, il nous a fait gagner des matchs. On s’est un petit peu reposé sur lui et pour le remplacer ça a été plus dur. Des joueurs de ce talent là, il n’en y a pas beaucoup qui courent les rues. Mais je pense qu’après on s’est bien battu. On a recruté des joueurs qui n’avaient pas le même niveau. Mais ce que je retiens c’est que l’on s’est battu jusqu’au bout. En playoffs, ça n’est pas passé loin.

 

BasketActu : Dans quels secteurs de ton jeu as-tu eu l’impression d’avoir le plus progressé cette année ?

AM : Cette année, j’ai vraiment retrouvé de la confiance en moi. Le jeu que j’ai proposé cette année, c’est celui que j’avais en Pro  B. C’est un jeu où on me laisse m’exprimer et quand je suis parti à Orléans, je pense que c’est ce qu’il me manquait un peu. A Nancy, c’est ce que j’ai retrouvé. Le coach m’avait parlé tout l’été, il m’a dit en confiance et il m’a donné les clés pour réussir.

 

BasketActu : Maintenant place à la Liga. C’est un championnat que tu avais dans l’idée de rejoindre un jour ?

AM : Oui. La Liga, on connait, c’est l’un des championnats les plus élevés en Europe. C’est vrai que partir en Espagne, c’est quelque chose dont j’avais parlé avec mon agent. Si ça avait été un autre club que Bilbao, j’aurais pris quand même. Mais tomber sur un club qui a fait l’Euroleague, c’est encore mieux et je pense que ça va me faire encore plus progresser.

 

BasketActu : Se voir proposer un contrat longue-durée c’est également une marque de confiance…

AM : il y’avait aussi la clause à payer (60000 euros, ndlr). Quand vous avez une clause à payer, je pense que derrière le club veut avoir une assurance de pouvoir vous signer trois ans. En plus, ça n’est pas comme si j’avais 30 ans, je vais sur mes 24 ans. Ce que le club voulait faire en rachetant mon contrat, c’était de me signer à long terme. C’est bien pour moi et c’est une sécurité aussi d’avoir un club qui vous veut pour trois ans. Un club qui vous veut pour deux ans, c’est qu’il n’a pas forcément confiance. Il veut voir comment vous jouez la première année. Là le club de Bilbao me voulait vraiment et ça me donne confiance pour la saison prochaine.

 

BasketActu : Est-ce-que tu as déjà eu des contacts avec ton futur coach ?

AM : Pas du tout. Je dois aller les voir le 17 juin pour chercher mon appart, faire la visite médicale, peut-être parler avec le coach… Mais ça pourra se faire d’ici là. Pour l’instant, il y’a juste des journalistes de là-bas qui m’ont appelé.

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.