AK47 stratosphérique, le Groupe A loca loca loca

Le Fener survit en OT, Caja Laboral perd à domicile, les 6 équipes du groupe se tiennent en 1 victoire !

Par Julien Debove

Caja Laboral 84-89 Bilbao

Grosse sensation dans le derby basque. Les joueurs de Bilbao passent un 11-0 totalement inattendu en tout fin de 4e QT malgré Jackson, Fischer et Grimau sur le banc avec 5 fautes et viennent coiffer les joueurs de Dusko Ivanovic au poteau. Le Grec Kostas Vasiliadis, top scoreur pour Bilbao (21 pts) rentre des lancers précieux dans le money-time et Marko Banic (12 pts à 6/7) rentre 2 shoots déterminants. Alex Mumbru (14 pts) a aussi mis le 3 pts en tête de la raquette (les visiteurs terminent à 57% derrière l’arc-de-cercle !) qui a totalement mouillé les sous-vêtements des supporters de Vitoria. Caja Laboral s’est malheureusement bien dans de beaux draps avec cette défaite à domicile qui suit le revers à Nancy dans un groupe hyper compact (3 équipes à 3-2, les 3 autres à 2-3). Le top scoreur de l’Euroleague, MirzaTeletovic, a certes aligné de grosses stats (26 pts – 8 rbds) mais il était porté disparu dans les dernières minutes. Pablo Prigioni a tout tenté (17 pts, 4 ass plus ses 3 interceptions syndicales) et Kevin Seraphin était sur le parquet dans les moments chauds, pour le meilleur (9 pts, 100% aux lancers et 4 rebonds offensifs) et pour le pire (2 pertes de balle létales en fin de match). Ce groupe est complètement fou, ça va se jouer à la différence de points : chaque lancer est important.

 

 

Fenerbahçe Ülker 85-83 Bennet Cantù (a.p.)

Le Fener s’est fait tellement peur. Largement en tête dans le dernier quart temps, les Turcs se font rejoindre à 10 secondes de la fin sur un triplé bien burné de Mazzarino (top scoreur pour les Italiens avec 12 pts) dans le corner. Thabo Sefolosha (14 pts – 7 rbds) choisit le début de la prolongation pour prendre les choses en main avec plusieurs stops défensifs et une claquette en déséquilibre digne de Peter Parker. L’arrière Ömer Onan, meilleur marqueur de la rencontre (18 pts), ajoute sa petite contribution. Les Italiens restent dans le match grâce à leur excellente circulation de balle (16 assists contre 6 pour les locaux) et surtout leur adresse sur la ligne (87%). A côté de la plaque à longue distance (1/8 sur tout le match), les Turcs se tournent vers le pivotOguz Savas (13 pts – 5 rbds) qui donne le tournis sous le cercle à Shermadini et Marconato dans la peinture avec ses jolis moves dos au panier. Roko-Leni Ukic (12 pts – 5 rbds) finit le travail sur la ligne de réparation et pense offrir une victoire de 5 points au Fener… avant que le sniper Gianluca Basile (12 pts) ne téléguide un missile au buzzer de son propre camp. Soirée sueurs froides pour les fans turcs.

 

 

KK Zagreb 80 – 78 Zalgiris Kaunas

Quelque part en Bavière, les joueurs de Bamberg ont la banane : les Lituaniens du Zalgiris ont peut-être laissé filer leurs rêves de Top 16 avec cette défaite de 2 pts à Zagreb. Les Croates, qui avaient jusqu’alors perdu chacun de leur match avec une moyenne de près de 27 pts d’écart, sont allés chercher la victoire dans le 4e QT grâce à un triplé bien clutch du gaucher Krunoslav Simon (22 pts à 8/13) et un dernier move dos au panier du tatoué Mario Kasun (11 pts – 5 rbds). Plus tôt dans la partie, l’Américain Josh Heytvelt avait cartonné à 3 points et en alley-oop en transition (double-double 17 pts – 11 rbds). Sale soirée pour le Zalgiris, timide en défense (0 contre) et maladroit en attaque (43% sur la soirée) : le cerf-volant Sonny Weems s’est fait trèèèèèès discret (5 pts à 1/8) et son acolyte Ty Lawson n’a pas fait mieux (4 pts – 2 dimes). Sinon chapeau à tous les joueurs du Fantasy Challenge qui avaient fait confiance à Paulius Jankunas, qui finit à un 38 d’éval kirilenkien (24 pts – 11 rbds).

 

 

CSKA Moscou 77-66 Unicaja Malaga

Pour son 5e match d’Euroleague de la saison, le CSKA recevait ce soir le club de Malaga bien décidé à faire tomber l’ogre moscovite dans son antre. Dès les premières minutes, Joel Freeland (14 & 9) et ses coéquipiers sautent à la gorge des locaux et arrivent à les faire douter (12-14 à la fin du premier quart). Mais dans le 2e quart, la tendance s’inverse sous l’impulsion d’un Teodosictranchant (19 pts à 4/6 et 4 dimes) et d’un Kirilenko toujours aussi impressionnant des deux côtés du terrain. Le rouleau compresseur est en marche et accélère dans le 3e (28-12) faisant monter l’écart à plus de 20 points. Dans le 4e Kazlauskas fait tourner et Unicaja en profite pour réduire l’écart (15-25) mais pas suffisamment pour inquiéter la bande à Andrei. Le fusil d’assaut russe termine le match avec une ligne de stats une fois encore hallucinante en ayant pourtant shooté qu’à 3 reprises (!!) : 17 points à 2/3 mais 12/13 aux FT, 9 rebonds, 2 passes, 6 steals et 3 contres pour un joli 39 d’éval.

 

Tags : , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.