Alain Béral : « Nous nous sommes adaptés pour rendre le championnat télégénique »

Dans une interview accordée au quotidien Sud Ouest, le président de la Ligue est revenu sur l’évolution du championnat français.

L’année dernière, après la médaille d’argent des Bleus à l’Euro en Lituanie, la rentrée LNB avait été rythmée par l’arrivée des NBAers venus renforcés quelques équipes françaises le temps du lockout. Les clubs avaient profité de ce buzz pour faire grimper les recettes et remplir leur salle. Et la Ligue a également surfé sur la vague en innovant en matière de communication. Où en est le basket français ? Dans les colonnes du quotidien Sud Ouest, Alain Béral, président de la Ligue fait le point.

Sur l’arrivée dans l’élite du club de Boulazac

« On parle des exemples à suivre pour le basket-ball français, Boulazac en est un bon. Que ce soit au niveau du public, par exemple. Je l’ai vu au Palio, mais aussi à Bercy. Il y a également la salle qui est magnifique, les collectivités, les partenaires. C’est l’exemple parfait de ce qui marche. Et puis le basket-ball a besoin des terroirs. Boulazac occupe bien le secteur Sud Ouest, ça semble être solide. »

Sur la wild card

« Ce sera une commission indépendante. Elle se basera sur le développement du basket et des structures dans les régions et les villes. Mais je souhaite que Boulazac se maintienne. La wild-card est là pour faire émerger le basket dans des zones économiques. D’avoir des têtes de gondole. »

Sur la saison à venir

« Avec la Pro B, nous allons avoir deux beaux championnats. D’ailleurs, pour la Pro B, nous essayons d’attirer des diffuseurs. Car les clubs vont faire des efforts pour obtenir ces wild-cards. Quant à la Pro A, les budgets et masses salariales sont en hausse. L’exemple c’est Chalon-sur-Saône, qui s’est bâti une équipe pour jouer sur tous les tableaux, dont l’Euroligue. Et puis nous nous sommes adaptés pour rendre le championnat télégénique. »

Sur le nouveau format des playoffs

« C’est l’occasion de créer une histoire. Le problème de la Pro A, c’est que le champion va directement en Euroligue. Et il faut être sûr que le meilleur gagne. Or, sur un match sec, tout est possible. Surtout en basket-ball. Dorénavant, au meilleur des cinq matchs, c’est difficile de l’emporter si vous n’êtes pas le meilleur. Les play-offs sont un deuxième championnat, Boulazac l’a vécu l’an dernier en Pro B. Il faut créer un feuilleton. La finale en cinq manches va mobiliser deux régions. Ça fera tellement de bruit que la résonance durera plus longtemps. »

Lire l’intégralité de l’interview ici

Tags :
Comments

Commentaires (13)

  1. GW

    "la salle qui est magnifique, les collectivités, les partenaires. C’est l’exemple parfait de ce qui marche."

    J'espère que les wild card intégreront aussi une dimension sportive comme les résultats depuis 5 ans, la gestion de la masse salariale, la staibilité, la place des français dans l'équipe et la qualité de la formation.

    Parce que si une salle, des collectivités et des partenaires était l'essentiel pour un club, Pau ne serait pas en pro B et Nanterre n'aurait pas connu une progression aussi fulgurante depuis 3 ans !

    "nous nous sommes adaptés pour rendre le championnat télégénique"

    Ah d'accord en fait c'est la ligue qui a fait des concessions pour être diffusé sur Sport + et non l'inverse !

    Je pensais à l'inverse que Sport + était une chaine en perte totale de vitesse qui avait justement besoin de faire des efforts pour conserver la pro A face à la concurrence de Bein Sport.

    Par contre on ne peut que partager son analyse sur les playoff. Et dire ENFIN une vraie formule !

  2. PolloHermano

    "Nous nous sommes adaptés pour rendre le championnat télégénique" putain mais mon pauvre Alain, dans quel monde tu vis ?

    Même le Handball nous a niqué (diffusé sur canal plus)

    Le diffuseur historique du basket (si on peut parler de diffuseur historique tellement y'a pas d'audience) : sport + a fait du hand son 3eme sport devant le basket.

    mais serieusement quand est ce que ces bureaucrates de merdes vont bouger et passer la main a de vrais passionnés (qui au demeurant ne manque pas d'idées (cf regarder ce que le quai 54 est devenu en 10 ans et comparer a ca comment vegete le basket pro en france) ?

  3. on rêve ?

    rien sur l'énorme succès populaire du match des champions ? grâce à lui (et d'autres gens hyper compétents…) le basket ne réussit même pas à remplir une salle de 3000 places à Paris, malgré toutes les invitations…

    le championnat télégénique ? il sait que plus personne n'a sport+ ?

    trop crédible ce type….

  4. lasupred

    en foot comme en basket , dès que t'es dans le milieu pro , t'es déconnecté de la réalité

  5. Homeland

    Monsieur Béral, concernant les fameuses wild-card, pouvez-vous nous expliquer ce changement élargi aux équipes de Nationale 1 qui fait suite à un entretien et une invitation dans les hautes sphères politiques avec le Sénateur-maire d'Orchies ? C'est étrange tout de même. Mon petit doigt me dit que…

  6. richie

    A CHOLET il y avait la fanfare!!! et les patous

  7. richie

    loi française