Alain Weisz : « Je sais que mon équipe est complètement crevée »

Pour Alain Weisz, le marathon dans lequel est engagé le Sluc Nancy explique que ses joueurs soient apparus émoussés face au Paris Levallois.

Alain-Weisz-large-MerciecaQui a dit qu’il n’existait pas de solidarité francilienne ? Car à voir l’état physique des joueurs lorrains face au Paris Levallois lors du match retour des quarts de finale des playoffs, on se dit que ces derniers ont laissé beaucoup de plumes à Coubertin dimanche quand ils ont affronté Nanterre en finale de la coupe de France. Au bout d’un quart-temps l’affaire était ainsi scellé, le Sluc encaissant un 23-0 rédhibitoire pour la suite des évènements. Alain Weisz a d’ailleurs beaucoup fait tourner économisant notamment ses deux intérieurs Randal Falker (18 minutes) et Florent Piétrus (21 minutes) pour la belle de ce samedi à Gentilly.

« Je sais que mon équipe est complètement crevée. On a joué un match dimanche, on n’a pas joué économique nous. On a rejoué mardi puis aujourd’hui (hier), on n’a même pas quarante-huit heures de repos. Ce match-là, Paris l’a très bien commencé avec beaucoup d’agressivité. Ils s’étaient fait bouger mardi et ils ont tenu à montrer qu’ils n’étaient pas des petits joueurs. Ils ont réussi à le faire. Il y’a ce deuxième quart-temps durant lequel on encaisse 23 points mais c’est surtout le 10-0 initial quand Banks remplace Hannah. Le jeu s’est complètement délité; on était dans le coup et on prend douze points de retard en moins de temps qu’il faut pour le dire. Il faut faire encore plus d’efforts que ce qui est prévu. On avait compris rapidement que ça ne serait pas notre soir. Tout va se jouer samedi, à nous de réagir ».

Sinon ça sera les vacances prématurées pour les Lorrains…

 

Crédit photo : Mercieca

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.