Alain Weisz : « Ca se joue à peu de choses »

Pour le Nancy d’Alain Weisz, il aura manqué trois minutes pour pouvoir s’adjuger la Coupe de France.

Alain-Weisz-large-MerciecaSi Nanterre a remporté la Coupe de France 2014, la balance aurait très bien pu pencher en faveur du Sluc Nancy tant la rencontre a été indécise pendant trente-sept minutes avant que la JSF ne trouve la mire à trois points via David Lighty, Deshaun Thomas et Trent Meacham. Mais quelques mauvais choix, comme cette tentative à trois points dans le money-time, et une confiance quelque peu effritée ont permis aux Franciliens de faire la différence. Pour Alain Weisz la déception était forcément grande mais le technicien est resté très fair-play dans ses déclarations d’après-match.

« On savait qu’ils ont deux ou trois joueurs capables de tuer un match sur un panier. C’est ce qui s’est passé. Ça s’est joué sur le courage et l’abnégation et aussi, et c’est mon seul regret, sur une ou deux erreurs. On oublie de donner à l’intérieur où Falker était très fort et voilà, ça se joue à peu de choses. Mais au-delà de la déception, bravo à Nanterre ! C’est une équipe qui n’a pas triché une seule fois cette saison dans toutes les compétitions qu’elle a jouées. Elle en a pâti en championnat mais elle retrouve la coupe d’Europe, c’est bien pour le basket » (L’Equipe.fr).

Mais Nancy n’a pas encore dit adieu à l’Europe puisque l’équipe lorraine est encore en lice pour les playoffs. En quarts de finale, le Sluc doit ainsi rencontrer le Paris Levallois. Avec l’inconvénient d’avoir moins de quarante-huit heures pour préparer le premier match fixé ce mardi à 20h50 à Gentilly.

Crédit photo : Mercieca

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.