Alain Weisz : « La Ligue ne part pas de ce qu’elle sait mais de ce qu’elle voudrait qu’il soit »

Sur Le Parisien, Alain Weisz, vice-président de Boulogne-Levallois, s’est longuement exprimé sur les conséquences sportives et économiques de la crise sanitaire actuelle.

Les saisons de Jeep Elite et de Pro B vont-elles reprendre en septembre ? C’est la question qui agite actuellement le monde du basket français. Si certains sont partisans de cette hypothèse, d’autres préféreraient une saison blanche. Mais comme le souligne Alain Weisz, vice-président de Boulogne-Levallois, il est plus que difficile de tirer des plans sur la comète.

« Il y a une chose que les dirigeants n’ont pas comprise : ce sont les organismes gouvernementaux, conseillés par les agences de santé, qui décident. Toutes les hypothèses évoquées partent du principe qu’on pourra reprendre comme avant. Ce n’est pas possible. Personne ne veut l’entendre. Si on reprend en décembre avec des spectateurs, ce sera déjà très beau. Il faut imaginer cette hypothèse. On ne peut rien prévoir. Le sport est un spectacle et, pour qu’il y ait un spectacle, il faut un public. S’il faut reprendre plus tard pour que ce soit le cas, on reprendra plus tard. Mais il faut qu’on reste solidaires. Ça ne sert à rien dans une crise économique qui s’annonce d’essayer de passer au travers. Il faut partir du concret. Aujourd’hui, la Ligue ne part pas de ce qu’elle sait mais de ce qu’elle voudrait qu’il soit » (Le Parisien).

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.