Amara Sy : « Encore plus déterminé »

C’est un Amiral en mode détente qui s’est exprimé après-match ne cachant pas sa préférence pour un duel contre Chalon en demi.

Comment te sens-tu après cette qualification pour les demies ?

Très heureux. Si on peut résumer les deux matchs, ça n’a pas été facile. Le PL nous a donné beaucoup de fil à retordre. Ils se sont mis en mode playoffs et c’était complètement différent de ce que l’on a pu voir aux matchs aller et retour. Défensivement chez nous ils nous avaient posés beaucoup de problèmes. Ici ils ont été très agressifs aussi. Ils se sont battus juste qu’au bout. Et si j’avais été un supporter j’aurais pu dire qu’ils auraient mérité un match 3. Mais je suis un joueur d’Orléans donc il n’en était pas question. C’est vrai qu’ils nous ont donné du fil à retordre donc c’est encore plus gratifiant. Ça nous montre le chemin qu’il faut prendre pour aborder la demi-finale de la meilleure des manières.

 

Ce qui a changé aussi c’est les joueurs ayant apporté du danger, différents de ceux du match aller…

Pour vous ça change mais pour nous ça ne change pas. Depuis le début de la saison ça a été comme ça. Ce ne sont jamais les mêmes qui ont sorti leurs têtes comme ça. D’abord on a une force collective et après il y’en a toujours un ou deux selon les matchs qui vont sortir une grosse prestation. Ce soir (hier), c’était Maël mais il ne faut pas sortir Cedrick aussi qui nous a vraiment mis offensivement dans le match dès le début et à la fin où il a mis des paniers vraiment importants. C’est une force collective, ça ne va pas changer. On est juste encore plus déterminé.

 

Le rebond a été une donnée prépondérante ?

 Les rebonds et les balles perdues aussi (on lui souffle alors le nombre exact)…. 18 c’est encore beaucoup (il se marre). Au rebond c’est bien parce que franchement au match aller on s’était fait bouffer, ils avaient pris près de la moitié plus que nous. Malgré tout on avait gagné ce match-là donc on savait que si on arrivait à contrôler les rebonds et les balles perdues, on avait de grandes chances de gagner ce match parce s’ils nous dominent chez nous, c’est une chose mais s’ils nous dominent chez eux on avait pratiquement aucune chance de gagner. Donc ça on l’a très bien fait après on a fait ce qu’on a pu en défense. Mais des mecs comme Chatfield ils sont insupportables (il sourit). Tu as beau mettre une grosse défense sur eux mais ce sont des forts scoreurs donc ils rentrent dedans quand même. On a quand même su détruire, entre guillemets, leur jeu collectif. Après c’était plus des actions individuelles. Mais ça n’était pas suffisant pour gagner un match de playoffs.

 

Le public aussi à eu son importance, vous étiez presque à domicile…

Un peu à Orléans et un peu à Cergy aussi (il se marre). Il y’avait pas mal d’amis à moi mais à chaque fois que l’on joue à Paris que ça soit Georgi, Yohann ou moi, notre public là est là, plus les supporters d’Orléans donc ça fait beaucoup. Il y’avait presque la moitié, fifty-fifty donc ça aussi ça a apporté. C’est important pour nous et aussi pour les supporters de venir assister à ce genre de match, de voir une qualification en demi-finale de leur équipe.

 

Bercy ne serait pas loin pour eux non plus ?

Bercy c’est proche et c‘est très loin en même temps. La distance ça ne fait pas beaucoup mais la distance pour y arriver c’est autre chose. On va d’abord se concentrer sur la demi-finale. On ne sait pas encore qui on va jouer mais dans tous les cas ça va être un gros morceau. Depuis pratiquement le début dans ces playoffs, tout le monde dit que tout le monde peut créer la surprise.

 

Tu as une préférence pour l’adversaire en demi ?

C’est entre Roanne et Chalon ? Ben je vais dire Roanne (sourires). Chalon en ce moment ils ne sont pas bons à prendre. Sans manquer de respect à Roanne, il faut dire ce qui est ; Chalon ils sont sur une autre planète. Mais ça ne nous fait pas peur. On préfère Roanne mais si c’est Chalon on va leur rentrer dedans sans problème.

 

On ne parle pas trop de vous depuis le début de la saison mais plutôt de Chalon et du BCM ; est-ce-que c’est lié à votre collectif où les individualités ne ressortent pas ?

C’est plutôt normal, ils ont quand même dominé toute la saison. Nous on est troisième et il y’a pas mal de victoires qui nous séparent avec ces deux équipes. Mais nous on vient pour gagner des titres et gagner de l’argent (il rigole). Après je m’en fous qu’on parle de moi ou pas. Le premier titre que j’ai gagné, quand j’étais à l’ASVEL, on ne parlait pas beaucoup de nous. Quand on le faisait, c’était en mal. Mais que les médias parlent du BCM et de Chalon, c’est tout à fait normal. L’une a fini première largement en tête et l’autre a gagné les AS et la Coupe de France. Nous on a encore rien gagné, on est troisième. C’est très très bien. On est content, c’est au-delà de ce qu’on pouvait imaginer en début de saison. Mais après on ne va pas faire un caca nerveux parce que les gens ne parlent pas de nous.

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.