Amara Sy : « Je ne m’y retrouvais pas financièrement »

Auteur d’un énorme match dans la victoire de son équipe face à l’ASVEL, Amara Sy était de passage à Paris pour assister à la rencontre PL-Strasbourg.

Nous nous sommes posés avec l’Amiral pour faire un point sur sa saison avec Orléans et son expérience à Murcie.

BasketActu : Comment tu te sens après votre grosse victoire face à l’ASVEL hier ?
Amara Sy : C’est un grand soulagement. On a eu un petit remaniement d’effectif. Y’a des joueurs qui sont partis et qui ont été remplacés. Cette victoire est dans la continuité de ce qu’on essaye de faire depuis le match contre Gravelines. On veut mettre plus d’intensité en défense, être présent à chaque match dans ce secteur pour se donner le maximum de chance de rester dans nos matchs et de gagner. Contre Gravelines, on n’est pas passé loin, Vichy on gagne de deux points et là on gagne avec un écart conséquent. C’est encourageant mais on ne veut pas se baser sur la performance offensive. Aujourd’hui, notre défense est notre marque de fabrique.

BasketActu : Vous avez bien tenu Pops Mensah-Bonsu. Vous l’aviez particulièrement ciblé en préparation ?
Amara Sy : Forcément ! Le mec est arrivé et a fait un match d’anthologie. Ça ne passe pas inaperçu. On ne l’a pas particulièrement ciblé mais on avait un petit plan par rapport à lui. Après on savait qu’il était entouré de très bons joueurs comme Walsh, Jefferson, Gélabale. On a été rigoureux par rapport à cela et chacun a fait sa part du travail. En plus, l’adresse était au rendez-vous donc ça a été plus facile. Mais Eric Campbell à 5/6 à 3 pts, on sait qu’on n’y aura pas le droit à chaque match donc on ne se focalise pas là-dessus. On préfère féliciter la prestation défensive.

BasketActu :  Ca ne se ressent pas forcément dans les stats mais tu as fait un gros match.
Amara Sy : J’avais à coeur de faire un grand match individuellement et collectivement. D’une, parce qu’on a perdu à l’aller chez eux et de deux parce que je n’avais pas été performant. Après oui, c’était un match spécial, comme pour chaque joueur qui joue contre son ancien club.

BasketActu : Comment as-tu vécu l’arrivée d’Eric Campbell, un joueur que tu connais bien ?
Amara Sy : Avant qu’il ne joue son premier match, je savais qu’il serait  un apport conséquent. J’ai eu la chance de jouer avec lui et c’est quelqu’un sur qui on peut toujours compter, en attaque comme en défense. C’est un joueur d’équipe. Il va se sacrifier pour les autres. Dans les rotations, il est toujours là. C’est quelqu’un de très intelligent qui s’adapte très vite. Il est facile à vivre et c’est un très bon coéquipier. Il a amené la dureté qu’il manquait par rapport à notre défense. Depuis qu’il est là, on fait trois gros matchs donc c’est de bonne augure pour la suite.

BasketActu : Tu étais très attendu en début de saison mais tu n’as pas forcément confirmé. On te sent un peu plus en forme ces derniers temps.
Amara Sy : Je suis encore dans une période difficile. Je sors un peu la tête de l’eau. Ça a été difficile pour moi car je suis arrivé dans un nouveau système avec beaucoup de nouveaux joueurs. J’ai eu le rôle de capitaine mais je n’avais pas de consignes précises. Ça me change par rapport à mes autres saisons. Maintenant, je fais avec et j’arrive à m’adapter au mieux mais le coach ne m’a toujours pas parlé de mon attaque. J’ai pris de la confiance par rapport à la défense. Je prends peu de tirs mais j’essaye de faire mouche à chaque fois comme on dit.

BasketActu : Comment as-tu vécu ton année à Murcie la saison dernière ?
Amara Sy : Je l’ai très mal vécu. Murcie était en difficulté, dernier du classement. C’était la première fois que j’intégrais une équipe en cours de saison, qui plus est une lanterne rouge dans son championnat. Ça a été dur à gérer mais bon. On verra, peut-être que je serais amené à retourner en Espagne. Je n’aime pas rester sur un échec. Et puis l’Espagne m’a plu même si je n’ai pas fait une bonne saison. J’ai découvert un excellent championnat et j’aurais bien aimé rester là-bas. J’ai eu des opportunités mais je ne m’y retrouvais pas financièrement. Donc je préférais gagner moi d’argent et me relancer dans un championnat que je connais bien. Et puis je sortais d’une saison difficile, je ne voulais pas galérer deux ans de suite.

BasketActu : Pourquoi avoir choisi Orléans pour ton retour en France ?
Amara Sy : L’ASVEL devait choisir entre Mike Gélabale et moi. Le Mans, j’ai mis trop de temps à répondre donc c’est passé à la trappe. Orléans était un club qui me suivait depuis un moment déjà. Il voulait me recruter l’année d’avant. Donc quand j’ai vu qu’ils avaient à coeur de me prendre et qu’il y avait un projet derrière, je n’ai pas hésité. Et puis je m’y retrouvais financièrement. J’avais tout pour ne pas refuser. C’est un club ambitieux donc c’est un bon choix. Maintenant il faut qu’on concrétise sur le terrain. On remonte la pente doucement mais il reste du chemin. On est près des playoffs mais aussi près de la descente. Ce n’est pas l’objectif que je m’étais fixé ni celui du club mais la saison n’est pas finie. Tout peut arriver si on se qualifie pour les PO. Et on est encore en course pour la Coupe de France donc on peut encore sauver notre saison. On y travaille tous les jours, on est une équipe de bosseurs.

BasketActu : Que penses-tu de cette nouvelle équipe du Paris Levallois ?
Amara Sy : Depuis qu’ils nous ont joué, ils sont vraiment bien revenus. Face à Strasbourg, ils ont été efficaces, la marque a été bien répartie. J’ai vu un bon match de basket même si j’ai été distrait par mes amis. J’essayais de suivre mais bon. Offensivement, ils ont vraiment fait une belle prestation.

BasketActu : Et Vasco ?
Amara Sy : Ça fait plaisir de le revoir lui et son « Opa ». Dès qu’il a pris son premier rebond, je l’ai entendu dire « Opa » et j’ai rigolé. Ça m’a rappellé des souvenirs. Je n’ai jamais eu l’occasion de jouer avec lui. Mais quand on jouait contre lui, il nous faisait toujours rire. Toute la salle l’entendait, c’était vraiment amusant. Il manque un peu de forme mais il va leur donner un bon coup de pouce. Il a déjà retrouvé toutes ses sensations, il fait vraiment plaisir à voir.

Tags :
Comments

Commentaires (19)

  1. big man

    Bonne interview. En revanche les fautes de frappe sont très désagréables à lire.

  2. skywrap

    "mais je ne m’y retrouvais pas financièrement. Donc je préférais gagner moins d’argent et me relancer dans un championnat que je connais bien "

    C pas tres clair comme explication!!

  3. ludo

    "J’ai eu des opportunités mais je ne m’y retrouvais pas financièrement. Donc je préférais gagner moi d’argent et me relancer dans un championnat que je connais bien." Je comprend pas cette phrase, il dit que les offres ne lui ont pas convenus financièrement (donc salaire pas assez élevé) et donc qu'il a préféré venir jouer en France et avoir moins d'argent ??!!

  4. GW

    Questions de noob :

    Pourquoi l'Amiral ?

    Et pourquoi la D-League juste après avoir été élu MVP de la finale de Pro A ?

  5. Beenny

    @Ludo: ce que j'ai compris c'est qu'il a eu des offres en espagne venant de petit club, plus importante qu'Orléans mais pas assez pour se faire chier toute l'année sans enjeux sportifs, donc il a pris orleans.

  6. AND11

    Ce joueur est quand même très très très très décevant cette saison.. Et c'est pas la 1ère saison qu'il rate. Il est un peu sur courant alternatif on dirait.

  7. ludo

    C'est un syndrome le courant alternatif pour les chouchous de BS ? Traoré, Diaw, Batum et Sy ?

  8. ld21

    Je suis le seul à l'avoir jamais trouvé aussi bon que ce qu'on a bien voulu le dire ?

  9. Whistler

    La vraie question c'est … Amara est-il revenu en France pour les beaux yeux de Syra ?

    Et … a quand DWade qui vient jouer au PL ?

  10. Syra

    Ca dépend. Qu'est ce qu'on a voulu dire ? :)

  11. Bucky

    Je le trouve vachement sur la réserve dans cette interview… indiquant indirectement que Philippe Hervé ne fait pas ce qu'il faut pour qu'il soit meilleur et pas loin de lui rejeter la faute dessus (lorsqu'il parle de son début de saison)

    Puis si on fait le résumé, Orléans est clairement un choix par défaut pour lui :

    LA NBA : ils n'ont pas voulu de lui

    L'Espagne : il souhaite y retourner rapidement

    L'ASVEL : ils préféraient Gelabale

    Le Mans : Sy voulait y aller mais il a mis trop de temps à répondre (à négocier ?)

    Bon, bah… il reste Orléans… par défaut, il y est allé pour gagner un peu d'argent… sans motivation, sans hargne… j'suis déçu de ce que j'ai lu mais ceci explique cela.

    D'toutes façons, aujourd'hui, je vois tout en négatif alors…