Amara Sy : « Une grosse déception pour moi »

Amara donne son regard sur la saison passée décevante d’Orléans, et compte bien rebondir.

Très loin d’avoir atteint les objectifs qu’il s’était fixé à l’étranger, Amara Sy a fini par signer son retour en France au sein du club d’Orléans l’an passé. Malheureusement, c’est une nouvelle épreuve à laquelle il a été confronté : entre blessure et défaites successives au buzzer, Amara et Orléans n’auront pas réussi à réaliser la saison escomptée. Il s’est posé avec nous pour revenir sur cette saison et parler de l’avenir.

BasketActu : Amara, qu’est-ce qui t’a poussé à revenir en France la saison passée ?

Amara Sy : J’étais rentré en France pour me relancer. Entre la D-League et l’Espagne, la saison qui a précédé n’était pas une bonne saison de ma part. Avec le projet d’Orléans, j’ai eu Philippe Hervé avec qui on a énormément discuté, c’était un projet très intéressant. Ça faisait un petit moment déjà qu’il essayait de me recruter donc j’avais tout à y gagner en signant là-bas.

BasketActu : Quel regard portes-tu sur ta saison à Orléans ?

A.S. : Ça a été une saison très, très, très, très, très très, très compliquée pour moi et pour le groupe en général. Le début de saison a été très difficile. Au début, j’ai un petit peu joué à l’intérieur car le coach voulait un peu changer sa philosophie de jeu et moi j’ai accepté. J’ai cru que j’arriverais à relever le challenge mais malheureusement je n’ai pas réussi. Puis après collectivement, la mayonnaise n’a pas pris, pourtant nous avions un très bon effectif. Par la suite le doute s’est installé. Le pire, ce n’est pas comme si on jouait mal, toutes les rencontres du début de saison se sont jouées à 1  point, 2 points ou au buzzer et souvent à l’avantage des adversaires. Quand tu enchaînes plusieurs matchs pendant 1 mois à perdre sur la dernière possession, au bout d’un moment, c’est frustrant et le doute fait son apparition. Là, ça devient vraiment dur de se relancer.

BasketActu : N’y avait-il personne pour vous faire sortir la tête hors de l’eau ?

A.S. : Dans ce moment difficile du début de saison, on a pas eu quelqu’un pour nous sortir de genre de situation. On avait de très bons joueurs mais personne n’a réussi à porter l’équipe dans ces moments-là. Donc ça, c’est une grosse déception pour moi et pour le reste du groupe. Maintenant, on des compétiteurs… tu me connais, là je sors d’une blessure et je vais travailler d’arrache-pieds pour faire une grosse saison et pour que le club d’Orléans revienne au sommet du basket français  comme ça a été le cas ces dernières années.

BasketActu : Justement, dans quelles conditions était survenue ta blessure ?

A.S. : Ben, très vite dans la saison j’ai eu des douleurs sous le pied, il s’est avéré que je souffrais d’une aponévrose plantaire. Seulement, comme on a eu des difficultés très tôt dans la saison en termes de résultats et que moi en plus de cela je ne me sentais pas bien, et bien, au lieu de me dire « stop » pour me soigner et revenir en forme, j’ai préféré rester jusqu’à ce que l’équipe ait à nouveau de bons résultats. Je voulais que l’on ait une bonne marge de manœuvre, que l’on revienne en haut du classement, que l’on ait de meilleurs résultats et j’ai forcé sur la blessure. Mon souhait était de me reposer une fois que l’équipe aurait été à l’abri. Malheureusement, j’ai traîné ça pendant 3 mois et demi. Après, lorsque l’on a su que l’on n’avait plus de chances de faire les playoffs mais que le maintien était assuré, on en a discuté avec le staff et on a préféré que ma saison s’arrête là. Du coup, depuis le 26 mars, je n’ai plus joué.

BasketActu : Où en es-tu physiquement ?

A.S. : Je me sens mieux, mais j’ai toujours des soins au quotidien. On continue à travailler avec les médecins pour me remettre et éviter qu’il y ait une rechute. C’est vrai que ça va mieux. J’ai repris, je joue mais je fais quand même attention car ce serait bête d’être handicapé en début de saison. Ce ne serait pas la meilleure option pour durer et être performant tout au long de la saison.

BasketActu : Quand est-ce que reprend votre saison ?

A.S. : On reprend le 15 août, mais pour moi la préparation a déjà repris parce que j’ai des objectifs précis. Maintenant, il faut que je me donne les moyens pour y parvenir donc, ça y est, ma préparation, je suis en plein dedans. Je reprends pour être fin prêt le 15 août.

BasketActu : Sur quels mots vous a laissés Philippe Hervé en fin de saison ?

A.S. : En fait, il n’a pas dit grand-chose car la plupart des joueurs étaient en fin de contrat. Il restait juste Maël Lebrun, Maleye N’Doye et moi. Il a juste dit que ça a été une saison très, très frustrante mais il savait aussi que l’on avait donné le maximum car il était avec nous au quotidien.  Il savait que l’on travaillait, qu’on a jamais lâché l’affaire, la preuve on a fini par se maintenir. Bon il y a tout de même une fois où on a pris une « grosse douille » contre Le Mans qui nous a battu de 40 points. Ça, je m’en rappelle. C’est la première fois de toute ma vie donc je ne vais pas l’oublier. Sinon, tous les matchs se jouaient à 7 points maximum et 70% du temps ils se jouaient à 3 points ou moins. Ce sont des rencontres où on n’a jamais baissé les bras. On a tout fait pour gagner mais malheureusement la chance n’était pas de notre côté.

BasketActu : Un mot sur la signature de Georgi Joseph ?

A.S : Georgi est un joueur que je connais depuis pas mal de temps déjà. Je l’avais découvert lors de sa première saison à Paris. C’est un joueur qui va nous apporter beaucoup d’intensité, c’est un guerrier. Après d’autres joueurs arrivent. Il y a Yohann Sangaré, Marco Pellin, donc ça aussi c’est bien car la plupart d’entre nous se connaissent même si je n’ai eu l’occasion de jouer qu’avec Yohann. Mais bon, c’est bien car on sait qu’on va aller dans le même sens. On a le même genre de caractère, on est sur la même longueur d’ondes et je pense que c’est un gros plus. Donc, en dépit du renouvellement de l’équipe à 80%, on est pas mal de joueurs à se côtoyer, du coup l’alchimie devrait prendre plus vite.

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.