Antoine Eito : « J’espère que les arbitres vont m’entendre »

En conférence de presse le meneur orléanais Antoine Eito est largement revenu sur l’arbitrage de la rencontre face à Nanterre.

« Toi tu ne parles pas d’arbitrage moi je vais le faire ». C’est par ses mots qu’Antoine Eito a commencé sa conférence de presse. Juste avant lui son coach Pierre Vincent n’avait pas voulu s’étendre sur le sujet. Mais le meneur, lui, y est allé avec son franc-parler habituel.

« Avec la première mi-temps de l’Asvel et celle-là on n’est pas respecté par l’arbitrage. On est dans une période difficile donc nous on essaye de faire les efforts, de bosser dur mais au bout d’un moment il y’a des choses que tu ne peux pas laisser passer. Ce n’est juste pas possible, il y’a trop de trucs. J’espère que les arbitres vont m’entendre, peut-être que je serais pris en grippe mais je m’en fous. A un moment donné il ne faut pas que ça soit eux qui fassent le match. Après Nanterre a fait un bon match, nous on a été moins bon par période, on a laissé des choses. Mais au bout d’un moment à l’extérieur… mais chez nous c’est la même chose. Moi ça me casse les couilles. A chaque fois que l’on joue un putain de match ça se passe comme ça ; les arbitres ne nous respectent pas.  Je ne sais pas pourquoi. Le problème c’est que les arbitres tu ne peux pas aller leur parler, c’est problématique. On sait nous quand on est très mauvais mais il faut aussi que l’arbitrage ils se rendent compte aussi quand ils font des conneries ».

Après cette interpellation du corps arbitral Antoine Eito est revenu sur le jeu pratiqué par Orléans. Pour lui les Orléanais doivent faire moins de bêtises sur le terrain, celles-ci étant souvent très pénalisantes.

« On a donné beaucoup de choses, on a fait des conneries. L’écart en première mi-temps s’explique aussi par le fait que sur contre-attaque on leur laisse prendre trois/quatre trois points et hop ils mettent dedans. En deuxième mi-temps on contrôle ça ; on est un peu plus dur, on les presse et on les fait déjouer un peu. Derrière on fait des conneries et on donne des munitions. Quand tu donnes des munitions à Nanterre tu es mort. Ils ont du talent et c’est une équipe trop forte. J’aimerais bien aussi n peu plus de respect des arbitres et que nous on arrête de faire des conneries ».

Si l’OLB peut le faire avant le déplacement de Rouen ce mardi cela arrangerait surement leurs affaires car l’équipe normande évolue actuellement davantage dans le même championnat qu’Orléans et est donc plus prenable que Nanterre. Mais pour Antoine Eito il faudra montrer un visage plus « méchant ».

« Aujourd’hui je pense que l’on peut gagner contre tout le monde mais c’est frustrant car on a toujours un trou. Il y’a un axe sur lequel on doit travailler c’est que l’on est des gentils. On peut être bon, on a du talent mais on est gentil. Il faut être dur ».

Sinon plus dure sera la déception…

Crédit photo : F.Blaise

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.