Barcelone décroche le Clasico au buzzer, Saski Baskonia dompte le CSKA Moscou

Tous les résultats de la soirée de Top 16 Euroleague.

Justin DoellmanAu prix d’un superbe panier au buzzer de Justin Doellman, planté en déséquilibre sur le nez de Gustavo Ayon, le FC Barcelone s’est offert le scalp du Real Madrid, dans la capitale espagnole (86 – 87). Loin des habituels mano a mano soporifiques entre Catalans et Madrilènes, ce Clasico a accouché d’un spectacle de grande intensité. Grâce à une adresse diabolique aux tirs primés (13/24), les hommes de Xavi Pascual en profitent ainsi pour prendre un bon bol d’air frais après un début de Top 16 plus que médiocre.

Emportés le 18 – 0 infligé par la bande à Felipe Reyes (14 pts, 7 rbds) dans le premier quart-temps, les Barcelonais n’ont jamais vacillé, malgré les assauts répétés de deux Sergio, Llull (13 pts) et Rodriguez (18 pts, 13 pds), pourtant intenables jusqu’à la pause.

D’abord maintenus par un Juanca Navarro à court de pétrole au retour des vestiaires (12 pts), les Blaugranas ont bâti leur victoire en dictant leur rythme, et en stoppant l’utilisation d’une association Samardo Samuels – Gani Lawal hyper athlétique mais ô combien pénalisante dans la construction du jeu.

En privant El Chacho et Sergio Llull d’espace, le Barça a peu à peu coupé le courant côté madrilène, pour finir par prendre l’avantage, dans le quatrième quart-temps, à la suite de belles séries à longue portée de Stratos Perperoglu (13 pts) et Justin Doellman (24 pts, 6/6 derrière l’arc).

Finalement parti dans un money time à couteaux tirés, le match a basculé dans l’escarcelle des Azulgrana, pour un petit point. Pas plus. Et c’est déjà beaucoup, tant les deux équipes étaient de (très haut) niveau équivalent ce soir.

En bref

Toujours privé de Nando De Colo, le CSKA Moscou s’est pris les pieds dans le tapis au Pays Basque (81 – 71). Guidé par Ioannis Bourousis (19 pts, 13 rbds), les partenaires de Fabien Causeur (15 pts) et Kim Tillie (4 & 5) prouvent, une fois de plus, qu’il faudra compter sur eux dans la course au carré final. Autre confirmation : Milos Teodosic (18 pts, 7 pds) n’est pas un gars sûr dans le money time. Après deux balles perdues coup sur coup à une minute du terme, alors que le match n’avait pas encore choisi son vainqueur, le diable serbe a pété une durite… Et balancé quelques mots doux à Eddie Viator. T’inquiète pas Milos ! Il a l’habitude…

Gars pas sûrs toujours : l’Anadolu Efes. Les Turcs ont du talent, à l’image de Derrick Brown (17 pions, 27 d’éval)) mais ils ne se donnent (collectivement) pas franchement à fond. Piégés par le Cedevita Zagreb de Marko Arapovic (16 pts, 5 rbds), les boys de Dusan Ivkovic rentrent à la maison avec une défaite très, très fâcheuse (84 – 80). Thomas Heurtel a donc compilé 12 points et 10 passes dé’ pour rien.

Enfin, gars encore moins sûrs, les Greens de Panathinaïkos ont subi, en Russie (76 – 67), la furia de Malcolm Delaney (14 pts, 6 pds) et Donataye Draper (20 oinps). Avec trois défaites au compteur, ça sent la moussaka bien roussie pour l’ex-Géant Vert.

 

Tags : , , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.