Beugnot « La France a tout mis en œuvre pour passer le quart »

Greg Beugnot décrypte pour nous la situation de l’équipe de France à quelques minutes de son quart de finale.

BasketSession : On a pu reposer Tony et Joakim, récupérer un jour supplémentaire pour Mike, et les remplaçants ont tenu tête une mi-temps à l’équipe la  plus forte de l’Euro ? N’est-ce pas la meilleure situation possible à ce moment-là ?
Greg Beugnot : Il y a deux cas de figure : ou nous jouons le tout pour le tout en quart de finale, et il n’est pas nécessaire de faire cette stratégie-là, je pense qu’un match de plus pour les titulaires ne va rien changer, et donc une prestation contre l’Espagne n’aurait rien changé ; ou on vise plus loin. Je pense qu’aujourd’hui le groupe est ambitieux, et que le groupe a la volonté d’aller chercher la finale. Donc à partir de ce moment-là, la stratégie est bonne. C’est très important de l’avoir fait, je pense que la volonté, et des joueurs et du staff, était de se dire que si on veut aller au bout, il faut absolument solliciter les remplaçants contre l’Espagne, il faut absolument faire récupérer les joueurs majeurs. Si tel est le cas, et je pense que c’est ça, ils ont dû déjà anticiper par rapport à une éventuelle qualification contre les Grecs, c’était la bonne stratégie et c’était la bonne solution. Il n’y a que l’avenir qui nous le dira hélas si c’était bénéfique ou négatif, mais si le comportement et la volonté dans la stratégie étaient ceux-là, ça veut dire que le groupe est ambitieux et veut aller au bout et non pas se fixer que sur un quart de final. Ils savent que le quart de finale est important, mais ils veulent se donner les moyens après d’être capables d’enchaîner les demi-finales et éventuellement une finale. Ils ont essayé de se projeter le plus loin possible, et il était indispensable à un moment de faire souffler les titulaires.

BasketSession : On se trouve dans une situation inhabituelle à ce moment-là : à la veille du dernier match du second tour, l’EDF était invaincue. Est-ce que l’équipe tire un bénéfice d’avoir fait une si belle prestation jusque-là ?
GB : Oui, mais attention, vous savez quand vous êtes invaincus, dans les probabilités, vous avez plus de chance de perdre le match qui suit. Donc il arrive un moment où il y a une forme de pression à vouloir rester invaincu et que ce n’est pas plus mal aujourd’hui qu’il y ait eu une défaite. Ca va retirer un peu de pression, ça remet les compteurs à zéro. Et justement avec les matchs en mort subite que vont être les quarts, les demis, et la finale, rester invaincu aurait été une pression supplémentaire dont l’équipe de France n’a pas besoin. Donc aujourd’hui ce n’est peut-être pas plus mal, ils savent qu’ils auraient pu peut-être, en sollicitant tout le monde, rester invaincu. Mais quel est l’objectif ? Rester invaincu jusqu’au quart de finale, perdre en quart, et ne pas aller au bout ? Personne ne se souviendra que nous étions invaincus en phase, on se rappellera du résultat final. Aujourd’hui je pense que c’est pas plus mal de se retirer cette sorte de pression qu’on peut avoir avec les journalistes qui sont sur place qui vont dire que vous êtes la seule équipe à ne pas avoir perdu, c’est pas très bon parce que ça met de la pression et que les joueurs, il arrive un moment où ils ont peur de perdre un match. Là, ils ont perdu, ça y est on remet les compteurs à zéro et c’est une nouvelle compétition qui commence et ce n’est pas plus mal. Mais attention, je suis d’accord dans le sens où les équipes présentes en quart de finale, savent et se doutent que la France a tout mis en œuvre pour passer le quart. Donc les équipes ne sont pas folles et sont restées sur cette forme d’invincibilité de l’équipe de France. Je pense que les coachs vont préparer leurs équipes en fonction de ça et non pas par rapport au match contre l’Espagne. Donc c’est un bien pour l’équipe de France, mais attention, ça ne change rien au rapport avec les autres équipes.

LIRE LA SUITE SUR BASKETSESSION.COM

Tags : , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.