Bill kill le Panathinaikos, Andres Nocioni énorme à Barcelone

Tous les résultats de la soirée de Top 16 Euroleague du jeudi.

spanoulis 2Vassilis Spanoulis, alias « Kill Bill », est un sacré diable. Invisible pendant plus de 39 minutes (9 pts, 4 bps), le MVP de la dernière Euroleague est venu justifier son statut en plantant les 5 derniers points de l’Olympiacos, dont le 3 points en déséquilibre à 8 mètres de la gagne. James Gist, pris sur les deux actions, peut aller se rhabiller.

Pourtant dominé pendant toute la partie ou presque par son pire ennemi, l’Olympiacos n’a pas flanché et, de par sa défense et les shoots couillus de Mantzaris  (11 pts) et surtout Kostas Sloukas (12 pts, 5 pds), s’est peu à peu refait la cerise. Comme trop souvent en panne d’inspiration et contrainte d’enchaîner les shoots du désespoir derrière l’arc (11/31…), la machine rouge s’offre une victoire de prestige face à un adversaire qui ne lui a que trop peu réussi dans le passé proche.

Dans le combat, la Green Team avait pourtant réussi à dicter son rythme, parvenant même à prendre quelques longueurs d’avance par Loukas Mavrokefalidis (17 pts) ou Ramel Curry (10 pts). Toutefois, avec un Dimitris Diamantidis très peu inspiré et des trous d’air coupables en défense, et notamment juste après le retour des vestiaires, elle s’est peu à peu laisser déborder.

Globalement décevant mais auteur d’une fin de partie canon, et donc à l’image du match, l’Oly se rassure avant les quarts de finale où il devrait, sauf surprise, croiser le fer avec le CSKA Moscou.

Big Sofo soutenu par les fans après le Brawl.

Big Sofo soutenu par les fans après le Brawl.

Déjà assuré de la troisième place, le Maccabi Tel Aviv a joué le jeu et donné du fil à retordre au CSKA. Emmené par son trident Rice (15 pts) – Pnini (14 pts) – Sofo (11 & 5), le Club Nation a longtemps eu le contrôle du match avant de se faire reprendre par une squad russe au collectif très bien huilé (20 pds). Magnifique à la mène en l’absence de Milos Teodosic, Aaron Jackson a mis le feu entre les lignes israéliennes (18 pts, 5 rbds, 3 pds) et drivé son équipe vers la victoire en compagnie de Sonny Weems (14 pts, 21 d’éval). Meneur cérébral lors de son passage à Bilbao, A-Jax s’est mué, après un an de travail effectué par Ettore Messina et son staff, en combo-guard-slasher de talent. Comme quoi, le travail paie à tous les niveaux. Reste que cette petite victoire de prestige ne fait pas les affaires (enfin, à voir…) du CSKA, sûr à 99% de terminer deuxième de sa poule derrière le Real Madrid, en déplacement demain à Kaunas.

Russie toujours et demi-déception pour le Lokomotiv Kuban. Avec une bonne quinzaine d’unités d’avance à l’approche de du terme du troisième quart-temps, grâce à un tandem Marcus Williams – Derrick Brown absolument intenable (18 points chacun), les hommes de Pashutin pensaient avoir matière à soigner leur pointaverage particulier. Que nenni. Décidé à ne pas mourir, le Bayern a enchainé les pions à longue distance, que ce soit par le jeune Zipser (14 pts) ou l’artilleur maison Lucca Staiger (12 pts, 4 pds), jusqu’à revenir à deux petits points à une minutes du terme, à la suite de deux kartoffels signées Nihad Djedovic (16 pts). Finalement vainqueur au forceps, le Loko ne réalise pas la belle opération espérée, puisque Galatasaray n’aura qu’à assurer le strict minimum demain face au Partizan Belgrade pour sécuriser sa place en quarts de finale. Le genre d’histoire à qui gagne perd ? Réponse demain, à Istanbul.

Bk4sHVQCEAAuveBIstanbul d’ailleurs. Dans le derby turc du soir, le Fenerbahçe Ulker l’a emporté pour du beurre sur son parquet contre l’ennemi de l’Anadolu Efes. Sans trop forcer, la bande à Luka Zoric (20 pts) s’est rapidement mise à l’abri histoire de laisser un peu de temps de jeu aux remplaçants. Bien que porté disparu depuis de longs mois, Oguz Savas (18 pts, 7 rbds) a profité de l’occasion pour se rappeler aux bons souvenirs de Zeljko Obradovic, tandis que le jeune espoir Berk Ugurlu (12 pts, 4 rbds, 7 pds) a pointé le bout de son museau pour la première fois en Euroleague. De quoi faire regretter le départ de la pépite James Metecan à destination de Portland, pour préparer le Nike Hoop Summit.

Enfin, en Catalogne, le Barça a déçu. Logique leader à la pause, le club culé s’est endormi sur ses beaux lauriers et laissé Andres Nocioni prendre feu (37 pts, 3 ctrs). Avec 5 points au compteur à la pause puis 32 autres dans le deuxième acte, l’Argentin a mis la misère à Kostas Papanikolaou et Alex Abrines. Si Xavi Pascual, à l’instar des arbitres de la rencontre, avait mis ses Google Glass, il n’aurait assurément pas choisi de laisser l’importantissime Brad Oleson au repos avant la partie… Thomas Heurtel s’en tire avec 5 points et 7 passes. Fabien Causeur sort lui avec 5 petits points en 14 minutes. C’est tout, pour le moment.

Les résultats

Lokomotiv Kuban  84 – 75  Bayern Munich

Olympiacos  68 – 65  Panathinaikos

FC Barcelone  86 – 97  Olympiacos

Maccabi Tel Aviv  76 – 81  CSKA Moscou

Fenerbahçe  84 – 65  Anadolu Efes

Tags : , , , , , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.