Boris Diaw : « Il vaut mieux jouer les Etats-Unis le plus tôt possible »

Boris Diaw semble satisfait du tirage au sort des prochains Jeux Olympiques.

Alors qu’il est actuellement en pleine campagne de playoffs avec les Spurs, Boris Diaw a tenu une conférence de presse téléphonique avec les principaux médias français, il y a quelques minutes, durant laquelle il a abordé notamment son statut à San Antonio et le tirage au sort des prochains Jeux Olympiques.

Tu as été aligné par Gregg Popovich dans le cinq de départ pour le premier match des playoffs. Était-ce une surprise pour toi ou pas du tout ?
Boris Diaw : Ce n’est pas une grande surprise puisque, de toute façon, il a un petit peu changé son cinq depuis que je suis arrivé. C’est vrai que ça a changé pas mal, ça a souvent changé. De temps en temps, il y a un joueur qui joue, de temps en temps il y a un autre qui ne jouait pas. Le cinq majeur a pas mal bougé donc je ne savais pas vraiment quel allait être le cinq sur ce match-là. J’ai été agréablement surpris de faire partie du cinq. Maintenant, c’est quelque chose qui peut changer d’un match sur l’autre. Je pense que Popovich est quelqu’un qui s’adapte beaucoup par rapport à l’équipe adverse et qui essaie de mettre les meilleures tactiques en place pour pouvoir battre l’adversaire, donc je pense aussi que ça dépend de l’équipe que l’on joue. On avait vu par exemple contre les Lakers que c’était Tiago Splitter qui a commencé le match, puisqu’ils ont deux très grands joueurs à l’intérieur. Ça dépend aussi du match-up. J’étais content mais je ne m’attends pas forcément à garder ce rôle, ça peut changer d’un match sur l’autre, mais ce n’est pas le plus important. Le plus important, c’est de jouer.

Le tirage au sort des poules pour les Jeux Olympiques vient de tomber et vous allez affronter les Etats-Unis d’entrée de jeu. Est-ce plutôt un point positif ou négatif à ton avis ?
C’est un point positif, ça va nous permettre de rentrer directement dans la compétition. C’est vrai que des fois on rentre dans la compétition un petit peu mollement et donc là c’est vrai que le fait d’attaquer les Etats-Unis direct, on sera tout de suite concentré, on aura tout de suite la motivation, on aura tout de suite l’adrénaline. C’est quelque chose qui est positif et je pense qu’il vaut mieux les jouer le plus tôt possible dans la compétition.

Tony Parker porte-drapeau, pour toi ça te parait une évidence ?
Oui c’est clair que ça serait bien pour le basket français et pour lui. Ça serait bien aussi à mon avis pour l’équipe olympique française, parce que c’est vrai que c’est devenu quand même un symbole sur tout ce qu’il a fait ces dernières années.

Utah a déjà annoncé qu’ils allaient défendre plus durement sur Tony Parker et on sait qu’en compétition FIBA il se fait régulièrement matraquer par les défenses adverses. Est-ce que tu penses qu’en NBA il pourrait être ciblé de la même façon ?
Ça dépend, je pense que les arbitres sont assez stricts. Ici, il y a certain focus, justement, sur ce genre de comportement. C’est quelque chose qui est plus difficile à mettre en place qu’en Europe à mon avis. Après, c’est sûr qu’ils vont plus lui mettre la pression, etc… Ça sera aux autres joueurs de l’équipe de lui enlever un petit peu cette pression, mais je ne pense pas que ça soit un problème en soit. On a Manu Ginobili, par exemple, qui peut monter la balle et enlever cette pression sur les épaules de Tony.

Tu côtoies Tony tous les étés en équipe de France et maintenant aux Spurs. Peux-tu nous dire quelles sont les différences entre son style de jeu en Bleu et celui en NBA ?
C’est à peu près le même, je pense qu’il s’adapte un petit peu en équipe de France justement par rapport aux règles FIBA. On sait qu’il y a moins d’espace sur le plan de jeu européen mais sinon ça reste sensiblement la même chose.

Quel va être votre principal rival à l’Ouest pour accéder à la finale ?
Je dirais Oklahoma City, parce que c’est l’équipe qui a fini deuxième du championnat. C’est sûrement l’équipe la plus aboutie maintenant. Après, il faut faire attention à l’équipe des Lakers qui a aussi beaucoup d’expérience, et donc qui sait comment aller loin en playoffs. De toute façon, ça va être difficile à l’Ouest quoi qu’il arrive.

Est-ce que tu avais imaginé que Kévin Séraphin avait un tel potentiel quand tu étais à ses côtés en équipe de France ?
C’est quelque chose dont je me doutais. Kévin, de toute façon, il a un gros potentiel depuis longtemps, on le sait. C’est pour ça aussi qu’ils l’ont drafté en NBA, c’est parce qu’il avait ce potentiel-là. Après, des fois le potentiel reste un potentiel et parfois on arrive à confirmer les attentes des équipes. Ayant vu Kévin, c’est clair que physiquement il est capable de dominer un match, une équipe, une raquette. C’est clair que c’est un monstre et il a donc réussi à comprendre ce qui fallait faire sur le terrain pour pouvoir dominer son adversaire et pour pouvoir dominer l’équipe adverse. Il a fait une très bonne fin de saison.

Est-ce qu’il peut avoir la même efficacité en Europe ?
Oui c’est clair. Après c’est quelque chose qu’il faut voir dans les conditions. Le jeu européen ce n’est pas la même chose : il y a beaucoup plus de prises à deux, le jeu est beaucoup plus serré. C’est moins de un contre un, donc il faut avoir une certaine expérience du jeu en équipe. Donc à voir comment ça se transpose sur un jeu européen c’est sûr.

Ça fait maintenant quelques semaines que tu es à San Antonio. Comment te sens-tu intégré dans cette équipe, dans le jeu et dans la vie ?
Bien, les choses se sont faites petit à petit de toute façon parce que le fait d’arriver comme ça et d’être balancé au milieu d’une équipe en milieu de saison, ce n’est pas toujours facile. Il a donc fallu déjà apprendre les systèmes, apprendre à jouer avec ses coéquipiers puisque tout le monde est différent. Il faut apprendre à jouer avec eux, ils doivent apprendre à jouer avec moi aussi. C’est un processus qui s’est fait quand même assez naturellement et, donc, de fil en fil et de match en match. Ça se passe de mieux en mieux.

Tags : , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.