Caja Laboral au bout du suspense à Tel Aviv

Au terme d’un final en apothéose, San Emeterio a offert la gagne à Vitoria sur le parquet du Maccabi.

Les courageux ont été récompensés. Indigeste pendant deux quart-temps et demi, la rencontre entre Caja Laboral et le Maccabi a accouché d’un scénario hitchcockien. Longtemps dominateur malgré lui, le club basque a su s’arracher pour venir terrasser un Club Nation porté par une Nokia Arena chauffée à blanc. Encore mené à quelques secondes de la fin, le Saski Baskonia est parvenu à trouver son sauveur en misant sur Fernando San Emeterio. Yogev Ohayon, qui avait pourtant la balle de match, n’a réussi pas à l’imiter par la suite, la faute à un (Jean-Mich’) arceau récalcitrant. Et pourtant, rien ne présageait un tel final jusque là.

Pris à la gorge d’entrée de jeu par une formation espagnole portée par Milko Bjelica, le Maccabi créait le holp up en virant en tête à la fin du premier quart, grâce au bel apport de la grande carcasse de Darko Planinic (11 pts, 10 d’éval) et le culot du jeune Sylven Landesberg (10 pts).

Pouvant s’appuyer sur une domination indécente aux rebonds offensifs et sur le manque d’adresse des Israéliens, les Basques ont par la suite pris le large, sans pour autant se montrer transcendants. Dusko Ivanovic parti ou pas, Thomas Heurtel (5 pts, 5 rbds) et ses partenaires demeurent toujours aussi dépends de leur adresse extérieur. Un péché mignon qui s’est d’ailleurs retourné contre eux puisqu’une fois le viseur déréglé, les jaune et bleu en ont profité.

Conduits par le dragster Ricky Hickman (18 pts, 27 d’éval), les ouailles de David Blatt ont passé un cinglant 21 – 1 à cheval entre le milieu du troisième quart-temps et le début du quatrième.

Un sérieux trou noir qui aurait pu s’avérer fatal pour la formation de Zan Tabak si Nemanja Bjelica (17 pts) n’était pas sorti de sa boite. Intenable derrière la ligne à trois points (5/8 et la bise à Greg Beugnot), le Serbe s’est chargé de ramener les siens banderilles après banderilles, pendant qu’Omar Cook et San Emeterio se chargeaient du sale boulot en défense. Le scénario final est déjà connu.

Sans n’avoir rien montré de beau, Fabien Causeur (5 pts, -1 d’éval) et compagnie conservent leur invincibilité lors du Top 16. Pour Tel Aviv en revanche, avec un bilan de deux défaites en autant de rencontres, les choses se compliquent.

Score final : 70 – 71.

MACCABI ELECTRA TEL AVIV
# Player Min Pts 2FG

M-A
3FG

M-A
FT

M-A
Rebounds As St To Bl Fouls PIR
O D T Fv Ag Cm Rv
4 LOGAN, DAVID 11:20 3 1/1 3 3 1 2 1 8
5 JAMES, SHAWN 22:38 8 3/5 2/3 3 7 10 1 3 4 4 17
6 SMITH, DEVIN 29:55 10 4/6 0/6 2/2 1 1 1 1 4 1
7 HICKMAN, RICKY 35:44 18 3/6 2/5 6/8 4 4 5 3 1 1 2 9 27
8 ELIYAHU, LIOR 13:20 4 2/4 1 1 1 1 1 2
9 ROTH, MORAN DNP
10 PNINI, GUY DNP
11 CANER-MEDLEY, NIK DNP
12 OHAYON, YOGEV 32:56 6 3/6 0/3 1 5 6 3 4 2 1 2
13 PLANINIC, DARKO 19:01 11 3/4 5/8 1 1 2 1 2 4 4 10
14 THOMAS, MALCOLM 14:18 0/3 1 2 3 1 2 -1
21 LANDESBERG, SYLVEN 20:48 10 2/3 2/3 1 1 1 1 1 8
Team 2 3 5 5
TOTALS 200:00 70 20/37 5/18 15/21 9 27 36 12 5 9 5 5 19 19 78
54.1% 27.8% 71.4%
CAJA LABORAL
# Player Min Pts 2FG

M-A
3FG

M-A
FT

M-A
Rebounds As St To Bl Fouls PIR
O D T Fv Ag Cm Rv
00 COOK, OMAR 24:37 5 1/1 1/1 1 1 5 2 1 3 1 10
5 NOCIONI, ANDRES 22:03 7 1/6 0/3 5/8 2 3 5 1 3 2 1 7 7
11 BJELICA, MILKO 22:44 8 4/7 0/1 0/2 2 1 3 2 1 1 3 10
16 CABEZAS, CARLOS DNP
19 SAN EMETERIO, FERNANDO 19:09 7 2/6 1/2 2 1 3 4 1 1 1 10
21 PLEISS, TIBOR 17:56 2 1/5 0/1 2 9 11 1 2 1 2 8
22 HEURTEL, THOMAS 15:23 5 1/1 1/4 1 1 1 5
24 OLESON, BRAD 22:05 10 0/2 3/4 1/2 2 2 1 4 2 7
30 LAMPE, MACIEJ 15:17 5 1/4 1/2 2 5 7 1 1 5 1 4
44 BJELICA, NEMANJA 22:43 17 1/3 5/8 2 3 5 1 1 2 2 17
55 CAUSEUR, FABIEN 18:03 5 1/2 1/4 1 1 1 2 1 2 1 -1
Team 1 2 3 1 2
TOTALS 200:00 71 13/37 13/30 6/12 14 25 39 18 7 8 5 5 20 19 79
35.1% 43.3% 50%
Tags : , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (3)

  1. moneyinthebank

    c'est beugnot qui ne savait pas que nemaja bjelica shootait à 3 pts !!!!

    restes avec tes joueurs qui grimpent aux arbres

    vamoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooos

  2. moneyinthebank

    sorry j'avais pas vu la dédicace au gros beugnot bien vincent :)))))))))

  3. Helpless

    Ca fait quelques matches que Causeur est à côté de ses pompes.Attention à ce qu'il ne se retrouve pas au bout du banc.