Caja Laboral dérouille le CSKA

Thomas Heurtel (21 pts) et ses partenaires ont outrageusement dominé les Moscovites.

Caja Laboral  93 – 72  CSKA Moscou

Après deux fessées récoltées en Russie, Saski Baskonia s’est rattrapé devant son public en corrigeant une Red Army bien pâle. Débordée dès les toutes premières possessions par la fougue d’Andres Nocioni et le talent brut de Nemanja Bjelica, la formation moscovite n’a pas fait un pli, comme pour mieux se rappeler que malgré toutes ses belles promesses affichées ces dernières semaines, elle n’était cette année encore pas à l’abri d’un faux pas. Mis en confiance par deux paniers lointains rentrés avant la pause, Thomas Heurtel a fait montre de tout son talent (21 pts) face à Milos Teodosic, jusqu’ici trop souvent habitué au jeu « pépère » d’Omar Cook. Déjà tombé au Pays basque, mais à Bilbao, l’an passé après avoir dominé les deux premières manches, le CSKA essaiera de renouer avec son passé en bouclant l’affaire lors du match 4… Avant de, pourquoi pas, faire mieux au Final Four.

CAJA LABORAL VITORIA
# Player Min Pts 2FG

M-A
3FG

M-A
FT

M-A
Rebounds As St To Bl Fouls PIR
O D T Fv Ag Cm Rv
00 COOK, OMAR 18:36 5 1/4 2/2 3 1 2 1 5
5 NOCIONI, ANDRES 23:12 10 1/5 1/3 5/6 1 4 5 1 2 3 10
11 BJELICA, MILKO 15:09 15 1/3 3/3 4/5 2 1 3 1 1 2 3 3 15
19 SAN EMETERIO, FERNANDO 21:15 9 2/3 1/2 2/2 1 1 2 5 11
21 PLEISS, TIBOR 18:51 9 4/4 1/1 1 1 2 1 1 4 1 9
22 HEURTEL, THOMAS 21:24 21 3/5 5/6 1 1 2 1 1 1 3 17
25 JELINEK, DAVID 9:59 0/1 0/1 1 1 1 -1
30 LAMPE, MACIEJ 19:45 6 3/8 4 4 8 1 1 2 2 2 1 8
42 CALBARRO, UNAI 1:24
44 BJELICA, NEMANJA 24:51 13 2/2 3/4 7 7 1 1 2 17
55 CAUSEUR, FABIEN 25:34 5 1/2 1/3 0/1 1 3 4 3 2 4 1 3
Team 1 4 5 1 4
TOTALS 200:00 93 17/33 15/26 14/17 10 25 35 13 6 8 3 3 26 15 98
51.5% 57.7% 82.4%
CSKA MOSCOW
# Player Min Pts 2FG

M-A
3FG

M-A
FT

M-A
Rebounds As St To Bl Fouls PIR
O D T Fv Ag Cm Rv
4 TEODOSIC, MILOS 20:08 9 2/5 1/3 2/2 1 1 2 1 1 3 1 3
5 MICOV, VLADIMIR 28:07 11 1/4 2/6 3/4 3 1 4 3 1 1 1 2 2 9
7 JACKSON, AARON 17:28 11 2/2 2/2 1/2 2 2 1 1 1 13
11 SOKOLOV, DMITRY 9:59 4 2/2 2 2 1 2 7
12 KRSTIC, NENAD 21:21 12 4/9 4/7 2 3 5 1 1 2 7 16
13 WEEMS, SONNY 22:19 10 3/7 0/4 4/4 2 2 4 1 1 6
17 ERCEG, ZORAN 22:50 10 2/3 1/5 3/3 1 3 4 1 1 2 4 11
20 VORONTSEVICH, ANDREY 7:45 0/1 0/1 1 -1
24 KAUN, SASHA 11:22 0/2 1 1 2 1 3 2 -2
31 KHRYAPA, VICTOR 17:24 0/1 4 4 1 1 3 1 3
33 PONKRASHOV, ANTON 12:09 5 1/2 1/3 1 1 5 1 2 11
44 PAPALOUKAS, THEODOROS 9:08 0/1 1 1 1 1 1 1
Team 2 2 2
TOTALS 200:00 72 17/38 7/25 17/22 13 19 32 13 4 6 3 3 16 24 79
44.7% 28% 77.3%
Tags : , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (11)

  1. Larry

    Alors elle est ou la serie tant déséquilibrée qu on a pu lire depuis une semaine???

  2. Qiou

    Il est pas si mauvais au final Justin Bieber, je comprends pourquoi la NBA l'invite au match des célébrités au All Star Weekend

  3. Sarunas

    Je vous trouve injuste avec Omar Cook, avec Thomas ils ont tout simplement des profils différents: alors que Cook est purement cantonné à un rôle défensif (archi agressif sur Téodosic), Heurtel ne peut briller qu'offensivement. Et d'ailleurs ce n'est pas sur Teodosic mais sur Papaloukas qu'il a été performant; le vieux grec ne prenant pas la peine de passer au dessus des écrans. Pour Thomas tout son match est déterminé par son premier shoot à 3 pts (dans le coin ou très tôt en tête de raquette) s'il le met il prend confiance et son jeu risqué (notamment de passe vers l'intérieur) est payant, sinon il doute rapidement et peut vite enchainer les TO.

  4. Vincent Ricard

    @Sarunas
    Cook est un bon joueur mais est une erreur de casting. C'est un joueur qui aime dribbler avant de passer alors que Caja a besoin d'un gars qui mette du rythme par des PnR avec Lampe etc.
    aujourd'hui il sert surtout par sa défense mais il faut dire clairement que si Cabezas n'avait pas fait le con, Cook serait la troisième roue du carrosse…

  5. J&J&K@SLC

    Le facteur numéro 1 selon moi de la victoire, c'est quand même la défense avec une bonne agressivité sur la balle et de bonnes rotations défensives. En plus, Moscou n'a pas bien shooté sur les quelques positions ouvertes. Je suis d'ailleurs étonné que Krstic n'ait pas eu la balle de façon plus systématique, parce qu'il n'y a personne pour l'arrêter.

    L'attaque a pris feu bien plus tard et personne ne pouvait plus manquer : Milko shootait comme son homonyme (qui m'a l'air particulièrement apprécié de la rédaction).