Carl Ona Embo « Je sais où je veux aller et je suis déterminé »

Après 6 semaines de perfectionnement aux US, Carl Ona Embo a les yeux rivés vers la saison prochaine.

BasketActu : Pour ton retour en France, tu as signé à Poitiers qui t’a donné ta chance. Quel bilan tires-tu de cette première année en Pro A ?
Carl Ona Embo : Globalement, on va dire que c’était positif. J’ai eu le droit à beaucoup de temps de jeu, Rudy Nelhomme m’a vraiment fait confiance. C’était un peu difficile au début car il fallait que je m’adapte à l’équipe. C’est une équipe qui joue ensemble et se connaît depuis plusieurs années. Rudy n’a changé que 20% de l’effectif et n’a fait que deux recrutements Evan (Fournier) et moi. En tant que meneur de jeu, il fallait que je m’habitue à tout le monde, aux systèmes de jeu, mais aussi au fonctionnement du club et de la ville. Ça n’a pas été facile, mais j’ai finalement réussi à m’acclimater. Ils m’ont super bien aidé dans ce sens, les coaches, les joueurs, les supporteurs et la ville dans son ensemble. Tout le monde m’a aidé, et à la fin, on a réussi à maintenir Poitiers en Pro A.

BasketActu : Comment as tu vécu ce moment de latence ou vous étiez reléguables en Pro B ?
COE : Comme je l’ai dit, on a eu une saison difficile.  Il est vrai qu’à un moment, on arrivait plus à gagner. On perdait les matches de un ou deux points sur des pertes de balles dans les dernières possessions, sur des lancers francs manqués. Il y a donc eu ces périodes qui se sont succédées où nous étions reléguables puis, maintenus et à nouveau reléguables. Mais, je pense que dans l’équipe on n’a jamais perdu confiance. On savait qu’on allait gagner les matches importants et c’est ce qui a fait qu’on a su gagner le dernier match en faisant le dernier effort nécessaire pour sauver l’équipe. Mais, c’est vrai que ça a été très compliqué ces moments là.

BasketActu : Lorsque tu as fait le choix de partir en Italie après l’INSEP alors que tout le monde s’attendait à ce que tu retournes à Cholet où tu avais joué en centre de formation, tu as essuyé pas mal de critiques pour ton choix. Quel regard portes tu là dessus ?
COE : Je me souviens que lorsque l’info est sortie, tout le monde m’a appelé. Certaines personnes étaient même choquées et me demandaient ce qui se passait. Ensuite, tout le monde en a fait une grosse affaire, c’était quelque chose d’assez extraordinaire ce qui se passait lorsque j’ai fait le choix de partir. On aurait dit que j’avais tué quelqu’un ! En réalité, j’ai juste accepté d’aller tenter une aventure autre part, à la vue des opportunités qui s’étaient présentées et de ne pas revenir à Cholet. Il n’y avait strictement rien de personnel, je m’entendais très bien avec Cholet, je voulais juste tenter autre chose. Là, à l’issue de ma saison passée, j’ai parlé avec coach Kunter, Jim Bilba et ils m’ont présenté un projet auquel j’ai adhéré. J’ai bien aimé le discours qu’ils m’ont tenu. Comme j’avais dit, j’avais bien aimé le discours de Rudy Nelhomme l’an passé, là c’est encore le cas avec Cholet. Je pense que c’est la meilleure opportunité pour moi de rejoindre ce groupe l’année prochaine donc j’y vais. Ce qui s’est passé avant reste dans le passé. Je suis très content de rejoindre l’équipe, ce sont plutôt les gens et les médias qui avaient fait un problème de mon choix passé alors qu’il n’y avait rien à la base.

BasketActu : Comment est-ce que tu appréhendes l’opportunité que vous aurez peut-être d’alterner Pro A et Euroleague  ?
COE : Je suis très excité à cette idée. Il faut savoir qu’on n’est pas encore qualifié, il faut qu’on se qualifie… Ça va être la guerre durant le tour préliminaire, mais je suis très excité par ça. J’ai vraiment envie que l’on fasse un coup et que l’on se qualifie car personne ne nous attend et les gens pensent que nous n’y arriverons pas à cause des équipes qui ont été tirées avec nous. Personnellement, je veux qu’on fasse un coup et j’ai hâte d’y être.

BasketActu : Justement, après la saison, tu as commencé un travail pour continuer de progresser et tu essaies de te maintenir en forme constamment. Peux tu nous en parler ?
COE : Oui. Après la saison, j’ai passé un mois et demi à Los Angeles pour travailler mes fondamentaux. C’est là où mon agent réside et c’est là où tous les étés je m’entraine sauf l’an passé. Cette fois-ci, c’était la première fois que j’y allais pour travailler de fond en comble, chaque aspect de mon jeu. On a revu tout ce qui est shoot, appuis, feintes mais le physique aussi, qualités athlétiques, rapidité, jump… vraiment tout. J’ai vraiment bien aimé cette préparation, et maintenant j’espère que je vais pouvoir appliquer tout ce que j’ai acquis en Championnat de France mais aussi en Euroleague si l’on se qualifie.

BasketActu : Après un tel travail effectif, comment comptes tu maintenir le rythme que tu as pris ?
COE : Ben là, je pense qu’il faut prendre un peu de recul mais aussi savoir reposer son corps. Ça fait 10, 11 mois que je travaille non stop. Il faut donc prendre du recul, mais après tout  simplement je continue de travailler. Je reprends les exercices que je faisais là bas, il faut que je sois capable de les faire moi-même. Il s’agit d’être autonome. Je sais où je veux aller et je suis déterminé et donc je vais continuer à travailler. Aussi je reste en contact avec mon entraineur de Los Angeles, il va sûrement passer de temps en temps me faire des piqures de rappel notamment sur les exercices que j’ai oubliés ou que je fais moins bien. Donc voilà, tout au long de l’année je vais continuer à travailler, travailler parce que c’est ma vie. Tout ce que j’ai acquis c’est par le travail.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (7)

  1. Q

    Des piqures de rappel…?

  2. yep

    voila 1 qui a compris l'importance des workout lui il sont trés peu nombreux en france a en faire les autres prefere joué pffffffffff il y arrivera c bien

  3. AND11

    3 clubs en 3 saisons déjà… Ca sent la carrière de globe trotters.. A moins qu'il se pose quelque part pour de bon.

  4. Lyzouu

    Bienvenuuue A Cholet (:

  5. Mp

    Je suis aussi un Ona Embo donc je connais Carl,c'est un bosseur et quelqu'un de humble,2grosses qualités importantes.

    Son jeu s'améliore et il va prouver à Cholet qu'il a role majeur dans l'équipe.

    Continue cousin. mike