Carmelo Anthony : « Il nous fallait un match comme ça »

Les joueurs US étaient unanimes après la frayeur face à la Lituanie, ce match est exactement ce qu’il leur fallait.

S’il est vrai qu’il n’est pas simple de rebondir après une grosse défaite, ce n’est pas non plus aisé de retrouver du sérieux et de la concentration lorsque l’on vient tout juste d’établir un record olympique de la plus grosse raclée. Les Américains viennent d’en avoir la preuve avec ce match ultra chaud face à la Lituanie.

L’adresse monstrueuse lors du match précédent leur a peut-être fait oublier momentanément que c’était bien sur leur défense qu’ils avaient le plus de chances de pouvoir établir leur domination plutôt que sur leur adresse longue distance. Même si Coach K et Deron Williams ont expliqué que la plupart des tirs qu’ils ont pris étaient bons, c’est quand même en serrant la tenaille défensive qu’ils ont trouvé le moyen de stopper les Baltes.

Redevenir humains

 

En tout cas une chose semble certaine, ce petit coup de flippe était probablement ce qui pouvait leur arriver de mieux à l’approche des quarts de finale.

« On avait besoin d’un match comme celui-ci et que quelqu’un nous teste vraiment et nous pousse dans nos retranchements », nous a expliqué Carmelo Anthony.

« C’était un gros test pour nous. Il a fallu qu’on trouve le moyen de gagner ensemble. »

« Après avoir gagné les matches précédents avec autant d’écart, il fallait un match comme ça pour nous rappeler qu’on est humains », confiait de son côté Kevin Love.

Des propos d’autant plus intéressants que, plus qu’un simple problème de concentration de la part des Américains, c’est véritablement le plan de jeu des Lituaniens qui leur a posé problème et qui les a forcés à trouver les solutions adéquates.

« Il faut leur rendre hommage, à chaque fois qu’ils nous jouent, ils le font en croyant en leurs chances », ajoutait Melo.

« Il ne faut jamais oublié qu’il y a une autre équipe sur le terrain », expliquait de son côté Coach K pour répondre aux questions des journalistes en conférence de presse concernant le relatif manque d’adresse de ses troupes (44%).

« La Lituanie est une grande nation de basket, avec une très belle tradition et coach Kemzura est l’un des meilleurs entraineurs du tournoi. Leurs joueurs ont déjà participé à des matches de cette importance et ils ne sont pas impressionnés par nous. »

« On n’arrivait pas à vraiment courir face à leur défense sur transition. Ils ont ralenti le jeu et ils nous ont fait jouer comme ils le voulaient », saluait Melo.

LeBron devient mister 4th quarter

Alors qu’on se demandait parfois qui, dans cette équipe, demanderait la balle dans les moments chauds, la réponse aujourd’hui n’aurait pu être plus clair, il s’agissait de LeBron James (20 pts à 9/14, 5 rbds et 9 pts dans le dernier quart).

« LeBron était chaud à la fin, on lui a donné la balle et c’était son soir. Il voulait le ballon et il a rentré de très gros shoots », reconnaissait Anthony.

« Vu le rythme dans lequel il est depuis les finales NBA, LeBron est le joueur le plus inarrêtable du monde », estime même Love.

Et pourtant, ça ne coulait pas forcément de source. Coach K a notamment expliqué que la très grande camaraderie qui lie son groupe pouvait également avoir des inconvénients

« Vous avez vu à quel points les gars étaient heureux de voir Carmelo et Durant mettre tous ces tirs et du coup, ils voulaient les voir en mettre d’autre et du coup ils n’ont pas pris les tirs de la façon dont ils le font habituellement.

Mais c’était bien que LeBron dise “Je m’en occupe, je vais gérer ça”. »

Non pas que LeBron ait réellement pris la parole de cette façon, mais c’est ce que Krzyzewski a compris vu la façon dont LBJ a demandé la balle sur la fin du match. Intéressant pour la suite de la compétition, puisque le sélectionneur a expliqué que, dans leur cas, ils ne voyaient le premier tour que comme une mise en jambes avant les échéances plus importantes et les matches couperet.

Les joueurs US se sont d’ailleurs peu ou pas entraîner cette semaine en attendant les quarts de finale.

« Pour nous, c’est la semaine avant LA semaine« , a expliqué l’entraîneur.

« On va essayer de monter en régime maintenant.« 

Dans cette optique, effectivement, ce match était un parfait rappel à la réalité.

Tags : ,
Comments
Rédacteur en chef de BasketActu.com, BasketSession.com et du magazine REVERSE. Email | Compte Twitter

Commentaires (2)

  1. bucky

    J’aimerai connaitre leur avis sur une quelconque comparaison de leur équipe avec la Drean Team de 92.

  2. MiLissounga

    A part Bryant et James, on n'a pas entendu les autres de Team Usa dessus, donc…