Carmelo Anthony : « J’ai chambré Kobe toute la soirée »

Carmelo Anthony pense que le mérite du réveil de Kobe en deuxième mi-temps lui revenait.

Kobe Bryant qui ne score pas de point sur une mi-temps, ça n’avait pas dû arriver depuis un match de la saison 2003-2004 où Bryant, boudeur, avait refusé de prendre des tirs toute la soirée avant d’expliquer que la défense des Kings à laquelle il avait fait face ce soir-là était la meilleure qu’il ait jamais dû affronter.

Et pourtant, face aux Australiens hier soir, le Californien est resté muet pendant toute la première période tandis que, sur twitter, nombre de commentateurs annonçaient déjà le déclin du black mamba. Oui, mais ça, c’était avant. Avant une deuxième période de feu durant laquelle il aura planté 20 points pour finir meilleur scoreur de son équipe et faire totalement exploser la belle résistance des Boomers.

En zone mixte après le match, Carmelo Anthony affirmait être la cause de cette éruption soudaine.

« J’ai chambré Kobe toute la soirée », racontait-il en souriant.

« Je lui disais “Réveille-toi, tu as l’air endormis là”. Faut croire que j’ai réveillé le Mamba vu son troisième quart-temps. » (rires)

Kobe reconnaissait lui-même qu’il y avait une part de vérité dans tout ça… du moins dans le fait que Melo ait contribué à le remotiver.

« Carmelo me disait “Montre moi ce que tu fais pendant la saison d’habitude” », nous a confié Kobe.

« Mais à ce moment, de toute façon, j’étais déjà saoulé. »

« Je sais sur quel bouton appuyer avec lui », rigolait Melo.

« C’est ce que j’ai fait à la mi-temps et durant le troisième quart-temps, il faut croire que ça a marché et qu’il s’est réveillé. »

On dirait cependant que le message de Carmelo était un peu plus explicite que Bryant ne voulait bien l’admettre.

« Je ne peux pas vous dire ce que je lui ai dit », racontait Anthony en se marrant.

Quant Marc Stein a demandé à Kobe s’il pensait avoir fait taire les critiques qui le donnaient pour mort de l’autre côté de l’Atlantique, Bryant a commencé par rire sans répondre, avant de lâcher : « J’espère que non, sinon où serait le fun ? ».

Tags : ,
Comments
Rédacteur en chef de BasketActu.com, BasketSession.com et du magazine REVERSE. Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.