Ce soir, Tony Parker va dépasser une immense légende

C’est un véritable monument de l’histoire du basket européen que Tony Parker va effacer des tablettes ce soir.

Tony-Parker-1400Si l’on peut débattre à l’infini de qui est le meilleur joueur européen de l’histoire, une chose est sûre : Tony Parker est très clairement dans la discussion, avec les Dirk Nowitzki, Pau Gasol, mais aussi et surtout (car nous pensons, contrairement à ce que laissait supposer l’édition de samedi de L’Equipe, que le classement ne se joue pas uniquement entre ces trois-là) les Drazen Petrovic, Arvydas Sabonis, Dejan Bodiroga, Toni Kukoc et cie. Et après tout, peu importe où on le place, ce qui est important c’est qu’il est en train de réaliser une carrière tout simplement monumental : entre autres 4 fois champions NBA, MVP des Finales 2007, 6 fois All-Star, Champion d’Europe Junior, 3ème de l’Euro 2005, 2ème à l’Euro 2011, Champion d’Europe en 2013. Et seul meilleur scoreur de l’histoire des championnats d’Europe dans une poignée de minutes, statut qu’il co-détient pour le moment.

En scorant un lay-up à la fin du 3ème QT lors de la victoire de l’équipe de France contre la Bosnie-Herzégovine, c’est un véritable monstre, une légende du basket européen qu’il a égalé : Nikos Galis qui, comme Tony Parker, a planté 1031 pts en championnat d’Europe. Une icône que le meneur tricolore aurait pu dépasser s’il avait joué dans le dernier quart-temps. Mais non seulement Vincent Collet pensait qu’il n’avait besoin que des 11 pts que TP a marqué hier, mais le principal était aussi et surtout de reposer ses cadres :

« Tony va passer devant demain. Je pensais qu’il lui fallait 11 points pour passer devant, en fait c’était douze. Mais c’est anecdotique. Le mieux était d’éviter une blessure et ça sera probablement pour demain. On jouera la première attaque pour lui », expliquait Collet en conférence de presse.

Quoi qu’il en soit, tout à l’heure, quand il scorera ses premiers points ontre la Pologne (car on n’imagine pas une seule seconde qu’il soit fanny), Tony effacera des tablettes l’inarrêtable Nikos Galis, un monument de notre sport. Si cette perf ne pèse pas grand-chose comparé à son objectif de back-to-back avec les Bleus, elle ne constitura néanmoins pas le moindre de ses exploits.

Et pour ceux qui n’ont pas eu la chance de voir jouer Galis – et donc de parfaitement mesurer ce qu’accomplit TP – on vous renvoie à REVERSE#2, ou à cette vidéo :

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.