Chalon finit sans gloire, pas de top 16 pour le Partizan

Tous les résultats de la soirée à la sauce bullet.

Malaga-Chalon : 86-62

Chalon avait-il seulement envie de gagner ce match ? Car aller jouer à l’extérieur sans carotte au bout de ficellle, ça ne vous aide pas à déplacer des montagnes. Le »match » de Steed Tchicamboud en est l’illustration parfaite puisqu’il termine avec une évaluation de -10. La rencontre aura au moins permis à Clint Capela de se montrer puisque l’intérieur a terminé la partie avec 12 points et 12 rebonds. Maintenant place au déplacement à Nanterre ce dimanche en championnat.

 

Besiktas-Lietuvos Rytas : 66-65

Cette victoire, les Turcs sont allés la chercher au mental. Car ils avaient très mal démarré leur match. Mais dans une ambiance de folie, les joueurs d’Erman Kunter ont su trouver les ressources pour l’emporter sur la plus petite des marges. Sans gros scoreur (Serhat Setin est le meilleur marqueur avec 12 points), le Besiktas aura su faire preuve de cohérence. Une victoire au scénario pas facile mais qui peut-être important pour la suite de leur saison.

 

Fenerbahce-Cantu : 77-69

Histoire de bien finir la première phase, rien ne valait une bonne victoire à la maison. Séduisants offensivement (55% de réussite), les joueurs de Pianigiani n’ont pas galvaudé la rencontre à commencer par Bo McCalebb et ses 19 points (+ 3 passes décisives). Signe de leur envie manifeste de victoire : la présence au rebond offensif (15 prises) quand les Italiens n’en ont pris que quatre. Mais pour rejoindre le FF, les Turcs devront élever encore leur niveau de jeu.

 

Real Madrid-Union Olimpija : 91-60

Entre les deux formations il n’y a pas eu photo c’est une évidence, hormis dans le troisième quart-temps (20-19). Et pourtant certains cadres comme Rudy Fernandez (12 minutes) ont été ménagés. Jaycee Carroll a été une nouvelle fois précieux sur le front de l’attaque (17 points) mais il termine aussi meilleur rebondeur avec 7 prises. Bref un match rondement mené et donc positif à bien des égards.

 

Khimki-Panathinaikos : 78-77

Là aussi on a assisté à une rencontre plus que serrée à l’image du dernier quart-temps remporté par le Pana sur le score de 18 à 17. Si les Grecs ont été plus adroits que leurs adversaires à deux et trois points, la faille aux lancers-francs (64,7%) a couté cher. Mais le collectif moscovite (cinq joueurs à dix points ou plus) a aussi été un mur qu’ils n’ont pu franchir. Mais cette défaite reste toutefois sans incidence.

Brose Baskets-Partizan : 92-90 ap

Encore une fois le Partizan s’est écroulé en prolongation, gérant mal son money-time. Sans doute un manque d’expérience mais les Allemands ont ausis su bien mener leur barque à l’image du duo Nachbar-Gavel (39 points à deux). Léo Westermann a été lui complet (16 points, 6 rebonds et 4 passes décisives) mais il a fait des petites erreurs dans des moments cruciaux. En tout cas l’Euroleague s’arrête là pour lui puisque le Partizan ne s’est pas qualifié pour la suite.

 

Sienne-Gdynia : 88-95

Comme quoi les miracles finissent toujours par arriver… Mais c’est bien parce qu’il n’y a pas d’enjeu que les Polonais l’ont finalement remporté, confirmant le fait que lors des dernières journées il y’a toujours des résultats étranges. Mais avec 35% de réussite seulement que pouvait espérer Sienne ? Côté Gdynia Jerel Blassingame a une nouvelle fois montré qu’il avait le niveau Euroleague en sortant un match à 26 points, 3 rebonds et 4 passes déciisves. On retiendra également ses échanges verbaux un brin musclé avec Bobby Brown. En tout côté les Polonais ont réussi là où Chalon a échoué : réussir sa sortie.

 

Maccabi Tel Aviv-Alba Berlin : 78-62

Sans Vule Avdalovic out pour la saison, les Berlinois se sont frottés avec difficulté au collectif israélien. La réaction du troisième quart-temps (25-12) n’aura pas suffi face à une équipe qui pouvait notamment compter sur un Ricky Hickman on fire (17 points et 5 passes décisives). La belle adresse au tir primé (53,3%) fut aussi un élément décisif dans la victoire car sur cette distance l’Alba a été stoppé à un très petit 4/19. Mais de toute façon les Allemands avaient déjà assuré la qualification pour le Top16.

 

Barcelone-CSKA : 75-78

Sans doute le match le plus attendu de cette dernière journée…Malgré un bon Juan-Carlos Navarro (17 points et 3 passes décisives), les Catalans ont souffert du différentiel de réussite au tir primé (62,5% à 36,4%) mais aussi au niveau du rebond, l’une de leurs principales faiblesses (28 à 22).Une chose est sûre : Milos Teodosic aur eu une importance capitale dans le succès du CSKA puisqu’il a terminé avec 13 points et 5 rebonds mais aussi 6 fautes provoquées, signe qu’il aura été un constant poison….

Tags :
Comments

Commentaires (4)

  1. GW

    Cedrik Banks a bien croqué aussi…

  2. Marc

    quelle experience pour Léo !! 39 minutes en EL

  3. Bob

    Sérieux vous avez même pas maté le Barça-CSKA?

    Si c'était le cas vous auriez cité le triple énorme de Teodosic qui donne la victoire au CSKA. Par contre malgré ce que disent les stats il a pas été top Teodosic, il a fait plusieurs mauvais choix durant le match qui auraient pu coûté cher.

    Sinon beau début de match de Kaun et Weems en patron dans le 4e QT. Au Barça, Tomic et Navarro bons, et Ingles aussi fait un beau passage en début de 4e QT.

  4. Legend. Derrick Pope

    " La question autour de la signature de Shelden Williams se légitime : fallait-il aligner 250.000 euros pour un pivot qui en ProA n'apporte ni plus ni moins que son prédécesseur, Alade Aminu (…) et n'a pas permis à l'équipe de franchir un pas sur la scène Européenne ? "

    Extrait de BasketNews n°627, 13/12/2012.

    Si BURT CASSANDER, MEL et surtout le très triste et tourmenté A-SIR savent lire, je leur conseille de se fournir de toute urgence ce numéro de BasketNews, afin qu'ils s'instruisent basket-ballistiquement parlant et qu'ils puissent vomir leurs critiques – et/ou insultes – habituelles à l'encontre de tous ceux qui osent parler de Chalon. Je vous suggère de reprendre l'épisode très fin de la banderole anti-BasketNews, sans vous péter la veine du front.

    Amitiés.