Chalon va faire ses premiers pas en Euroleague.

Ce soir, le Colisée sera en mode « devotion » pour la réception de Prokom.

Tout le basket français aura les yeux rivés sur la même cible aujourd’hui. Champion de France la saison passée, l’Elan Chalon fera son entrée dans la cour des grands ce soir avec la première journée Euroleague. Pour Steed Tchicamboud, ça ne sera pas une preière puisque le meneur français avait participé à l’EL avec Nancy en 2008.

« C’était ma première saison au SLUC. J’étais là-bas pour ça. On avait joué contre Barcelone, Panathinaïkos, Sienne, Sopot et Kaunas. Juste avant, en septembre, j’avais été sélectionné pour la première fois en équipe de France. Donc ce sont de très bons souvenirs. Maintenant, si j’ai bien retenu une leçon, c’est que tous les matches sont importants… », se souvient l’Escroc dans le JSL. « On avait failli nous qualifier pour le Top 16. Mais on avait perdu de peu à Kaunas lors de l’avant-dernière journée. C’est un peu le mal des équipes françaises qui perdent souvent ce genre de match. Au final, ça s’était joué à rien. »

Depuis quelques mois maintenant, le staff travaille d’arrache-pied pour préparer ce match, sur et en dehors du terrain. Greg Beugnot a convaincu Blake Schilb de prolonger son bail à l’Elan pour pouvoir vivre cette aventure avec son équipe de cœur. Marcus Denmon avait rejoint le groupe pour pallier le départ de Malcolm Delaney. Mais une blessure au pied, contractée le week-end dernier, va le contraindre à devenir spectateur pour les débuts européens de Chalon. Pour prendre le relais, le staff chalonnais s’est payé les services de Brion Rush. L’ancien strasbourgeois a eu quelques jours pour intégrer le système de jeu de sa nouvelle équipe.

« Il sait très bien jouer sur pick’n roll et se placer dans le jeu sans ballon. C’est une valeur sûre. J’ai déjà un bon relationnel sur le terrain avec lui », confie Tchicamboud an sujet de la nouvelle recrue.

Côté logistique, le club s’est également activé avec le montage d’un nouveau panneau et la rénovation du Colisée qui compte désormais 5000 places, entre autres.

Greg Beugnot et ses joueurs l’ont dit et redit : l’Elan ne va pas faire figuration. Et l’Elan s’en est donné les moyens.

D’ici quelques mois, Chalon peut sauver l’honneur du basket français en se qualifiant au Top 16. Mais la route est longue et si le groupe de l’Elan paraît abordable, les joueurs de Beugnot vont devoir se mettre au niveau de chacun de leurs adversaires.

« Habituellement, il faut 4 victoires quand le groupe est fort, et 6 si le groupe est faible. Mais ne soyons pas frileux. Ne soyons pas calculateurs […] Se considérer comme des petits poucets, ça m’énerve. Prenons tous les matches pour les gagner, sans nous préoccuper du classement », commente le coach chalonnais dans les colonnes du quotidien local.

Pour Tchicamboud, il s’agira de jouer le coup sans retenue :

« On ne doit pas être observateur. C’est ça qui me fait peur »

Le groupe de Chalon : Maccabi, Sienne, Alba Berlin, Malaga, Gdynia

Le calendrier :

11 oct : Chalon – Gdynia
18 oct : Berlin – Chalon
25 oct : Chalon – Maccabi
2 nov : Sienne – Chalon (vendredi)
8 nov : Chalon – Malaga
15 nov : Gdynia – Chalon
22 nov : Chalon – Berlin
29 nov : Maccabi – Chalon
7 déc : Chalon – Sienne (vendredi)
13 déc : Malaga – Chalon

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.