Championnat du monde U19, Quarts de Finale

Résumé des Quarts de Finale du Championnat du Monde U19

Tous les jours au cours de ce Championnat du Monde U19 se déroulant à Prague, BasketActu vous propose de revenir sur la journée et les faits marquants.

Ce vendredi avait lieu les ¼ de finale de ce Championnat du Monde U19.

7. Dante EXUM (Australia) Les résultats:

Lituanie 89 – 58 Chine

Espagne 76 – 87 Australie

Croatie 66 – 73 Serbie

Canada 67 – 109 USA

Les ½ finales de samedi (disponibles sur LiveBasketball ) seront donc:

Australie – Serbie (18h00)
Lituanie – USA (20h15)

 

Les matches du jour:

Lituanie 89 – 58 Chine

LTV-CHICe match nous offre une opposition intéressante entre deux équipes dont les forces offensives se situent essentiellement sur l’extérieur avec des gâchettes folles, comme Dimsa ou Shuai, et des interieurs forts défensivement mais qui ne seront donc pas forcément utilisés ou beaucoup sollicités. D’entrée, nous avons droit à un bon Grigonis bon d’entrée (lay up et runner) tandis que Zhao nous démontre également une belle aisance sur ses pull-up jumpers après dribbles, pour la Chine. Avec ces deux-là, il faut aussi compter sur Dimsa et Shuai Yuan qui se neutralisent et amènent le score à parité au bout du premier quart-temps (18-18).
Grigonis continue dans son rôle de chef d’orchestre en 2ème quart-temps et c’est Tamulis qui donne 10 pts d’avance à la Lituanie à 2mns de la mi-temps avec un beau 3pt sur un beau démarquage de Dimsa, plus vraiment en réussite. Tout ceci amène un score de 44 à 32 en faveur du pays balte à la mi-temps.
Les Lituaniens pulvérisent les Chinois au rebond (25 contre 11), en particulier au rebond offensif (11 contre 3) leur permettant d’offrir de nouvelles chances à leurs shooteurs. Techniquement, les Lituaniens utilisent également énormément de tear-drops de manière à contourner les grands pivots chinois (dont Qi Zhou, 2m17)
Au retour des vestiaires, les Lituaniens continuent d’appuyer sur l’accélérateur et passent un 9-0 qui fait monter l’écart à 19pts (51-32, 23ème). Les Chinois ne reverront plus les Lituaniens dont l’avance oscillera ensuite entre 20 et 30pts pour finalement se fixer sur +31 après 40 mns de débats largement dominés par les Verts, Jaunes et Rouges (score final: 89-58). La petite colonie lituanienne chante des « Lietuva, Lietuva » et tout ce beau monde rentre aux vestiaires fier de sa performance et déjà concentré sur la demi-finale de demain.

 

Le joueur du match: Marius Grigonis (Lituanie)
GrigonisCertainement l’un des joueurs les plus calmes de tout le Tournoi, le playmaker de la Lituanie peut aussi être chaud dans les moments décisifs, comme il l’avait déjà démontré au Championnat du Monde U18 de l’an dernier à domicile avec son game-winner contre la Serbie en demi-finale.
Ici, à l’étage supérieur, il a encore fait preuve de son tempérament clutch et nous a démonté la Chine en quelques coups de griffes bien assénées. Ses 8pts, 5 rebonds et 3 passes en première mi-temps résument son impact sur le match. Il est le catalyseur de tout ce que fait la Lituanie en attaque, en est le meneur de jeu même si ce n’est pas sa position officielle sur le terrain. Il a su également, sur ce match, se restreindre de shooter ces 3points pour lesquels il ne semble pas encore avoir la distance dans les bras. Son physique longiligne pourrait lui jouer des tours s’il lui venait à l’esprit d’aller jouer en NBA un jour mais il n’y a aucun doute qu’il sera un formidable joueur d’Euroligue, s’il restait en Europe, vu son intelligence de jeu et ses capacités multiples. La demi-finale contre les USA pourrait être un gros problème, vu les physiques de Payton et Smart mais le défi l’attendant lors de ce match ne fera sans doute qu’aiguiser son esprit de compétiteur.

 

Espagne 76 – 87 Australie

La deuxième rencontre nous offrait également une vraie question tactique avant le match: Qui allait donc pouvoir se charger du cas Exum du côté espagnol? Le joueur australien a un physique longiligne et possède des qualités de vitesse et de puissance avec lesquelles aucun Espagnol ne peut rivaliser. Vicedo, avec ses grands segments, était une possibilité, tout comme Nogues ou Marin. Finalement, l’entraineur espagnol, Guil Torres, decida d’attribuer le rôle à Homs, un ailier-fort de 2m02, plus grand qu’Exum (1m95) mais moins rapide.
Pourtant, s’il est un joueur dont la vitesse est confirmée par le début de match, c’est celle de Brizuela qui pénètre dans la défense australienne comme un couteau chaud dans du beurre et vient chercher les layups pour garder son pays au contact d’Australiens qui, dès le départ, font preuve de beaucoup d’adresse derrière la ligen à 3pts (8-8, 4ème).
BrizuelaPour contrer ces plans espagnols, les Australiens sortent alors une zone-press qui décontenancent les passeurs espagnols et qui permettent à Exum d’aller chercher des paniers faciles, de provoquer des fautes (3 dans le premier quart-temps) et des « And 1 », en contre-attaque. Le score n’est encore que de 19-15 en faveurs des Aussies mais sur un bombardement en règle à 3pts des Océaniens, l’avance passe à +10. Cette première mi-temps révèle les manques espagnols, défendant mal sur les 3pts (l’Australie tourne à 8/14 à la mi-temps) mais ne pouvant également pas stopper le phénomène Exum (9 fautes provoquées à la mi-temps). Le +14 (45-31) est plus que logique à la pause.
La deuxème mi-temps recommence sous les mêmes auspices et les Australiens ne manque pas grand chose derrière la ligne primée ce qui fait gonfler leur avantage à +18 à la fin du 3ème quart-temps.
Pour ne pas voir leurs espoirs de médaille s’envoler, les Espagnols essaient de se rapprocher au prix d’une défense un peu plus agressive, utilisant une press tout-terrain et prenant plus de risques sur les lignes de passe ce qui se révèle payant puisque l’écart retombe à +12 (54-66, 32ème).
Diaz a son moment « Iverson » en allant chercher les paniers au milieu des grands qui ramènent l’Espagne à 10pts (70-60, 35ème) mais Exum y répond par un 3pt (63-73) 1 mètre derrière la ligne. Perez se précipite trop ensuite et Exum met le double-pas en contre-attaque qui ressemble au coup de grâce porté au taureau espagnol qui aura longtemps paru n’être qu’une vachette aujourd’hui… le score final de 87-76 vient récompenser un match homérique d’Exum mais aussi de ses coéquipiers à la mire bien ajustée (11/28 à 3-pts, 39%).

 

Le joueur du match: Dante Exum (Australie)
7. Dante EXUM (Australia)Arrivé à ce Championnat du Monde avec le statut de prospect NBA très convoité, Dante Exum aura mis du temps à se mettre en route, ne dépassant pas les 14 points dans les 3 matches de la première phase de poules. Mais, depuis sa blessure au genou contre les USA qui lui aura valu de ne jouer que 10mns contre ses probables futurs compagnons de NBA, le point-guard d’1m95 semble avoir pris la décision d’assumer son rôle de leader technique et psychologique de cette équipe d’Australie. Le vainqueur de Russie-Australie se qualifie pour les ¼ de finale? Dante Exum sort un match à 20pts, 2rbds, 6 passes et 3 interceptions. Une qualification pour les demi-finale est en jeu contre l’Espagne? Il affiche 33pts, 5rbds, 4passes et 4 interceptions lorsque ses coéquipiers viennent tous les remercier à la fin du match. Bref, le natif de Melbourne semble grandir sous la pression et c’est d’ailleurs surement cela qui aura poussé Jonathan Givony, de Draft Express, à le placer maintenant en 3ème position de sa mock draft 2014. Avec un matchup compliqué mais pas impossible face aux Serbes en demi-finale, Exum va devoir justifier son statut et être le go-to guy des Aussies. Apparemment, c’est ce qu’il aime faire…

 

Réaction de l’entraineur australien, James Cotter, au micro de Basketsession:

« Je suis si fier de mon équipe. Il manque des joueurs à tout le monde et il nous manque Mirko, bien évidemment [Mirko Djeric, meneur de 1m91, victime collatérale d’une blessure par balle à la jambe lors d’une fête en Australie le 14 juin dernier]. On aimerait qu’il soit là . Les garçons ont mis un bandeau sur leurs bras pour honorer Mirko de la meilleure façon qu’ils le peuvent. Je n’ai jamais été plus fier de ce groupe qu’aujourd’hui. Ça a été un effort formidable de leur part. Dante [Exum] a été un vrai leader, il nous a porté sur son dos et je ne sais pas vraiment ce qu’il aurait pu faire de plus. Il a été exceptionnel et pour un garçon qui est si émotionnel, je n’arrête pas de répéter qu’il a les pieds sur terre, qu’il est formidable à coacher. La finale? On serait fous de ne pas y penser. Je n’aimerais pas avoir à nous jouer maintenant. On a une énorme journée demain. Je suis si fier de ces garçons. Le seul truc dommageable de cette victoire, c’est qu’on ne puisse pas en profiter très longtemps mais c’est une grande victoire pour le basket australien. »

 

 

 

Croatie 66 – 73 Serbie
Cette rencontre brulante entre les cousins des Balkans et leurs deux stars, Saric et Micic, s’ouvre sur un festival d’adresse de la part de tous les joueurs. Saric et Brzoja pour la Croatie, et Andric, pour la Serbie, font rentrer à peu près tout ce qu’ils veulent dans le panier et, dans cette attaque à tou va, c’est la Serbie qui possède 7 points d’avance à la fin du premier quart-temps (24-17). Les Serbes poussent même l’écart à +14 (13ème) sur un 3pt en contre-attaque de Micic et un dunk de Salic.
Les Serbes semblent avoir trouvé une vraie faille dans la défense sur pick-and-roll des Croates, laissant des espaces dans la raquette. Les Croates s’accrochent en allant chercher des fautes et des points dans la raquette (33-27, 17ème) et reviennent à 3pts sur un tir primé de Dabic (32-35, 19ème), écart qui sera le même à la mi-temps (35-38).
MilutinovLes Serbes reviennent ultra- motivés et mettent un 9-0 d’entrée. (47-35, 22ème) mais les Croates leur répondent par un 6-0 (41-48, 24ème). Saric se prend la tête avec Jakunovic sur sa position en défense sur les pick and rolls serbes et cela semble lui donner un surplus de motivation, comme s’il en avait vraiment besoin… (16pts, 4rebonds,3passes déjà pour le Croate…). Sous son impulsion, les Croates reviennent à 4 pts (52-48, 28ème). Le 3ème quart-temps se finit donc sur le score de 56 à 50 en faveur de la Serbie.
Andric continue son festival à 3pts (4/4 à cet instant) et la Serbie reprend le large en début de 4ème QT (62-51, 32ème). Saric semble un peu seul dans le bateau croate avec seulement lui et Gabric au-dessus des 10pts. Cela ne s’arrange pas lorsque Brzoja prend une très sévère 5ème faute et quitte ses coéquipiers avec seulement 8pts d’inscrits dans ce match (2/6 dont 2/4 à 3pts). (66-56, 35ème)
Un peu de maladresse côté serbe permet aux Croates de remonter à 61-68 à 1mn de la fin et un « And 1 » de Saric, après un festival de mauvaises passes des deux côtés, les ramène même à 64-68 à 31 secondes du buzzer.
Le petit jeu des lancers-francs de fin de match n’apportera rien aux Croates bien que Micic n’en mette que trois sur huit et ce sont bien les Serbes qui iront défier l’Australie en demi-finale après leur victoire 66-73.

 

Le joueur du match: Vasilje Micic (Serbie)
On aurait pu parler de Dario Saric et de ses 30pts, 9 rebonds et 10 fautes provoquées mais le titre de joueur du match doit bien revenir à Micic, véritable chef d’orchestre de cette équipe de Serbie qui s’impose aux adversaires tel un bulldozer. Le prospect serbe a encore récité une leçon de basket à l’européenne. Rien de flashy mais du clutch en barre pendant ses 38 mns passées sur le parquet (on passera sur ces 4 lancers manqués en fin de match pour retenir les 4 d’affiliée qu’il a mis ensuite). Avec 15pts, 8 rebonds, 8 passes et ses 9 fautes provoquées, il a dominé son rival croate, Junakovic, de la tête et des épaules. Ses pick-and-rolls ont amené des paniers pour ses intérieurs, comme Jankovic (13pts) mais ses pick-and-pop ont également permis à Andric de briller (20pts à 4/11 à 3pts).
MicicAprès son match presque légendaire contre les USA mercredi, la réputation de celui que beaucoup voient comme le futur meilleur meneur européen n’est plus vraiment à faire. La comparaison avec Sarunas Jasikevicius est troublante tant les deux joueurs possède de qualité en commun. Contrairement à Saras qui n’a passé que deux saisons mitigées en NBA, il y a très peu de chances que Micic ne fasse pas partie d’une des futures drafts NBA tant son talent est flagrant. Il va maintenant falloir le prouver face à un autre prospect NBA, Dante Exum. Si ce dernier pourrait être un problème pour la défense serbe, on souhaite aussi pas mal de courage au défenseur australien qui sera chargé de Micic au cours de la demi-finale. L’ami Duncan (pivot de l’Australie) va pouvoir cauchemarder tranquillement cette nuit en pensant aux pick-and-rolls qui l’attendent. Ila avaient réussi à la limiter à 14pts et 4 passes lors de la phase de poules mais en était tout de même reparti avec un défaite. Voir l’inverse se produire serait sans doute le rêve de James Cotter, l’entraîneur australien.

 

Canada 67 – 109 USA
Le match sûrement le plus déséquilibré (dû au niveau affiché par les Américains depuis le début de la compétition) le devient un peu plus lorsque Trey Lyles arrive vêtu de son survêtement et regarde ses camarades s’échauffer depuis le banc. Son entorse à la cheville n’aura donc pas eu le temps de guérir en deux jours.
Malgré tout, le match commence plutôt pas mal pour des Canadiens pas vraiment impressionnés puisqu’une bonne partie d’entre-eux joue également dans les universités américaines. C’est l’un d’entre-eux, Ennis-McIntyre, qui, sur la lancée de son Tournoi assez réussi fait un début de match très intéressant avec des pénétrations vives et de bonnes passes. L’écart est malgré tout déjà de 10pts après 7 mns (14-24) mais, suite à la sortie d’Ennis pour 2 fautes, c’est son coéquipier Rathan-Mayes qui fait le travail et ramène le Canada à 8 pts à la fin du premier quart-temps mais en « oubliant » quelques points sur la ligne des lancers.
Le Canada résiste toujours aussi bien dans le 2ème quart-temps, possédant les joueurs à impact physique dont les Etats-Unis sont eux aussi dotés. Néanmoins le 4/11 sur la ligne des lancers les empêche de complètement profiter des « And one » et des fautes qu’ils provoquent dans la défense adverse, Rathan Mayes tournant à 3/10 après 17mns de jeu. Les Etats-Unis gardent donc 9pts d’avance après 17mns de jeu. (32-41).
Les Canadiens, fatigués, encaissent un nouveau petit écart avant la pause et rentrent au vestiaire avec 15 points de retard (53-38), ne shootant qu’à 37% (13-35) contre 53% (21/39) pour les Américains et ayant surtout manqué 12 des lancers qu’ils ont tentés. Contrairement aux autres équipes de ce Tournoi, ils n’auront perdu la balle que 9 fois (contre 7 aux Américains), l’une des raisons de cet écart raisonnable.
La deuxième mi-temps voit les Etats-Unis creuser inexorablement l’écart, dominant au rebond et ne laissant aucune deuxième chance à des Canadiens qui semblent maintenant un peu dépassés. (46-73, 25ème). Les canadiens De Ciman et Okolie ont beau se démener et contrer quelques tentatives américaines, l’écart est inexorable (84-50, fin 3ème QT).
Le quatrième quart-temps n’apporte pas grand chose, succession de lancer-francs et d’interceptions faisant monter l’écart à +35 (59-94, 36ème) pour finir à +49 (67-109)

 

Le joueur du match: Michael Frazier (USA)
Ce pourrait être en fait une récompense collective tant Billy Donovan fait tourner son effectif, en particulier lors de ces matches où l’écart frise les 30-40 pts. Néanmoins, l’intégration de Michael Frazier au cinq de départ ce soir face au Canada fut une véritable réussite. Habituellement peu en réussite derrière la ligne à 3pts (34/118, 28% sur tout le Tournoi), Frazier a apporté contre le Canada cette adresse qui vient à manquer à l’équipe américaine lorsque Rasheed Sulaimon, l’autre expert à 3pts, n’est pas en réussite (1/3 pour lui). Le joueur de l’Université de Florida ne fait habituellement pas partie des titulaires mais son coach, sans doute plus que personne, savait surement ce que Frazier pouvait apporter. Avec 4/9 à 3pts, il a marqué plus de la moitié des paniers primés US, cela devrait lui valoir encore un peu plus de temps de jeu sur la demi-finale (et, surement, la finale).

 

Le Cinq du jour:
Dario Saric – Croatie – 30pts, 9 rbds, 4 passes, 3 interceptions, 1 contre.
Vasilje Micic – Serbie – 15 pts, 8 rbds, 8 passes, 2 interceptions
Dante Exum – Australie – 33pts, 5 rbds, 4 passes, 4 interceptions
Alberto Diaz – Espagne – 19pts, 3 rbds, 1 passe, 4 interceptions
Michael Frazier – USA – 12pts, 6 rbds, 3 passes

 

Les matches de classement de vendredi:

Iran 53 – 63 Brésil

Argentine 59 – 63 Russie

 

Les matches de classement de samedi:

Iran – Argentine (pour la 11e place) – 08h45

Russie – Brésil (pour la 9e place) – 11h

Espagne – Croatie (Classement 5-8) – 13h15

Chine – Canada (Classement 5-8) – 15h30

 

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires (3)

  1. bballisdead

    Il y a un joueur qui joue comme Sarunas? et voila j'ai tout mouillé merci basketsession!!

  2. Foals

    Ahhhh bravo Benoit Jamet! ça fait plaisir de lire des résumés de ce championnat!

    Micic c'est très fort! je l'avais vu en U18 (il avait 17 ans) et il était très impressionnant … contrôle du jeu, technique, vision … il prenait beaucoup de risques, d'ou les pertes de balles … il continue toujours les passes dans le dos qui finisse en tribunes? ^^

    Quand à Saric … il est tellement loin!