Charles Lombahe-Kahudi : « En playoffs, c’est la bataille »

A l’approche de la fin de la saison régulière de la Pro A, Charles Lombahe-Kahudi parle de ses objectifs avec Le Mans, mais aussi pour cet été avec l’équipe de France. Entretien.

BasketActu : Malgré vos deux défaites de suite, vous êtes tout de même sur le point de valider votre ticket pour les playoffs. Quel est ton point de vue sur ta saison et celle de l’équipe ?
Charles Lombahe-Kahudi : On est plutôt pas mal dans l’ensemble, on s’est mieux hiérarchisé que l’année dernière. Disons que, à titre collectif, on est un peu trop irrégulier par moment. Il faut que lors des playoffs on retrouve une cohésion collective pour être prêt à affronter des équipes qui ont vraiment le « couteau entre les dents », qui ont vraiment faim. A titre individuel, dans l’ensemble c’est plutôt pas mal. Après, j’essaie de faire en fonction de ce dont l’équipe a besoin c’est-à-dire de jouer juste, même si ce n’est pas tout le temps évident. J’essaie aussi de ne pas forcer le jeu et si ça ne vient pas, ça ne vient pas.

BasketActu : En coupe de France, vous avez été défaits par Limoges en demi-finale alors que vous meniez de 8 points à la mi-temps. Le MSB est l’équipe la plus prolifique offensivement de la Pro A et vous avez été limité à seulement 57 points en attaque. As-tu l’impression que vous vous êtes fait voler le match en deuxième mi-temps ?
CLK : On ne s’est pas fait voler le match, Limoges a vraiment bien joué. Il n’y a rien à redire là-dessus. Je pense que l’on s’est tiré une balle dans le pied tout seul un petit peu, parce que même si dans le match tu ne peux pas tout voir, ça a été sifflé pour tout le monde pareil. Nous, on devait mieux gérer l’avance que l’on avait, mieux gérer ce match-là. Et on a perdu un peu notre construction de jeu, notre jeu collectif.  Mais bon, c’est une défaite en coupe de France, c’est dommage. On a malheureusement échoué dans l’objectif que l’on avait. Mais il nous reste d’autres matches à jouer pour bien se classer en championnat et il y a les playoffs qui vont commencer.

BasketActu : As-tu réalisé pour l’instant les objectifs que tu t’étais fixés en début de saison ?
CLK : Non pas encore, forcément. J’aurais bien aimé que l’on fasse des bonnes choses en Coupe de France. En championnat, on est pas mal pour l’instant. En coupe d’Europe, on n’y était pas vraiment dedans, dans le trou, c’était un peu compliqué pour nous. A titre individuel, moi je voulais faire une saison consistante dans l’ensemble, c’est plutôt pas mal. Maintenant, ça veut dire que je considère que j’ai encore une bonne marge de progression, que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre et à faire donc je continue de bosser. Le but, c’est d’aller le plus loin possible.

BasketActu : Quels sont les objectifs du club pour la fin de saison à part la qualification pour les playoffs ?
CLK : Etre dans le Top 4 pour avoir l’avantage du terrain justement pour les playoffs. Et après, en playoffs, c’est la bataille, donc de manière générale, si on est dans le Top 4, on a un avantage certain puisqu’à la maison on est quand même bon cette saison. Donc c’est l’objectif principal d’être dans le Top 4 pour pouvoir jouer justement les matches en playoffs et essayer d’accrocher un truc.

BasketActu : Tu joues aux côtés de ton frère Henri. Comment juges-tu sa progression sur la saison ?
CLK : Je pense qu’elle a été vraiment constante. Il a encore une très grosse marge de progression et je l’encourage à encore plus se libérer sur le terrain parce que dans son jeu il est vraiment super mature : il gère bien, il est agressif et il défend très dur sur l’homme. Je pense vraiment qu’il est en train de passer un pallier et c’est encourageant pour la suite.

BasketActu : Quel est ton MVP français et étranger de la Pro A sur la saison régulière ?
CLK : Comme je l’ai dit dans Maxi Basket, pour moi le MVP français c’est Fabien Causeur parce qu’il tient l’équipe de Cholet. Pour le MVP étranger, c’est compliqué un peu parce que si on se fit aux stats, je dirais Taylor Rochestie. Il domine la Pro A statistiquement. Après, il faut aussi respecter tout ce que fait Blake Schilb parce que chaque année il a été bon depuis qu’il est en Pro A, même si cette année je trouve que c’est un peu en-dessous de ce qu’il fait d’habitude. Mais Chalon est deuxième et ils font vraiment un très beau basket. Je mettrais Taylor quand même, mais une mention vraiment pour Blake Schilb aussi.

BasketActu : Quelle est la plus belle victoire du MSB cette saison et ton meilleur match à ton avis ?
CLK : (Il réfléchit) Je pense le match avant la trêve contre Paris, parce que l’on a montré une cohésion collective, un jeu collectif. On était vraiment présent. On a fait déjouer Paris qui est une équipe très athlétique, on les a fait déjouer sur leur style de jeu et je pense que c’est à retenir. C’est un exemple pour justement les playoffs et conserver le même style accrocheur pendant 40 minutes. Et moi, mon meilleur match, je ne sais pas en fait, je ne pourrais pas t’en donner un comme ça maintenant. Parce que au delà de mettre des points ou autre, ça dépend aussi de plein de choses en fait : l’aspect défensif, l’aspect du rebond et un petit peu dans la création. Donc, je ne pourrais pas te dire tout de suite mon meilleur match mais j’en ai eu quelques uns de bons.

BasketActu : Tu as été médaillé d’argent avec l’équipe de France de basket au dernier Eurobasket. Qu’as-tu retenu de cette expérience ?
CLK : Ça m’a habitué et donné un aperçu du très haut niveau européen et ça m’a donné envie d’y revenir et de travailler pour justement pouvoir réellement de manière générale y jouer. J’ai beaucoup appris en termes d’exigence, de détails et de trucs comme ça et c’est ce qui fait la différence au très haut niveau. La Pro A est un championnat qui est vraiment très athlétique, super intensif et qui va vite. Mais, le très haut niveau ça se joue sur des détails, à un ou deux mètres près, des petits trucs, de la rigueur. Souvent, il y a un leader et tout le monde suit mais il y a des choses à apprendre de ça. L’Euro m’a permis de voir ce que c’est, à quel point était la marge par rapport à ma progression et mes envies d’exportation si elles se présentent à moi.

BasketActu : Cet été, se dérouleront les JO de Londres. L’équipe de France y est qualifiée mais les places au poste d’ailier seront chères  vu le nombre de candidats à une sélection avec les Bleus. Comment évalues-tu tes chances de faire partie du groupe final qui fera le voyage en Angleterre ?
CLK : Je ne saurais l’évaluer en fait, j’essaie de travailler sur ce qui m’a permis d’être en équipe de France l’été dernier. Surtout l’aspect défensif, les trois-points, l’énergie et un peu « stoppeur défensif » sur mon apport physique. C’est ce qui m’a permis de faire l’Euro et de me montrer un peu à l’Euro dans ce style-là, plutôt que dans un style un peu plus dans la liberté comme en Pro A. Mais après, le coach a des choix à faire. De toute manière, ça sera un rôle de complément c’est-à-dire que j’apporte quand il y a des petits pépins, pour faire reposer des gars ou des trucs comme ça donc on va dire que c’est 50-50. Il y a une interrogation : c’est Mickaël Piétrus, s’il vient ou s’il ne vient pas. C’est vrai que les postes à l’aile sont bien fournis aussi… J’aimerais bien venir avec l’équipe si j’en ai la possibilité. Le coach aura le choix et puis voilà.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (2)

  1. thomagic

    Kahudi >>>> Pietrus
    Sur le point de vue des egos ect Pietrus peut foutre la merde, puis il a toujours une bonne excuse pour pas venir sauf aux JO, MIRACLE !!

  2. 72BOB

    Bravo à Charles pour son parcours cette année :il st vraiment un des piliers du MSB, et bien souvent heureusement que son apport défensif était là ….Pour les playoffs,cela sera difficile : le MSB a bien du mal à assumer les matchs "couperets". Pour Londres, même si les places sont chères, Charles mériterait d'y être à la vue de son engagement . Allez Go Charles :)