Cholet en balade face au Mans

Les Choletais ont joué leur premier match de préparation face au Mans hier soir.

Dans la salle flambant neuve de Saint-Jean de Monts, Cholet n’a pas fait de détail et a fessé une équipe bis du Mans 100-75. Pour autant, malgré un enjeu tout relatif, cette victoire n’est pas à prendre au rabais et montre déjà de belles choses pour les mois à venir.

Avant même de parler de la victoire sans coup férir choletaise ou de fanfaronner outre mesure, il convient de préciser plusieurs choses : premièrement, ceci n’est qu’un amical de présaison, qui plus est le premier, ensuite CB a entamé l’entrainement collectif 4 jours plus tôt par rapport aux Manceaux, et ces derniers se voyaient amputés de quatre joueurs majeurs de la saison à venir (Diot, Koffi blessés, Kouguere et Kahudi en sélection). Il convient ainsi de limiter l’impact des lignes qui vont suivre. Bon OK, soyons aussi un peu fiers et pavoisons juste ce qu’il faut.

Entre un Cholet endolori par la perte de Robert Dozier et Le Mans exsangue à l’intersaison et privé de la moitié de son véritable effectif, la question revenait autant à savoir qui aurait le plus de ressources pour prendre le dessus, tant à ce stade de la présaison, les systèmes et autres combinaisons n’en sont qu’à leurs balbutiements. Le premier 5 de la saison donnait toutefois une idée de ce qu’il pourrait être à l’avenir avec Ona Embo titulaire à la mène, laissant Battle et Causeur sortir du banc tandis que Le Mans était obligé de compter sur le jeune Kévin Mendy à l’aile et sur Henri Kahudi poste 1 au détriment de la recrue Taylor Rochestie.

Le premier quart est démarré tambour battant par la défense choletaise qui n’a visiblement pas perdu ses bonnes habitudes. Si les automatismes ne sont pas encore parfaits en attaque, les poignets s’affutent, Hite et Byars en tête dans un concours de shoot lointain grandeur nature. CB perd peu de ballons et Le Mans ne peut scorer autrement que par J.P. Batista dans une sorte de remake des quarts de finale de play-offs 2011, une bonne recette pour voir l’écart enfler rapidement, déjà 12-5 après 5 minutes. Kunter fait rapidement tourner son effectif, aucun joueur ne dépassant les 23:15 minutes. Causeur placé à la mène en complément d’un Battle remuant à l’arrière fait parfaitement tourner la boutique, 22-11 après 10 minutes.

Alors que déjà tous les joueurs choletais ou presque ont marqué (9 joueurs sur 10 dans le premier acte), Gradit et Gobert se chargent d’alimenter le compteur choletais qui enfle autant que la défense des Mauges ne fout le camp. Est-ce les trop nombreux changements, un rythme trop intense en début de match ? Toujours est-il que des largesses se font entrevoir dont profitent Batista et Rochestie, les deux seuls vrais dangers sarthois de la première mi-temps. Mais Cholet a une nouvelle arme dans son arsenal dans sa version 2011 : un vrai poids offensif varié et des shooteurs de bon niveau. Demandez donc à Byars (3/3 derrière l’arc), Hite (3/6) ou Ona Embo (2/3) ce qu’ils en pensent ! 6/12 de loin déjà à la pause, bien trop pour Le Mans qui inscrit plus du double de points dans le second quart par rapport au premier, oubliant que c’est aussi la défense qui fait gagner les rencontres. Au terme de 10 minutes endiablées (28-24 pour les champions 2010), Cholet vire avec une belle avance 50-35 au repos.

La seconde mi-temps reprend les bonnes intentions de la première moitié de rencontre côté choletais, mais en faisant encore fructifier un avantage déjà conséquent. Gobert montre tout l’étalage de son talent et de sa volonté (11pts à 5/5 dont 3 dunks) en étant intégré au 5 à la reprise tout comme un Fabien Causeur toujours aussi gestionnaire (6 passes au final). Le Mans vivote, tente par Rochestie qui manque bien plus qu’en première période mais sombre à l’image d’un Sommerville hors de forme à 2/11 au tir. Hite lui règle la mire et aligne les shoots toujours plus impressionnants les uns que les autres, tout en n’oubliant pas l’effort défensif. Byars y va aussi de son troisième primé et rejoint le banc pour le reste du match avec le sentiment du devoir bien accompli. L’écart grimpe jusqu’aux 28 unités à la 27ème malgré quelques approximations, c’est dire ! Gradit fait preuve de mouvements offensifs rarement tentés habituellement mais réussis cette fois et les joueurs des Mauges bouclent la troisième période sereinement, menant 81-52.

C’est la paire Ona Embo – Battle qui drive maintenant les blancs et rouge mais force est de constater qu’à faire jouer son cinq B, Erman Kunter perd en solutions offensives ou tout simplement en talent. Le MSB resserre un peu l’étau défensif mais profite surtout de ratés peu vus jusque là chez le dernier finaliste pour décorser l’addition (83-60, 35’). Cholet ne marque plus, et il faut un … shoot à trois points d’Ona Embo pour que la machine se débloque. Les dernières minutes ne sont que formalités alors que les jeunes Kahudi et Céci (qui a fait bonne impression) affinent leurs stats côté adverse, constatant la faillite des habituels leaders Acker (6pts à 2/8), Batista peu en verve après la mi-temps et ce malgré le barroud d’honneur du meneur Rochestie. Les jeunes choletais font aussi leur apparition sur le parquet avec comme guide un Randal Falker rarement aussi entreprenant en attaque, se permettant même le luxe d’un shoot à 5 mètres ! Notre nouveau blogueur Vafessa Fofana manque un lay-up facile (ça commence déjà à balancer dur ;)) mais son compère Mickaël Kessens a suivi pour inscrire le centième point choletais du soir, sous les applaudissements d’un public conquis. Le tableau annonce un rondelet 100-75 score final, forme de conclusion logique entre une équipe dont on aperçoit déjà le potentiel et une autre en plein chantier.

Les préparations dantesques d’Erman Kunter n’ont pas encore trop entamé les ressources d’un collectif bien huilé (28 passes décisives) et qui vit tout simplement bien, à l’image d’un Robert Dozier hilare sur le banc en civil. Mentions spéciales à Byars et Hite qui ont déjà compris qu’ils seront les leaders de l’équipe et qui s’en accoutument très bien (15 et 13 unités), à un bon Carl Ona Embo à la mène, auteur d’un match complet (10-4-4) mais aussi à la paire Falker-Gobert qui a montré de belles choses en sortant du banc (3 contres chacun avec 22 et 19 d’éval, les meilleures du match). Cholet a su tenir un haut pourcentage de loin tout au long de la rencontre (10/18), signe d’un renouveau de la palette offfensive maugeoise. Si les coéquipiers d’un Romain Duport discret ne shooteront pas aussi bien à chaque match, on sait déjà que leurs adversaires ne pourront pas les laisser libres de loin. Enfin, il est aussi certain que ce Mans là ne sera pas aussi médiocre tout au long de la saison. Ca tombe bien, Cholet a encore de quoi progresser sur de bonnes bases.

Résumé de Loris Belin de CB World.

 

Comments

Commentaires (6)

  1. Tapion

    Le MSB champion de France cette saison… en basket handisport!

  2. golo72

    belle rouste, ça reste un 1er match de préparation entre 2 équipes qui n'ont pas démarrer la prépa au meme moment et une equipe quasi au complet contre une autre décimé…

    certe ça ne dissipe pas les doutes sur l'equipe du mans et notamment le secteur intérieur mal équilibrer et faiblard en l'absence de koffi…

    batista sommerville coleman me parait franchement pas au niveaux surtout défensivement….

  3. AND11

    Si t'arrives à tirer des conclusions sur le premier match amical d'une équipe pro alors t'es fort Tafion, t'es très fort.

  4. pp33

    tant que le Mans gardera ce coach pourri ils pourront rien faire

  5. Kunterstrike

    JD a pris des techniques sur ce 1er match ?