Christophe Denis : « Amener cette équipe vers un état d’excellence »

Alors que son équipe a préservé son invincibilité à la maison, Christophe Denis insiste sur le travail qu’il reste à fournir pour améliorer encore davantage le jeu de son équipe.

La victoire s’est construite dans le troisième quart-temps ; qu’est-ce-que vous aviez dit à vos joueurs à la pause ?

Je leur ai dit que ça n’était pas trop mal. Mais on était sur un fort rythme en première mi-temps. On manquait d’énergie, il n’y avait pas assez de niaque. Il fallait absolument qu’on puisse emballer le match, qu’on se bouge les fesses notamment défensivement car on sait que Le Mans a quelques problèmes sur le repli défensif. Si on montait d’un cran l’agressivité défensive, on allait récupérer des ballons qu’on aurait pu exploiter très facilement sur jeu rapide. A partir du moment où on se met à courir, derrière forcément ça devient plus facile. Voilà c’est ce que je leur ai dit à la mi-temps. Le match n’était certainement pas encore joué et qu’il fallait encore monter d’un cran au niveau de l’intensité.

 

Une victoire face à un adversaire direct pour les PO c’est une satisfaction ?

C’était la moindre des choses. On s’était lamentablement loupé contre Roanne. Le gros regret c’est ce match-là parce que ce soir (hier), je ne peux pas m’empêcher de penser qu’on aurait pu les mettre à 3 points derrière nous. Cette fabuleuse histoire qui serait d’être dans le Top 4 à la fin de la saison aurait été encore un peu plus évidente que ce soir (hier). Mais il ne faut pas non plus faire la fine bouche. Le match du Mans était comme une espèce de tournant parce que ça nous relance un peu. On n’avait pas le droit de perdre ce soir. Ça aurait fait trois défaites d’affilée avec celle de la Semaine des AS. On aurait automatiquement plongé dans une dynamique très négative. On est toujours sur le fil du rasoir, les choses vont très vite dans un sens comme dans l’autre. Maintenant on fonce il en reste dix à jouer. C’est le dernier tiers du championnat. On n’a pas une équipe qui va archi dominer le championnat donc il faut absolument que je puisse faire en sorte d’amener cette équipe vers un état d’excellence. Un état d’intouchable où tout ce que vous entreprenez réussi. Le match de ce soir (hier) nous donne un peu de confiance et c’est un des paramètres.

 

Ce qui est positif c’est l’apport de joueurs comme Giovan et Michel depuis quelques rencontres…

Le pauvre Giovan il a souffert pendant des mois de ne pas jouer. Et puis finalement j’arrive à le convaincre que c’est une vraie rotation. Vous savez un joueur il doute tout le temps. Même Michel qui a traversé des moments très difficiles. Ces joueurs à travers des discussions ou quand je les mets sur le terrain comme ça j’arrive à les convaincre qu’ils sont de vraies rotations. Ce ne sont pas des joueurs de sacrifice qui sont là juste pour rentrer une minute et faire souffler le titulaire. Ce sont des joueurs qui sont capables d’apporter quelque chose. Ce soir (hier), Michel il fait 2/2 à trois points. Giovan il joue quatre minutes mais ce sont quatre minutes précieuses. En plus de faire souffler Jawad, il prend des intervalles, le rebond offensif, il va provoquer une faute, il est toujours un mouvement. C’est un danger. Petit à petit on arrive, et ça je vous promets qu’on va y arriver, à une équipe où l’on va trouver vraiment dix joueurs compétitifs. Et pas être une équipe de D-League comme j’ai pu le lire. On a juste eu le mérite de trouver de bons joueurs ricains qui performent au contraire d’autres équipes. On ne va pas nous le reprocher. Alors si en plus de ça, notre french-team de banc commence à montrer des choses on va être une équipe un peu comme ça internationale, magnifique.

 

Il n’y avait pas de ressentiment par rapport au match aller ?

On a joué un peu dessus. On a vu le match  à la vidéo mercredi après-midi. Je pense avoir réveillé quelques mauvais souvenirs. Mais on ne vit pas dans la rancune. C’est pareil ; il n’y avait pas non plus de plan anti-Sommerville. Il revient à Marcel Cerdan, il a été effectivement vexé de ne pas rester au Paris Levallois cet été. C’est un choix mais ça ça n’est pas le problème du Paris Levallois cette année. Et puis le problème du match aller, ça n’était pas le problème du match d’aujourd’hui. Aujourd’hui (hier), c’était de gagner contre Le Mans. Maintenant ça va être d’aller gagner à Orléans.

 

Le match aurait pu se jouer sur la durée mais l’équipe a tenu…

Parce qu’on a fait de très bonnes rotations. Vincent a fait un match à 18 minutes de jeu, 4/4 au tir, il a 13 d’évaluation, il prend des rebonds, il fait deux passes. Salut. Et puis Lamont aujourd’hui (hier) sur un faux rythme, un peu fatigué. Il ne s’est pas entrain pendant quinze jours, il a repris il y’a une semaine. Là cette semaine, je les ai un peu cartonné car après la défaite de Roanne on se devait de s’entrainer dur. Quand vous avez breacker  pendant quinze jours et que vous reprenez après une semaine juste derrière cette semaine-là boom vous tombez. On le savait mais Vincent a répondu présent. Au relais de Trent, Philippe a été très bon. Il ne perd pas de ballons, il met en place des choses sur de courtes séquences. Après on n’est pas une équipe d’Euroleague, on n’a pas douze joueurs de très haut niveau.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (3)

  1. legmarronaimelaliga

    paris est en train de mettre son nom sur la carte basket!!!!avec les as a domicile ca va les motiver!!!!

  2. Jojo75

    Ce Denis, c'est la modestie incarnée quand meme..

  3. legmarron

    il assume, je crois me rappeler l une d c declaratrions en debut deou il disait vouloir s inspirer de l espagne au nivo du jeu avec un GARFIELD ds le role de JEAN CHARLES, ben je me suis bien marré sur le coup, sur le coup…..