Christophe Denis : « Je reste serein »

Malgré ce faux-pas sur le terrain du voisin nanterrien, hors de question pour le coach du PL de verser dans l’inquiétude.

Une défaite positive

 « Une défaite dans ce genre de rencontre, je ne parle pas du derby, mais ce genre de rencontre très intense qui se joue à pas grand-chose comme à Strasbourg où on craque sur la fin, c’est toujours très douloureux. Mais comme je suis quelqu’un de positif je suis à la fois très méfiant et très serein. Très méfiant parce que la qualification en play-offs n’est pas acquise même si ce soir (hier), il y’a une chose essentielle c’est qu’on préserve le pointaverage. Je reste serein et je me rappelle ce qu’on a fait les sept derniers mois et notre saison elle est pour le moment plutôt positive. Je crois réellement en cette qualification en play-offs. Et le genre de match que l’on a fait ce soir (hier) va certainement nous rendre plus fort. Je pense que c’est dans ce genre de moments douloureux que l’on voit ressortir les personnes fortes qui auront la capacité à faire briller cette équipe sur les matchs qu’il nous reste à jouer ».

 

Une affaire de petits détails

« Deux joueurs qui  prennent feu… Y’en a un (Xavier Corosine, ndlr), je le connais bien, depuis qu’il a dix ans. Je sais très bien que lorsqu’il est comme ça, même si vous mettez trois joueurs dessus, il continuera à marquer ses paniers. Mais je pense que la première des choses, c’est que l’on n’a pas réussi à bloquer Will Daniels. On avait décidé de protéger la raquette, de leur interdire les drives ce qu’on arrive à bien faire pendant une longue partie du match. et puis Daniels se met à jouer poste bas sur Jawad et Jawad  n’est pas capable de gagner ce genre de duel. On leur donne confiance là-dessus. Quand Will Daniels, qui avait été complètement dominé au match aller, se rend compte ce soir (hier) qu’il est capable de dominer Jawad Williams, ça donne de la confiance mais à l’ensemble de son équipe aussi.

Et après vous rajoutez la réussite à trois points de Nanterre. Dans le dernier quart-temps, ils n’en loupent qu’un seul. Ils étaient en réussite. Qu’est-ce-que vous voulez que je vous dise ? Quand vous poussez une équipe comme ça à shooter derrière la ligne à trois points, surtout chez elle, en général ça tombe du bon côté. Mais on s’est quand même battu jusqu’au bout ».

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.