Christophe Denis : « On manque totalement de caractère »

Pour le coach du PL, son équipe n’assume pas encore le statut de grande équipe du championnat auquel elle souhaite parvenir.

Sur ses impressions sur le match

« On rencontre une difficulté depuis maintenant quinze jours c’est que l’on est incapable de tuer un match. L’équipe de Nanterre est venue simplement chez nous avec l’ambition de venir jouer le coup à fond. Ce qu’ils ont très bien su faire car ils n’ont jamais lâché. Déjà ça c’est faire preuve de caractère. Cette opportunité de gagner on la leur a donné ».

 

Sur le manque de caractère de l’équipe

« On manque totalement de caractère. On parle de talent mais pour moi le talent c’est de savoir faire les choses pour atteindre un objectif. A Roanne on avait vu que le troisième quart-temps nous avait fait très mal donc on s’était bien concentré là-dessus donc 21-15 dans le troisième parfait. Mais ce qui nous intéresse c’est de bien finir. Ce qui est le plus important dans un match c’est quand même qu’à la fin on soit les vainqueurs (sourires) ».

 

Sur le manque de ferveur autour du club

« Il y’a le contexte des matchs à l’extérieur et de ceux à domicile ; mais ce qui est paradoxal c’est qu’il n’y a pas de vérité dans tout ça. L’année dernière on en joue 15 à domicile on en gagne 13. Ce manque de ferveur autour du PL ne nous a posé aucun souci l’année dernière pour gagner des matchs. Il se trouve qu’aujourd’hui (hier) c’était un match piège. Ils sont diminués. C’est le discours et ils jouent là-dessus. Psychologiquement c’est très intelligent. Mais je crois que nous il faut que l’on fasse abstraction de ce manque de ferveur autour du club ; à nous aussi de savoir rallier les gens en gagnant des matchs, en étant leader du championnat, en défendant dur, en montrant que l’on a des joueurs à caractère qui se battent et qui mouillent le maillot… Pour le moment en terme de remplissage de salle on ne peut rien exiger ».

 

Sur l’équipe actuelle

« On s’est mis dans la peau d’une équipe que l’on n’est pas aujourd’hui. Aujourd’hui on n’assume pas ce statut de grande équipe du championnat. On veut le devenir mais on ne peut pas se comporter comme une équipe comme Nancy qui sur les dix dernières années a fini six ou sept fois dans les quatre premiers, on n’est pas Le Mans, on n’est jamais allé en finale du championnat de France etc etc… ».

 

Sur Sean May

« Il faut que l’on soit tueur ; le sport c’est un rapport de force non ? Quand vous l’êtes en général c’est le plus fort qui gagne. On a un pivot Sean May qui a joué en NBA, qui a fait l’Euroleague… La réalité aujourd’hui (hier) c’est que Chris Massie prend le dessus sur Sean May. Colins de Roanne a pris le dessus sur Sean May…. Moi en tant que coach je dois me remettre en question, je dois revoir manière de travailler, je dois revoir mes exigences envers mes joueurs et revoir la manière dont on joue. Il faut que l’on arrive à faire ce que l’on a fait contre Le Mans et Orléans ».

Tags : ,
Comments

Commentaires (1)

  1. JO

    Ils manquent de caractère et de banc. PARIS tourne à 6 joueurs.