Christophe Denis : « On ne pourra pas tourner toute la saison à six joueurs et demi »

Après la victoire face au MSB, le technicien francilien est revenu sur la question de ses rotations.

Sur le shoot de la gagne

« J’avais demandé de l’agressivité de la part d’Andrew, qu’il attaque le cercle, qu’il fasse venir l’aide défensive. Mais évidemment tout ce que vous prévoyez de faire ne se passe jamais comme vous l’imaginez. Et là on s’est retrouvé avec Jawad qui avait la balle dans les mains et qui ne savait pas trop quoi en faire. Grâce à son talent il l’a met. On est arrivé à se créer une situation pour que l’on puisse shooter. On avait récupéré le ballon à dix secondes de la fin parce que l’on avait bien défendu. C’est plus Le Mans qui a fait l’erreur que nous qui la provoquons ».

 

Sur la question des rotations

« L’équipe va devoir évoluer là-dessus. Vu la manière dont on joue pendant quarante minutes on ne pourra pas tourner comme ça toute la saison à six joueurs et demi. Il va falloir que j’apprenne à faire tourner mon effectif, à leur donner un peu plus de confiance.  Mais on ne peut pas non plus mettre sur le terrain un joueur qui n’est pas en confiance. Il y’a tout un travail à faire eux à l’entrainement dès lundi. Ça passe par des discussions et des mises en situation pour que petit à petit Jonathan Aka, Giovan Oniangue, Louis Labeyrie puissent nous apporter ce que finalement ils nous apportaient très bien en présaison ».

 

Sur les 87 points encaissés et le style de jeu de l’équipe

« Ce soir (hier) on peut dire tiens le Paris Levallois a encore encaissé 87 points ça ne fera pas d’eux un champion, ils ne sont pas capables de défendre. Mais moi je peux aussi faire ce que beaucoup d’équipes font : défendre demi-terrain, attendre que la balle elle arrive et faire finalement une saison à 65 points encaissés.

Mais on a décidé de partir comme ça parce que je pense que c’est un trait de caractère qui s’est dessiné pendant les sept semaines de présaison et qu’il est hors de question de changer notre fusil d’épaule […] Je ne me compare à personne d’autre et pas non plus à l’équipe du Paris Levallois de l’année dernière, ni les précédentes qui elles aussi marquaient beaucoup de points ».

 

Sur la prestation globale de l’équipe

« On a une équipes capable de faire beaucoup de passes décisives. Et cela peut nous permettre d’avoir de la création. On a la chance d’avoir neuf joueurs avec un bon QI basket. A partir du moment où vous avez des joueurs qui connaissent bien le jeu, si vous mettez des systèmes qui utilisent leur création et leur agressivité à chaque possession, forcément ça fait une équipe qui joue avec beaucoup de connections entre elle. Je n’ai pas mis longtemps à leur faire comprendre ce que j’attendais d’eux sur telle ou telle situation. Mais le danger ça serait de se satisfaire de ça et de ne pas avoir la volonté de progresser encore ».

Tags : ,
Comments

Commentaires (3)

  1. JO

    c'est sur : tourner avec 4 joueurs qui bouffent 80% du temps de jeu, çà ne marche qu'un temps.A noel, ils seront cuits.

  2. rapid

    « on ne pourra pas tourner comme ça toute la saison à six joueurs et demi »

    Ben fait jouer les Laberyrie & co alors… C'est pas comme s'ils étaient incapables d'avoir le niveau…

  3. AND11

    J'aime pas ce type de coach qui dit beaucoup de choses en conférence de presse mais fait tout son contraire sur le terrain.

    Il nous l'a déjà faite à l'envers la saison dernière, alors qu'il recommence pas.

    Enfin au moins cette année à PARIS, capitale française, on aura pas 100% des points de certains matchs marqués par des américains. C'est déjà ça de gagné. Même si perso, j'aurais infligé des points de pénalité au club avant que démarre la saison.