Christophe Denis : « J’ai vraiment le sentiment d’avoir une équipe de 10 joueurs »

Le coach du Paris Levallois est entièrement satisfait de l’attitude de ses joueurs sur le parquet de St Eloi samedi dernier. Et il a particulièrement apprécié le rendement de son banc.

BasketActu : Satisfait de cette victoire, même si elle a été difficile à acquérir ?

Christophe Denis : Tout à fait, ce ne sont jamais des victoires qui tombent du ciel. D’autant plus à Poiters. C’est une équipe qui tourne bien depuis un moment et quand je vois le match de ce soir, je ne me fais aucun souci pour Ruddy.

On a souffert, forcément. Il fallait s’y attendre. Et ce qui m’a plu ce soir, c’est de voir les mecs rester serein, ne pas paniquer même si sur deux trois possessions, on a perdu les pédales. Mais dans l’ensemble, on a su rester dans le match, faire le dos rond quand la foudre s’est abattue sur nous. Les joueurs ont su faire les bons choix en deuxième mi-temps sur le terrain. Il faut leur rendre hommage parce que ce sont eux qui ont fait les choses.

On a trouvé les bons joueurs au bon moment. Le banc a largement contribué au succès de l’équipe aujourd’hui, notamment les jeunes. C’est une grosse satisfaction que petit à petit, on arrive à avoir 7, 8 ou 9 joueurs compétitifs.

BasketActu : Votre première mi-temps reflète de nouveau vos difficultés à déplacer.

C.D. : Ils ont bien commencé le match. Ils ont décidé de nous attaquer à l’intérieur. Quand on arrive comme ça sur les matchs à l’extérieur, on joue avec le frein à main, en reculant. Quand on joue en reculant comme ça, les choses ne se passent pas bien, forcément. Il fallait surtout éviter de les laisser tomber dans l’euphorie. C’est le meilleur moyen de partir au large et ne de plus avoir les moyens de revenir derrière. Vu le scénario de match et le comportement de certains, je repars d’ici avec énormément d’enseignement.

BasketActu : Par exemple ?

C.D. : Sur les rotations. Le fait que Chatfield peut être transparent. Pas transparent parce que j’essaye de l’amener sur un autre registre que celui de scoreur et au moment où on a besoin de lui, il sort de sa boîte, enchaîne et marque beaucoup de points.

Je suis satisfait par le rôle de Lamont également qui était à deux doigts de sortir de son match et qui s’est reconcentré. Il y a plein d’autres choses. Giovan, Ada, Michel, le come-back de David aussi. Parce que ça fait deux matchs d’affilé que David sort des matchs à 12 pts, avec une réussite à 3 pts, dans un registre de gros défenseur et avec beaucoup d’activité sur le terrain. Je suis très content parce que j’ai vraiment le sentiment d’avoir une équipe de 10 joueurs.

BasketActu : Sur la première mi-temps, les joueurs ont eu énormément de mal à développer leur jeu. Quel a été on discours à la pause ?

C.D. : En rentrant au vestiaire à la mi-temps, j’avais décidé de rester calme et de mettre l’accent sur les choses positives. Et finalement, j’ai pété un câble. Je leur ai dit que j’en avais ras-le-bol d’avoir à faire à une équipe A à domicile et une équipe B à l’extérieur. Je leur ai dit qu’il fallait qu’ils se respectent un peu plus. Je leur ai demandé quand est-ce qu’on allait commencer à se mettre dans la tête que si on faisait les choses correctement, on pouvait gagner ces matchs à l’extérieur comme on le fait à domicile. Je leur ai fait part de mon mécontentement et de mon ras-le-bol. Ce sont des mots un peu durs dits comme ça. Et puis, on commence le troisième quart temps avec une autre attitude et un investissement à la hauteur de ce que l’on attendait.

Quand on commence à faire les choses correctement, avec les talents qui composent cette équipe, la seule chose qui peut nous empêcher de gagner, c’est nous-mêmes.

BasketActu : Dans quel état d’esprit on se déplace chez une équipe de bas de tableau comme Poitiers qui doit sauver sa peau ?

C.D. : J’en profite pour féliciter Nanterre pour sa performance face à Chalon. Quand on voit Nanterre battre Chalon, on se dit que haut de tableau ou bas de tableau, les équipes sont assez proches finalement. La dernière fois qu’on a gagné un match à l’extérieur, c’était contre le HTV en février. A l’extérieur, on n’est pas sûr de nous. C’est pour ça que dans le premier quart, on joue avec un frein à main. On n’ose pas, on n’est pas sûr de ce qu’on fait. A partir d’un moment, on est tombé d’accord sur le fait que quitte à perdre le match, fallait y aller. Si on perd, on perd. On s’est un peu plus lâché en deuxième et quand cette équipe se lâche, on sait que cette équipe peut être dangereuse.

BasketActu : La technique sifflée contre Ruddy Nelhomme vous permet de mettre un 7-0 sur une action. C’est le tournant du match ?

C.D. : C’est une situation qui nous a bien aidé à faire le break à ce moment-là du match. Je ne suis pas devin, peut-être qu’on l’aurait fait dans le jeu un peu plus tard. Sur le scénario d’un match, on essaye de mettre en place ce qu’il faut pour pouvoir contrôler mais les choses ne vont pas forcément comme il faut. On doit apprendre à en profiter plutôt que d’essayer d’anticiper et de dicter ce qui va se passer. On n’est pas tout le temps maître du jeu.

BasketActu : Les jeunes ont eu un rôle capital ce soir. Ada Sane en première mi-temps et Giovan en seconde avec deux gros shoots. Satisfait ?

C.D. : Ils font partie de la rotation. Ce n’est pas un choix que l’on a fait mais les choses se sont passées de cette manière, on a énormément sollicité 5-6 joueurs. Au bout d’un moment, un garçon comme Chatfield, il toussote un peu, il est un peu dans le dur. Mais c’est normal. Et puis, il n’est plus tout jeune Eric. Il fallait absolument que je sois bons sur ce dossier là et puis le problème c’est moi, pas les jeunes. On a de jeunes joueurs de très bonnes qualités. Ce soir, je ne suis pas loin de regretter de ne pas les avoir fait jouer plus tôt. Parce que si je les avais fait jouer plus tôt, ils seraient encore meilleurs aujourd’hui. Avec de jeunes joueurs comme Ada, Giovan et avec énormément de confiance, cette équipe serait plus fort. Et peut-être qu’on ne serait pas sixième mais plus proche des premiers.

BasketActu : Un que l’on n’a pas beaucoup vu, c’est Trenton.

C.D. : Parce que Philippe a été bon. Philippe, tu ne peux pas savoir le soulagement et le bonheur que j’ai. Je suis très heureux pour lui parce que ce soir, on a eu le Philippe qu’on attendait depuis le début de saison.

BasketActu : L’année dernière en fin de saison, tu disais qu’il manquait au PL un Philippe Da Silva. C’est ce Philippe-là dont tu parlais ?

C.D. : Voilà, c’est exactement ça. Le joueur cérébral, vocal, leader, qui pense bien le basket et qui est souvent dans la bonne décision. Ce soir, il a tout simplement été très très bon. C’est encore quelque chose qui m’enrichit ce soir et enrichit l’équipe. Et puis ça va lui donner encore plus de crédit par rapport à ses partenaires ; Ce soir, je suis très heureux de voir cette équipe gagner de cette manière, avec autant de joueurs bien lançant comme ça.

Tags :
Comments

Commentaires (4)

  1. bob

    christophe denis : enfin un coach qui apporte de la stabilité au PL …

  2. vins

    Bah tout est beau ! Cependant c'est comme si il y avait des plates excuses destinés à certains membres du groupe… Noel qui joue pas bcp, les jeunes "bons" mais qui jouent pas bcp, Da silva "top" mais qui joue pas bcp, il y a un mois dans maxi basket c'etait "on 6-7 joueurs de haut niveaux et l'année prochaine il en faut 8-9" soit en clair bye a certains ! et là "mon groupe il est geééénialll, les 10"… Certains on du bien aimé le cote opportuniste du coach. Après il fait du bon taf le coach… mieux que moi !

  3. GW

    Normal qu'il "toussote" Chatfield, il prend la place de 2 joueurs dans la rotation !

    Même si Meacham et Da Silva n'ont pas du tout le même impact, il ferait mieux de reposer Chatfield avant les playoff. Ils ont la 6e place assurée, ils évitent les 2 gros, après jouer contre Orléans, Le Mans ou Nancy y a pas de grosse différence !