Christophe Denis : « On est une équipe en souffrance »

Christophe Denis revient sur la défaite douloureuse de son équipe face à l’ASVEL.

Christophe-Denis-350-190411-KReineCe qu’il a manqué
Certainement un brin de confiance. Quand vous vous trouvez dans une dynamique aussi négative, finalement vous avez du mal à jouer en toute confiance ce qui faisait à un moment donné dans l’année notre force. Au-delà d’un certain nombre de choses qui nous plombent vraiment depuis un certain temps on se retrouve aujourd’hui à ne plus être sûr de ce que l’on a fait depuis plusieurs mois. On est une équipe en souffrance tout simplement.

La blessure de Jawad Williams a du être un coup dur…
C’est à se demander si on ne joue pas mieux sans lui. Parce que ça libère certains. On joue small-ball quasiment tout le dernier quart temps. On finit avec Maleye en quatre pour justement avoir cette capacité à mettre des paniers extérieurs. Mais ça ça n’est pas une excuse que l’on peut utiliser, elle ne sert à rien.

"Regardez Antoine. J’ai trouvé qu’il a été guerrier, courageux, en réussite."

Le fait de savoir que les play offs se jouaient sur ce match-là a-t-il augmenté la fébrilité des joueurs ?
Il n’y a pas de généralité, regardez Antoine. J’ai trouvé qu’il a été guerrier, courageux, en réussite. Il a assumé ses responsabilités, il finit le match à 29 points, il fait des passes. Le contexte ne l’a pas stressé, peut-être que d’autres oui. Je ne pense pas que le contexte de ce match-là ait été défavorable pour nous. Maintenant que les play offs sont enterrés, et c’est la loi du sport, il faut aller au-delà de cette déception et de cette frustration qui est quand même dur à assumer mais on n’a pas le choix de le faire. On fera le bilan après la finale du 5 mais il faut qu’on se remobilise cette semaine, que l’on se serve du match d’Orléans pour préparer celui contre Nanterre. Le 5 mai il faut que j’ai douze bonhommes qui soient prêts à jouer leur vie. On a bataillé toute l’année, dieu sait que ça a été dur. On a fait tout ça cette année pour être à un moment donné dans la peau d’une équipe qui gagne quelque chose.

Tags : ,
Comments

Commentaires (1)

  1. John

    Pff… On ne peut s'en prendre qu'à nous-même.

    10 victoires/ 5 défaites lors de la phase aller
    3 victoires/ 12 défaites lors de la phase retour

    Gros problème de rotation de la part de Denis, quand tu utilises May, Williams pendant 35 minutes. Normal qu'ils aient des contre-coups physiques. En plus le jeu est inexistant je trouve, sur plusieurs séquences offensives où l'ASVEL défendait en zone, aucun joueur ne bougeait, la balle ne tournait que sur les extérieurs, forcément un tir casse-croûte derrière. cela démontre l'incapacité de l'équipe à s'adapter à ce style de défense.

    J'espère qu'ils joueront comme des morts de faim le 5 mai. Est-ce qu'une victoire en CDF est qualificatif pour une Coupe d'Europe?