Christophe Denis très énervé après ses joueurs

Après la rouste reçue par Rouen au BCM, Christophe Denis a eu des mots très durs envers ses joueurs.

Les deux victoires lors des premières journées de championnat face au Mans (63-61) et Pau (88-69) sont déjà à placer au rang des vieux souvenirs pour le SPO Rouen. En effet, l’équipe normande reste sur trois cuisants échecs contre Limoges (92-62), Bourg-en-Bresse (81-68) et surtout contre le BCM (92-49). Dans le Nord, hormis la prestation de l’ailier-fort Alain Koffi (10 points et 6 rebonds), on ne peut pas dire que le coach Christophe Denis puisse tirer du positif des prestations de ses joueurs. Le différentiel au niveau de l’évaluation collective est d’ailleurs particulièrement éloquent : 117 à 38 (dont 17 pour le seul Koffi). Le technicien normand a ainsi eu des mots assezs durs en conférence de presse pour évoquer ce quasi non-match du SPO.

« C’est une humiliation, nous avons été des moins que rien. On a encore six mois, la saison est longue. J’ose espérer que cette équipe-là possède de la ressource. On ne peut aller plus bas. On va voir si les gars vont savoir faire preuve de caractère » (Paris Normandie).

Christophe Denis pointe d’ailleurs là l’une des carences principales d’un groupe qui n’a pas encore trouvé ses automatismes. Quasiment reconstruite à 100% lors de l’intersaison, l’équipe ne semble pas pour le moment tirer dans le même sens. Sensé être un leader, Daequan Cook ne donne pas entière satisfaction mais que dire aussi du duo de meneurs US Thompson/Hamilton qui a cumulé un pauvre 3 d’évaluation face au BCM ?  Dans ce marasme ambiant où les faillites individuelles sont nombreuses, Christophe Denis se dit toutefois prêt, avant de prendre des décisions, à donner une deuxième chance à certains éléments de son groupe.

« Certains ont été plus significatifs que d’autres encore dans cet abandon. Droit dans les yeux, on va leur dire qu’ils nous ont trahis. S’ils n’en tirent pas les conséquences, on ne comptera malheureusement plus sur eux. Je veux savoir avec qui je marche ».

Les Normands ont désormais cinq jours pour préparer la réception de Nanterre et montrer un tout autre visage. Une défaite ne serait pas rédhibitoire face à l’une des équipes les plus en forme du moment mais sans un redressement rapide au niveau des attitudes, la saison du SPO Rouen pourrait très vite tourner au vinaigre et raviver encore un peu plus le débat sur l’opportunité d’avoir fait monter le club dans l’élite avec une wild-card.

Crédit photo : Karen Mandau/Paris Levallois

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.