Clutch et encensé par son coach : Frank Ntilikina, un réveil qui fait du bien

Discret depuis une semaine, Frank Ntilikina s’est illustré lors de la victoire des New York Knicks contre le Orlando Magic la nuit dernière.

Frank Ntilikina s’est réveillé au meilleur moment possible. Le Français se dirigeait vers un nouveau zéro pointé. Un cinquième match de suite sans marquer de panier. Jusqu’au troisième quart temps entre les Knicks et le Magic hier soir. Et il avait donc bien choisi son timing pour retrouver le chemin des filets. Parce que son équipe luttait pour se défaite de son adversaire. L’ancien strasbourgeois a apporté un coup de boost nécessaire. Il a planté deux paniers à trois-points de suite avant de tenter d’escalader Nikola Vucevic, en obtenant deux lancers au passage.

« C’était une bonne action », commente le jeune homme. « Je voulais me montrer agressif. »

S’il n’a pas réussi à postériser le pivot monténégrin, Ntilikina a fait plaisir à ses coéquipiers en n’hésitant pas à aller au panier et au contact. Un état d’esprit séduisant.

« C’était vraiment bien », confie par exemple Julius Randle. « J’ai apprécié. Il devrait le faire plus souvent. Il a vraiment été très bon et il nous a aidés à gagner le match. »

Parfois trop timide, Frank Ntilikina doit se faire violence pour constamment maintenir une attitude offensive lors de chacun de ses passages sur le terrain. Ses qualités défensives sont indéniables mais, dans cette ligue, il faut aussi faire la différence en attaque. Sous peine d’être complètement ignorés par les adversaires, ce qui mettrait plus de pression sur ses coéquipiers.

En plus de son coup de chaud au retour des vestiaires, il a peut-être planté le panier le plus important de la partie. Un tir à trois-points pour faire repasser les Knicks devant au tableau d’affichage alors qu’ils étaient menés de deux longueurs.

Ce match était décisif pour Ntilikina. Il avait besoin de se sortir de cette mauvaise passe et de prouver qu’il peut contribuer. Surtout que ses concurrents étaient tous absents. Elfrid Payton, Derrick Rose, Immanuel Quickley… tous manquaient à l’appel. Ce qui a poussé Tom Thibodeau à lancer le « French Prince » dans le cinq majeur.

« Je pense que Frank a vraiment fait un bon match », note d’ailleurs l’entraîneur. « Il prend les bons tirs. Aussi longtemps qu’il fait ça, on croira en lui. Quand il est libre, il faut qu’il prenne ses tirs. »

Frank Ntilikina peut essayer de surfer sur cette lancée. Le problème, avec lui, c’est justement la régularité. Il doit scorer de manière régulière, pas juste par intermittence. C’est l’une des clés pour vraiment s’imposer en NBA.

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.