ALL STAR GAME

Comment la France peut battre la Croatie

L’équipe de France affronte la Croatie en huitième de finale de la Coupe du Monde aujourd’hui, à Madrid (18h). Voilà trois quelques indices sur la manière dont les Bleus pourraient venir à bout de leur adversaire.

Batum-Edf

De toutes les affiches des huitièmes de finale de la Coupe du Monde en Espagne, le France-Croatie disputé en fin d’après-midi à Madrid (18h), est sans doute la plus alléchante. Deuxièmes du groupe B, les Croates ont affiché deux visages différents lors de la première phase. Brillants contre l’Argentine et Porto Rico, ils souffert face aux Philippines (victoire après prolongations) et se sont inclinés contre le Sénégal. Si l’équipe de France semble favorite – de par son statut de championne d’Europe en titre – on peut s’attendre à une rencontre équilibrée entre deux formations ayant l’ambition de décrocher une médaille (NB : le vainqueur affrontera probablement l’Espagne en quart de finale…) A l’image de leur sélectionneur, les Bleus préféraient « affronter la Croatie que la Grèce », dixit Vincent Collet, en huitièmes de finale. Mais le coach tricolore est bien conscient que la jeune équipe croate a du talent à revendre. Ses hommes devront donc soigner leur entrée dans la « nouvelle compétition », sous peine de risquer une sortie de route prématurée. Voici donc trois clés qui devraient permettre aux Bleus de venir à bout de la Croatie ce soir.

Être plus solide à l’intérieur

dario-saric-croatie

Dario Saric, un jeune joueur à surveiller de près.

Comme l’an passé, Vincent Collet ses assistants doivent composer sans un secteur intérieur au complet. Révélation de l’Eurobasket en Slovénie, Alexis Ajinça a déclaré forfait cet été. Kevin Seraphin a été retenu aux Etats-Unis. Ian Mahinmi s’est lui blessé juste avant le début de la Coupe du Monde. Ronny Turiaf n’est pas du voyage non plus. Quant à Joakim Noah… Les Bleus ont donc une nouvelle fois renouvelé leur raquette avec l’émergence de Joffrey Lauvergne, titulaire indiscutable depuis la blessure de Mahinmi. Son back-up, Rudy Gobert, est encore jeune et il dispute sa première compétition internationale (hors tournois en jeunes). Les expérimentés Boris Diaw et Florent Piétrus ainsi que le dernier appelé Kim Tillie complète le frontcourt de l’EDF. Ce mixte d’expérience et de jeunesse est intéressant et les Bleus ne manquent pas de talent sous les panneaux… Mais hormis Gobert, aucun des joueurs cités n’est en mesure de vraiment protéger le cercle.

Les joueurs de Vincent Collet ont souffert sous les panneaux à chaque rencontre, ou presque. Portés par les robustes Nene, Tiago Splitter et Anderson Varejao, les Brésiliens leur ont flanqué 36 points dans la peinture, tout en prenant 16 rebonds offensifs. Même si Pau Gasol a été plutôt bien contenu, les intérieurs espagnols ont tout de même fait la différence contre la France. Miroslav Raduljica a passé 21 pions aux tricolores. Hamed Haddadi en a lui planté 22. Les Bleus sont en difficultés face aux grands pivots lourds adverses et le secteur intérieur est justement l’un des points forts de leur adversaire du jour.

"Avec Saric, les croates disposent d'un joueur dominant." Vincent Collet

« Avec Dario Saric, les croates disposent d’un ailier-fort dominant, très dur et très agressif. C’est quelque chose qui leur manquait ces derniers temps », prévient Vincent Collet.

Le jeune Dario Saric vient d’avoir 20 ans mais il est déjà l’un des meilleurs joueurs européens à son poste. Complet (imaginez seulement lorsqu’il développera son tir à trois-points), le joueur drafté par les Philadelphie Sixers tournait à 13,2 pts et 6,6 rbds à l’issue du premier tour. Son duel avec Boris Diaw sera l’un des facteurs X de la rencontre et on compte sur l’expérience du capitaine de l’équipe de France pour sortir le jeune Saric de la rencontre. En effet, le croate a encore tendance à prendre des fautes bêtes trop rapidement, une lacune « mentale » à exploiter pour les Français. Outre Saric, la Croatie peut aussi compter sur l’expérience d’Ante Tomic et la taille de Luka Zoric ou Luksa Andric. Voilà qui promet une belle bagarre dans la raquette. Les Bleus devront compenser leur manque de centimètres en empêchant leurs adversaires de servir les grands au poste bas (en coupant les lignes de passe notamment) et en sécurisant très tôt le rebond.

Encore plus de rigueur

boris diaw

Boris Diaw attend de ses coéquipiers une attention totale.

Ces efforts réclament une attention à tout instant. Comme l’expliquait Boris Diaw, « chaque possession compte au plus haut niveau. » Les Bleus ne devront donc pas se relâcher, comme ce fut parfois le cas en préparation. L’équipe de France a tendance à manquer de rigueur. L’ensemble du groupe a pointé du doigt ces « petites erreurs » effectuées contre le Brésil. Des écrans retards oubliés, des passes dans les pieds, des mauvais déplacements, etc. L’accumulation de ces imprécisions a mené à la défaite contre les Brésiliens. Nicolas Batum et ses coéquipiers se sont rattrapés par la suite mais ils pourraient payer cash de telles erreurs dans un match couperet. Chaque possession compte. Chaque rebond. Chaque passe. Ils devront s’appliquer à défendre en équipe, à protéger le rebond et à bien faire circuler la balle en attaque. Ils savent le faire (17,2 passes décisives pour 14,8 balles perdues par rencontre pour l’EDF). Il faudra simplement être encore plus précis et encore plus attentif ce soir.

Chaque possession compte à ce niveau

« Nous devons avoir une exigence maximale pour gommer ces erreurs qui font la différence », expliquait le coach de l’équipe de France.

La Croatie a pêché, elle aussi, par manque de rigueur (17,2 passes décisives pour 15 balles perdues) et les Bleus devront exploiter ces failles. Ils ont pratiqué un basket très plaisant sur certaines séquences avec des extra-passes, du main-à-main, des décalages et des tirs ouverts. Malheureusement, ils se sont aussi mis en difficulté tout seul en multipliant les dribbles en périphérie sans trouver de solutions, avant de finalement perdre des ballons bêtement. Attention aussi à ne pas vouloir faire la passe de trop, comme cela pu être le cas par moment. Vincent Collet ne dispose pas des meilleurs shooteurs de la compétition (33% à trois-points) et il est donc important de bien faire circuler la balle afin de faire bouger la défense adverse et de trouver des coéquipiers démarqués pour inscrire des paniers faciles. Mais nous sommes tout de même forcés de constater que les Bleus ont fait preuve d’une certaine force de caractère depuis le début du tournoi.

Garder la même agressivité

Edwin Jackson

Edwin Jackson a joué avec agressivité lors de chacun de ses passages sur le parquet.

A l’exception de la fin de match contre l’Iran – lorsque les Bleus « se sont endormis » selon Edwin Jackson – les joueurs de Vincent Collet ont joué avec le bon état d’esprit chacune des rencontres du premier tour. L’intensité, l’envie et la détermination des joueurs de l’équipe de France ont été salués par le coach et par les cadres à l’issue de la rencontre contre le Brésil. Parfois brouillons, les Bleus ont toujours cherché à se battre sur le parquet. Il leur faudra continuer dans ce sens, notamment contre la Croatie, une équipe qui a tendance à perdre pied dans les rencontres à enjeux.

"Les Croates manquent parfois de dureté" Vincent Collet.

« Ils manquent parfois de dureté dans les matches couperet », reconnait Vincent Collet au sujet du prochain adversaire de l’équipe de France. « Il faudra se montrer conquérant. »

En étant agressif en défense et en attaque, les Bleus pourraient déstabiliser grandement une jeune équipe qui traverse une passe délicate. En effet, les joueurs croates auraient demandé la tête de leur sélectionneur, Jasmin Repesa. Le coach était pourtant bien présent sur le banc lors du dernier match de ses hommes, remportés sans trembler contre Porto Rico (103-82). Cet « affaire » peut donc avoir un effet négatif… comme positif (insuffler la révolte) sur les joueurs croates. Ce sera aux Français de faire douter leur adversaire en les prenant à la gorge d’entrée. Il arrive parfois que le vainqueur d’un match couperet ne soit pas la meilleure équipe mais la plus agressive… De quoi nous donner envie de croire aux chances de l’équipe de France. La qualification pour els quart de finale est à leur portée.

Comments

Commentaires

Comments are closed.