ITW David Lighty : « Etre prêt mentalement »

Après la victoire face à Nancy, David Lighty et ses coéquipiers ont fait le plein de confiance. Idéal avant d’affronter Kiev ce mardi en Eurocup…

David-Lighty---ClaireMacelPour la JSF Nanterre, le retour aux affaires européennes aura lieu ce mardi à 18h. Ce huitième de finale aura d’ailleurs un parfum d’Euroleague puisque les champions de France en titre vont défier Kiev. Si les Ukrainiens avaient emporté le match retour 97-87, Nanterre avait brillamment remporté la première manche à la Halle Carpentier 80 à 61. Pour l’ailier David Lighty, cela ne peut qu’être un plus dans l’approche de ce nouveau rendez-vous.

« C’est bon pour la confiance de savoir qu’on les a déjà battu. On sait de quelle façon jouer afin de pouvoir gagner ».

Pour préparer au mieux ce match, Nanterre a aussi bénéficié d’une semaine complète de travail entrecoupé par la réception de Nancy samedi dernier en championnat. Face au Sluc, la JSF a su montrer un visage cohérent des deux côtés du terrain. Une préparation idéale avant de retrouver l’Europe…

« Habituellement on a deux matchs par semaine. La semaine dernière c’était différent. On a pu se remettre en forme et bien se préparer pour cette rencontre. On sait que l’on va devoir jouer dur et être concentré pour pouvoir l’emporter. Ça sera l’idéal avant de revenir à la maison et de faire la même chose. Le match contre Nancy était vraiment la meilleure façon pour se préparer. Nancy est une équipe dure et très physique. Ils ont en plus de bons joueurs et de bons shooteurs. C’est un peu le même profil que l’équipe de Kiev ».

Au final, le seul élément ayant perturbé la préparation des Nanterriens est la situation politique en Ukraine. Si la tension est retombée à Kiev, elle a repris en Crimée, une péninsule relativement autonome située au sud du pays. Cela a poussé l’Euroleague (qui gère l’Eurocup) à délocaliser la rencontre à Kaunas en Lituanie. Mais pour David Lighty, cette indécision n’a pas pesé.

 « Ça ne change pas la manière de nous préparer. Quelque soit l’endroit où se tiendra le match (interview réalisée dimanche matin, ndlr), ça sera la même chose, ça reste du basket. On devra juste être prêt mentalement et jouer dur pendant quarante minutes ».

En cas de succès Nanterre se placerait idéalement avant de recevoir Kiev le 11 mars à Carpentier. Mais rien ne serait joué pour autant, la qualification se jouant au pointaverage.

Crédit photo : Claire Macel

Comments

Commentaires

Comments are closed.