Didier Dobbels : « Vichy n’est pas encore mort »

Pau sera de la partie en Pro A la saison prochaine. Entretien avec Didier Dobbels.

Les Palois ont assuré leur maintien en Pro A grâce à une victoire sur le Paris-Levallois la semaine dernière. A la fin du match, nous avons croisé Didier Dobbels. Le technicien nous a livré son ressenti.

BasketActu : La victoire au Paris-Levallois était impérative pour vous maintenir mais aussi pour stopper une série de 6 défaites. Quel a été votre discours ?

Didier Dobbels : C’est une victoire qui était importante comptablement. Parce qu’on était venu ici pour gagner le match et sauver le goal-average au cas où. C’étaient deux objectifs très précis. Le troisième était de conserver la stratégie mise en place ces dernières semaines. On s’est vraiment fait plaisir l’autre soir parce que ce match nous permet de rester en Pro A mais aussi dans le déroulement du match. Je suis vraiment content d’avoir vu les joueurs se faire plaisir en partageant le ballon.

BasketActu : Qu’est-ce qui a fait la différence par rapport aux rencontres précédentes ?

D.D. : Cette stratégie offensive et défensive que l’on a su mettre en place efficacement. Et l’adresse qu’on a bien retrouvé par rapport aux 4, 5 derniers matches où on était en dessous de ce qu’on faisait en début de saison.

BasketActu : Vous vous êtes inquiétés en voyant le PL revenir au score dans le dernier quart-temps ?

D.D. : Non car nous nous étions préparé mentalement. A la mi-temps, j’ai parlé à mes joueurs et je leur ai dit que quoiqu’il arrivait, il fallait que l’on reste sur nos schémas de jeu. On savait que le PL était capable de coups de folie comme ils nous l’ont montré. Il fallait que l’on reste lucide, intelligent et serein pour pouvoir arriver jusqu’au bout. On a essayé de les faire douter mais ça n’a pas été facile car certains joueurs ont pris le match en main. Mais le principal c’est la victoire finale.

BasketActu : Que vous inspire cette fin de championnat serrée en bas de tableau ?

D.D. : Ça montre simplement qu’une équipe comme Vichy n’est pas encore mort alors que tout le monde les voyait en Pro B depuis un moment déjà. C’est une équipe qui nous a largement battu chez elle il y a quelques semaines. Après le match, j’avais dit que si Vichy avait gardé les mêmes joueurs depuis le début de saison, ils ne seraient pas en train de se bagarrer pour ne pas descendre. Le championnat est très ouvert. Il y a des équipes qui n’ont pas été au rendez-vous et d’autres, comme nous, qui ont flirté avec les playoffs mais aussi avec la descente. Ca n’a pas été facile à gérer.

BasketActu : Vous avez vu un paquet de joueurs passer dans l’effectif. Comment avez-vous géré cette situation instable ?

D.D. : Ça a toujours été le côté délicat de notre saison. Les blessures, les arrêts volontaires de certains joueurs… J’avais un 5 majeur en février, j’en ai quatre en moins aujourd’hui. Il ne reste que Teddy Gipson. Heureusement, nos jeunes ont montré ce soir et les semaines précédentes qu’on pouvait compter sur eux. Ils ont encore la naïveté de la jeunesse et n’ont pas l’expérience des anciens mais ce sont des matches qui vont leur faire du bien.

BasketActu : Avez-vous joué votre saison avec une certaine pression ?

D.D. : Pas forcément. On est resté solide. On porte quand même le nom de Pau Lacq Orthez. Les gens ne comprennent pas qu’en montant, on puisse redescendre l’année suivante donc on n’avait pas le droit à l’erreur. Mais il n’y a pas eu de grosse pression. Juste des inquiétudes de part et d’autre, les dirigeants, le public, les joueurs… Pour ma part, j’étais inquiet car je ne savais pas si on allait réussir à retrouver un basket cohérent. Ce soir, on l’a fait.

BasketActu : Vous avez passé pas mal de temps à Paris dans le passé. Que ressentez-vous à l’idée de voir ce club dans cette situation ?

D.D. : Une certaine tristesse. Je suis restée ici quatre ans. J’ai été Champion de France avec Paris, j’ai fait une finale de Coupe de France et des demi-finales avec Paris, j’ai joué l’Euroligue avec Paris. Ce club fait partie de ma vie et de ma carrière. Ca m’embête de les mettre dans cette situation-là. Mais c’est le basket ! Je suis sûr qu’ils ont les atouts nécessaires pour s’en sortir. Je ne connais pas tous les détails du point average, je ne sais même pas où ils jouent la semaine prochaine. Mais ils méritent de rester.

BasketActu : Le maintien est assuré. Vous allez pouvoir jouer le dernier match sans pression.

D.D. : On reçoit Cholet chez nous. On va essayer de faire un bon match pour notre public. Il faut que la salle soit bien pleine, que l’on finisse bien cette saison. Ne serait-ce que pour montrer que malgré la saison difficile que l’on a vécu, on est toujours là.

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.