Basket Actu : Dijon a fait plaisir à Jean-Louis Borg, Strasbourg n’a pas paniqué

Rtrouvez toute l’actualité du basket français et européen dans la revue de presse.

Dijon a fait plaisir à Jean-Louis Borg
JL BorgPrivé de son ailier Mykal Riley, on se demandait si Dijon allait pouvoir préserver son invincibilité à domicile face au BCM. Les Bourguignons ont répondu de la plus flamboyante des manières pour le plus grand bonheur de leur entraîneur Jean-Louis Borg. « Mon équipe m’a fait plaisir car on peut être en difficulté quand un joueur majeur n’est pas là. On se posait beaucoup de questions sur Gravelines, qui était sur une bonne dynamique […] Le début de match était idéal et a permis de faire un écart à la mi-temps. On se doutait que Gravelines allait bien revenir et on a su retrouver un second souffle« .

Le Bien Public

Strasbourg n’a pas paniqué
Alors que la SIG a été mis en difficulté par Antibes pendant une mi-temps, les Alsaciens ont ensuite déroulé pour passer un 41-28 à leurs adversaires au cours de la seconde période. Comme l’explique l’ailier Jérémy Leloup, la SIG n’a jamais paniqué. « On savait que c’était une équipe qui pouvait embêter tout le monde et que s’ils étaient au contact à la mi-temps, il ne fallait surtout pas paniquer. C’est ce qu’on a fait. On est resté concentré et on a répondu de la meilleure des manière ».

DNA

Philippe Hervé agacé par le résultat d’Orléans-ASVEL
A n’en pas douter le match Orléans-ASVEL devrait faire encore un peu de bruit. Il faut dire que son dénouement, un buzzer-beater de Georgi Joseph alors qu’il ne restait que 0’3 secondes à jouer, a fait réagir. « Pour moi, il y a entre un et deux dixièmes de seconde à jouer maximum ! Il n’y a pas d’interprétation ou il faut qu’on m’explique le contraire » a déclaré à ce sujet Philippe Hervé en conférence de presse. Affaire à suivre….

La République du Centre

Nancy vs Le Havre : les highlights

Tags : , ,
Comments

Commentaires (2)

  1. Jean-Guimauve

    451 à 28 en seconde période, y’a pas qu’en NBA qu’ils prennent des produits les mecs.