Dijon s’offre un match 5 à Beaublanc

Il y’aura bien un match 5 entre Dijon et Limoges après la victoire de la JDA 79 à 73 dans le match 4.

Andre Harris Valentin DelrueDe la folie, des gros shoots, des retournements de situation : la série entre Limoges et Dijon en demi-finale des playoffs de Pro A c’est un peu tout ça. Le match 4 disputé sur le parquet de la JDA n’a pas dérogé à cette règle.

Djon c’est d’ordinaire la surutilisation d’un cinq majeur 100% JNFL. Mais pour ce match 4 Jean-Louis Borg a joué la carte de la surprise en titularisant notamment  Ferdinand Prénom dès le départ à la place de Zach Moss. Il faut dire qu’avec la fatigue accumulée, le technicien devait en passer par là. Mais l’option fut une réussite tant Prénom a eu un bon impact dans la raquette et en se mettant au service de son équipe (12 points et 5 rebonds en 22 minutes). Mais en face le CSP a pu proposer quelques arguments dont JK Edwards. Durant la première période, l’intérieur a été le fer de lance de l’attaque limougeaude (9 points dans le premier quart-temps, 19 au total) quand Alex Acker était aux abonnés absents (41-34 à la mi-temps).
Mais Limoges l’a montré lors de ses sorties précédentes, les secondes mi-temps sont sa spécialité. En effet, profitant de la petite baisse de régime de la JDA, le CSP a enquillé à longue distance avec Alex Acker et JR Reynolds. On s’est alors pris à croire que le CSP allait pouvoir empêcher la JDA de remporter ce match 4. Mais c’était sans compter sur le retour en flamme de Mykal Riley. Brouillon pendant une bonne partie du match, le shooteur américain va alors faire son show en faisant plier quasiment à lui tout seul le CSP dans le dernier quart-temps (12 de ses 21 points ont été marqués dans cette péridoe). Son énorme tir à trois points à presque dix mètres en a été la meilleure illustration. Malgré une faiblesse aux lancers-francs (9/17) et une anti-sportive non sifflée contre Andre Harris qui aurait pu coûter chère, la JDA n’a pas craqué.
Il reste que le match 5 à Beaublanc ne sera pas une partie de plaisir. Mais depuis le début des playoffs, la JDA Dijon a montré qu’elle savait repousser ses limites quand il le fallait.

Crédit photo : Valentin Delrue

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.