Dijon surprend et maitrise Le Mans

Première surprise dans ces playoffs avec la victoire de Dijon au Mans (80 à 75), grâce à un exceptionnel Mykal Riley.

Tj Campbell Valentin Delrue (3)Après un seul match de playoffs, le MSB, candidat sérieux pour le titre, se retrouve déjà dos au mur et condamné à l’exploit. Défaits ce soir à Antarès face à Dijon, les Manceaux ne peuvent s’en prendre qu’à eux mêmes (et à Mykal Riley). Coupables d’un trou d’air durant le deuxième quart temps, les joueurs de JD Jackson ont encaissé un 8-0 sévère (25-27 à 25-35). La faute à un manque d’intensité défensive et à des maladresses offensives (7 possessions consécutives ratées). En face, Mykal Riley était sur un nuage. Avec 16 points à la mi-temps, il portait la JDA vers une victoire référence à l’extérieur (27-37 à la mi-temps), pendant que Vaughn Duggins endossait sa tunique de MVPire de la rencontre (-7 d’évaluation après 2 quart temps).

Sauf qu’en Pro A, tout va très vite. Les locaux, portés par leur public, débutaient leur come- back dans le troisième quart temps. JP Batista (16 points), puis DaShaun Wood (24 points) sonnaient la révolte et le retour manceau (38-41, 26e minute). Le Mans revenait et passait même devant en fin de quart temps, suite à un triple de Wood (51-49, 30e). On allait alors assister à un dernier quart temps intense. Les joueurs des deux équipes se rendant coup pour coup. Si Eito et Duggins scoraient, Riley leur répondait instantanément. A 4’30 de la fin, il y avait égalité parfaite (63-63) et un money time qui s’annonçait tendu. Défense dure, tirs ratés, et grâce à des possessions un peu mieux gérées, c’est la JDA qui prenait une petite avance, notamment par l’intermédiaire de Anthony Dobbins (12 points et 10 rebonds). Au jeu des fautes et des lancers francs, les joueurs de Jean-Louis Borg conservaient leur avantage et pouvaient mettre la pression sur le dos du MSB…

Score final : 75-80. MVP Mykal Riley : 31 points, 8 rebonds, 35 d’évaluation.

Crédits Photo : Valentin Delrue

Tags : ,
Comments
Plongeur avec Rudy Fernandez et coiffeur de Simone Pianigiani. Aussi solide que Lior Eliyahu dans un Final Four. Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.