Diot et Causeur, la vie en Bleus

Antoine Diot et Fabien Causeur, deux saisons différentes mais compliquées pour tous les deux. D’où leur enthousiasme de gamins à l’idée de revêtir le maillot tricolore.

« Etre entouré des meilleurs joueurs de France c’est vraiment une bouffée d’air »

Antoine Diot a un large sourire quand il s’agit d’évoquer les Bleus. Après une saison frustrante tant sur le plan collectif qu’individuel, le meneur manceau veut prendre un nouveau départ, se servir de la sélection « pour attaquer la saison prochaine avec beaucoup de confiance ».

Fabien Causeur, lui aussi, pourrait tenir le même discours. Blessé au pied pendant toute une partie de la saison, il a vécu « une saison un peu pourrie par rapport à la blessure ». Alors pour éviter une rechute, le staff médical des Bleus reste prudent avec le choletais.

« Ils veulent que je prenne mon temps par rapport à mon pied. Vincent m’a dit qu’on allait avoir besoin de moi cette semaine et que du coup il faut y aller doucement », nous explique-t-il.

Car contrairement à Antoine Diot, qui sera le back-up de Tony Parker à la mène, Fabien Causeur n’a pas encore sa place assuré dans les 12. Au départ remplaçant, les forfaits de Yannick Bokolo, puis de Mickaël Pietrus, ont changé la donne pour le natif de Brest.

«Mon approche a changé. Au départ, je ne devais pas rester très longtemps et j’étais forcément déçu de ne pas être dans l’équipe. Là je me dis que j’ai une chance. Je peux jouer poste 2 comme Yannick. Après on verra qui il prendra par rapport au stage, par rapport à comment les gens se comportent dans le groupe. Ça c’est important. Mais j’aimerai bien rester ça c’est clair et net »

Rester pour acquérir cette expérience qui fait de tout jeune potentiel un futur grand en devenir. Dans le cas d’Antoine Diot, l’expérience a pour nom Tony Parker.

« Tony m’a un peu pris sous son aile il y a deux ans. Il m’a appris beaucoup de choses. On a beaucoup communiqué, pas spécialement sur le technique, sur l’aspect mental aussi, ce que je dois apporter sur un terrain. Je le remercie et là le fait d’être à ses côtés c’est enrichissant. Travailler tous les jours aux côtés de Tony Parker c’est quelque chose de très important »

Face à cette concurrence, le Manceau sait pourtant qu’il ne jouera que quelques minutes et n’en prend pas ombrage.

« Je connais mon rôle. J’en ai parlé avec Vincent, ça ne pose pas de problème. Quand je vais rentrer je ne vais pas prendre tous les shoots ça c’est clair. Je vais faire jouer l’équipe, je vais jouer avec mon dynamisme comme je sais jouer. Et je vais tout donner pour l’équipe de France »

Même s’il n’a pas eu de feuille de route de la part du staff, Fabien Causeur s’est préparé et entretenu depuis la finale malheureuse des play-offs.

« Après la finale, j’avais quand même pris un break, j’avais besoin de me reposer. J’ai surveillé mon poids, j’en ai même perdu (sourire) »

Antoine Diot, lui, s’est carrément rendu jusqu’en Californie pour prendre soin de son dos qui l’avait privé de la dernière campagne mondialiste de l’équipe de France en 2010.

« J’ai beaucoup travaillé sur mon dos. Je suis parti voir l’ostéo de l’équipe de France, Fabrice Gautier. J’ai fait deux semaines ½ là-bas pour vraiment travailler mon dos afin qu’il me laisse tranquille et qu’il n’y ait plus aucun problème »

Cette motivation n’est pas sans but. Au bout de l’Euro, une possible qualification pour les JO.

« C’est vraiment un championnat d’Europe à double-enjeu. On a vraiment envie d’aller chercher une médaille et une qualification pour les JO qui est vraiment très importante pour le basket français. Il y a de l’attente pour toutes les équipes. Alors c’est à nous de prendre cette pression pour être encore plus fort, pour avancer » dixit Antoine Diot.

Après les paroles, place aux actes désormais avec le début ce mercredi du stage à Pau où Causeur, Diot et leurs coéquipiers toucheront pour la première fois le ballon depuis le début de la préparation…

Tags : , ,
Comments

Commentaires (2)

  1. AND11

    Je rêve toujours, et depuis maintenant 8 ans, de voir Parker poste 2… Qu'on se retrouve enfin avec un vrai meneur poste 1, un Diot qui a prouvé par le passé son importance pour l'équipe de france.

    L'Espagne le fait très bien avec Navarro..

  2. barbara

    dans cette option, ça laisserait plus de latitude à parker pour scorer