Dounia Issa : « On voit vraiment l’impact de Yannick »

Dounia Issa revient sur la défaite à Villeurbanne mardi et fait un point sur sa saison avec Gravelines.

BasketActu : Peux-tu nous donner tes impressions sur le match de mardi soir face à Villeurbanne?

Dounia Issa : On a été dominé, on a fait un très mauvais match, ils en ont fait un plutôt bon. C’est dommage, on a été dominé dans tous les secteurs, on avait beaucoup de mal à contrer leur attaque, notre défense n’a pas été à la hauteur. On a vraiment eu du mal à les contenir. C’était une sale soirée pour nous, on n’a vraiment pas montré un beau visage, il faut vite qu’on se remette au boulot.

BasketActu : C’était la première fois que vous montriez un tel visage cette saison. D’habitude même quand vous êtes menés, cette équipe réagit. Cétait déjà même une de ses forces la saison dernière…

DI : C’est vrai que même cette saison, ça a toujours été notre force, on prend des petits écarts, 15 points… On a toujours tendance à revenir, mais là on a vraiment pas réussi à revenir dans le match. Ils ont dominé du début à la fin, on a eu une petite réaction dans le deuxième quart-temps, mais c’est vraiment tout. On n’a pas pu faire mieux que ça. A voir maintenant si c’était vraiment un accident, mais bon ça fait un petit moment qu’on n’est pas bon à l’extérieur et qu’on n’a pas fait un match consistant. C’est ce qu’on essayera de faire à Roanne samedi.

BasketActu : C’est le deuxième match que vous perdez à l’extérieur. Tu ne penses pas que vous commencez à payer le fait d’avoir été loin dans toutes les compétitions ?

DI : Il y a peu être un peu de ça aussi, le fait qu’on ait eu beaucoup plus de matches que les autres équipes de Pro A, le fait qu’on ait un joueur majeur blessé, qui est très important dans notre système, le fait qu’on ait beaucoup voyagé et fait de très longs déplacements. Ce n’est pas un cadeau mais bon, on est censé avoir l’effectif pour donc il ne faut pas se cacher derrière tout ça, derrière des excuses. Sinon on peut en trouver des milliers. Je pense tout simplement que même quand Yannick était là, avant qu’il ne se blesse, on commençait à être moins bien en défense. Le fait qu’il ne soit pas là, ça n’a fait qu’accentuer quelque chose qui était déjà en train de se produire. C’est une remise en cause individuelle et collective qu’il faut avoir.

BasketActu : La défense est ta qualité première. Les autres intérieurs, Mo Séné, Cyril, ce ne sont pas des peintres non plus. Pourtant à l’intérieur contre l’ASVEL…

DI : Oui, on a pris l’eau ! On c’est fait ultra-dominer. C’est une équipe très athlétique, très physique et ça fait déjà deux matches qu’ils nous dominent vraiment. Ils nous dominent aux rebonds et dans beaucoup de secteurs. On a vraiment pas l’habitude de se faire dominer comme ça. Donc je ne sais pas, c’est difficile à expliquer, physique et athlétique. On a un peu du mal à matcher avec eux. En tout cas c’est ce que les deux derniers matches révèlent. Mais je continue de penser que c’est plus nous qui sommes dans une mauvaise passe qu’autre chose. Nous sommes en-dessous du niveau que l’on peut avoir vraiment, on ne joue pas au potentiel où l’on devrait être, au niveau où l’on était en février. Je pense que si l’équipe de Gravelines, qui tournait à plein régime en février, joue Villeurbanne, on les bat même en faisant un match moyen. On joue vraiment en-dessous de ce qu’on peut faire que se soit en défense ou en attaque. Il faut vraiment qu’on se re-concentre.

BasketActu : Quel a été le discours du coach suite à cette défaite ?

DI : Un discours comme tout coach qui n’est pas content de son équipe. Il n’y a pas grand chose à polémiquer, c’est un coach qui n’est pas content de son équipe, qui veut qu’elle retrouve ses valeurs, qu’on se remette au boulot.

BasketActu : Vous allez jouer Roanne, dans sa salle, qui est dans une mauvaise période. Vous vous tenez au classement. C’est l’occasion d’enfoncer le clou, non ?

DI : Nous sommes deux équipes qui ne sont pas très bien actuellement. Roanne est encore un peu moins bien que nous mais pour eux c’est l’occasion de repasser devant nous. Pour eux comme pour nous, c’est un gros match ! L’équipe qui gagne est dans le Top 4,donc c’est vraiment un match pour les deux avec un enjeux clair et précis.

BasketActu : Quel va être pour toi la clé de ce match?

DI : La clé de ce match sera rde éussir à contenir leurs points de transmissions, ne pas les laisser s’emballer, vraiment les contrôler derrière l’arc. Ce que nous avons réussi à faire en deuxième mi-temps aux As. Etre aussi capable de stopper leurs courses, les obliger à travailler sur demi-terrain et contrôler bien sur leurs forces intérieurs, Uche…

BasketActu : Sur un point de vue collectif, vous savez que vous devrez vous passer de Yannick au moins jusqu’aux playoffs.

DI : Ca ne va pas être facile, c’est un joueur majeur dans notre système. il est créateur, il a des qualités que certains joueurs non pas à l’extérieur et il se complète bien avec Ben. Son manque n’est pas évident à combler, c’est notre meilleur joueur depuis le début de saison. Mais bon, c’est ça une équipe, c’est ça une saison. Il faut que l’on arrive à hausser notre niveau tous ensemble. Il faut juste que l’on essaye de se retrouver. On peut perdre des matchs, en gagner, le résultat en soit n’est qu’un indicateur, il faut que l’on retrouve de la cohérence, que l’on soit plus consistant en défense.

BasketActu : Est-ce que la blessure de Yannick n’est pas une double punition pour vous étant donné que Ben n’est quand même pas le même joueur en son absence ?

DI : C’est vrai, on voit vraiment l’impact de Yannick. Ca influe directement sur le rayonnement de Ben, on l’a vu mardi, on le voit depuis qu’il n’est pas là. On sait tout ça. Il faut faire avec, les choses sont comme elles sont. Il faut trouver de nouveaux automatismes, de nouvelles forces, de nouvelles réponses, il faut s’adapter, c’est ça la force des grandes équipes et des grands joueurs. Il faut que l’on réussisse à passer dessus tout ça et gagner des matchs, on en a besoin.

BasketActu : Comment juges-tu ta saison ?

DI : Je ne sais pas trop, c’est ma première saison ici, j’essaye de m’adapter. J’essaye de m’adapter aux systèmes, au coach, à la philosophie de jeu, à beaucoup de choses en fait. C’est la première fois que je joue dans une équipe comme ça, où il y a de la liberté offensive. C’est vachement différent de tout ce que j’ai connu, j’ai joué dans des jeux vachement rigides, où chacun avait son rôle. C’est vrai que c’est une première année d’adaptation et qu’elle est plutôt encourageante.

BasketActu : Pour toi qui a joué à tous les niveaux, c’est une consécration de te retrouver dans le cinq majeur d’une grosse équipe ?

DI : J’essaye juste de travailler, consécration ou pas. J’essaye d’apporter mes qualités à l’équipe et de faire en sorte que l’équipe tourne bien. Quand ça ne se passe pas bien, comme en ce moment, je prends sur moi, car je pense que j’ai ma part aussi, je ne joue pas très bien. J’ai ma part de responsabilité dans la défaite à Villeurbanne donc ça me fait un peu chier. Mais bon c’est le sport, tu fais de bons matchs, tu en fais des mauvais. Il faut relever la tête, accepter, travailler en pensant au match suivant, c’est comme ça. Tous les jours il faut se remettre en cause, que tu fasses un bon match ou un mauvais. Donc la consécration, non, je ne me prends pas la tête avec ça.

BasketActu : Si on enlève Alain Koffi qui est blessé, tu es le premier français à l’évaluation et ceci avec moins de dix points de moyenne. Qu’est-ce que ça représente pour toi ?

DI : Ca fait toujours plaisir d’être en tête de ces classement là. En plus, c’est vrai que je joue beaucoup moins qu’à Vichy. Je joue pratiquement 10 ou 12 minutes de moins, donc malgré ça, être dans ce classement, c’est intéressant. Ca prouve que jusqu’à maintenant, j’ai réussi, malgré tout, malgré les temps de jeu réduits, malgré des fois des positionnements qui ne sont pas naturels chez moi, à être efficace. C’est vrai que je suis assez fière de ça et j’espère pouvoir continuer de la faire jusqu’à la fin de saison et les playoffs.

BasketActu : Avec Yannick et Cyril, vous êtes dans les cinq premiers français de ce même classement…

DI : C’est super, tant mieux, c’est une force pour le club qui avait misé sur nous, joueurs français, et on essaye de leur rendre en étant productif, c’est bien pour le club ! C’est une bonne promo pour le club. Maintenant, il faut que ça aide l’équipe à gagner des matchs, il ne faut pas que ce soit que des stats sur le papier.

BasketActu : Quand tu as vu Saer Sène arriver, tu n’as jamais été inquiet, jamais douté ?

DI : Non je n’ai pas eu de doute, j’étais super content. Un joueur comme ça je préfère l’avoir avec moi que contre moi. J’étais content que l’on prenne un joueur de ce calibre. J’ai et on a joué contre lui l’année dernière et on sait ce qu’il peut faire dans un match. Il peut vraiment changer un match à lui tout seul. Je savais qu’il allait apporter à notre équipe. On a vu. Dès qu’il a commencé à être en forme physiquement, on a tourné à plein régime. On sait qu’il va encore nous aider sur la fin de saison, sur les playoffs… C’est un gros plus.

BasketActu : Ta prochaine étape ?

DI : C’est toujours la même chose. Ce développement offensif, essayer de casser cette timidité, ce n’est jamais évident. Il y a des périodes où je me sens super bien et où j’arrive à enchaîner, mettre des paniers. Et des périodes où je retombe un peu dans mes travers, où je suis timide, où je vais plus chercher la passe que jouer pour moi. Mon développement passe par là, par cette envie vraiment de scorer, de jouer pour moi, d’être égoïste et … de scorer ! C’est vachement dur, mais j’essaye de travailler sur ça. C’est important, surtout dans cette équipe, une équipe qui est vachement tourné sur ça, c’est important.

BasketActu : Est-ce que ce n’est pas plus difficile pour toi d’être dans une équipe où il y a beaucoup de solutions en attaque ? De vaincre ta timidité parce que tu sais qu’il y a du monde qui pousse ?

DI : Justement, c’est encore plus difficile. Parce que quand tu es dans une équipe où le talent n’est pas trop trop là, où il y a moins de joueurs, tu es plus tenté. Mais là, il y a tellement de joueurs scoreurs qui vont vraiment débloquer les situations, tellement de mecs talentueux que des fois, tu vas avoir un tendance à un peu t’effacer, surtout quand à la base, tu as une nature, en attaque un peu timorée. C’est clair que c’est plus difficile, mais bon ça passe par là !

Tags :
Comments

Commentaires (2)

  1. basket actu

    Je me demande comment va évoluer Issa. est ce qu'il va évoluer comme il l'espère dans la dernière question et peut être perdre ses qualités ou bien va t il devenir un joueur plus complet, est ce que c'est vraiment indispensable ? Rodman a jamais voulu plus scorer y en d'autre qui peuvent le faire et ce depuis gosse..

  2. ludo

    Rien à voir, mais suffit de suivre un match en live sur la LNB, pour se rendre compte que leurs stats sont pas toujours bonnes, un exemple (à lire de bas en haut):

    Jomby Rudy (Gravelines-Dunkerque)

    interception (1)

    Diabate Souleyman (Roanne)

    balle perdue (5)

    Greer Jeff (Gravelines-Dunkerque)

    rebond offensif (3)

    Sene Saer (Gravelines-Dunkerque)

    dunk réussi (61-47)

    Sene Saer (Gravelines-Dunkerque)

    tir intérieur manqué

    Sene rate un tir ok, derrière il réussit un dunk, on apprend que Jeff Greer à lui pris un rebond offensif suite à un dunk réussi, mais derrière Solo Diabaté perd la balle .. C'est donc n'importe quoi, donc on suppose que Jeff Greer a pris le rebond offensif après le premier tir manqué mais dans ce cas où est la passe décisive ?