Du mieux pour les Bleus

Face à des Biélorusses accrocheurs, les Bleus se sont rassurés (84-64) avant le choc de dimanche face à l’Espagne.

Septième match de préparation et troisième participation de Tony Parker. C’est d’ailleurs lui qui le premier plantera un panier en lay-up au bout d’1min10. Par rapport au match France-Belgique, on sent de suite plus d’agressivité dans le jeu.  Et un Parker de plus en plus affuté. Touché à l’oeil, il aurait du sortir mais après 10 secondes sur le banc, il signe son retour express par un 3 pts. Avec Kevin Seraphin, l’axe 1-5 fait très mal aux Biélorusses avec 12 pts en 5min30. Mais après le bon début vient le traditionnel petit moment de flottement avec les petites fautes de jeu, la domination au rebond (7-4 au bout de 7min), une défense relâchée… Mais grâce à un panier dans la raquette de Vaty puis un shoot extérieur de Gelabale, les Bleus ont su très vite redresser la barre (20-15).

Un tir primé des Biélorusses ? Nando De Colo est là pour rendre la politesse. A contrario des dernières sorties, les Bleus ne laissent pas leurs moments d’inconstance durer trop longtemps. Mais ne font pas suffisament attention au replacement défensif trop lent qui peut déboucher sur autant de situations de paniers faciles pour les Biélorusses. La France trouve alors des solutions à l’aile avec Fabien Causeur à 3 pts. Mais les qualités de finisseur de Ludovic Vaty sont plus que précieuses : 6 pts et 5 rbds en 11 minutes. Avec un Parker prolifique (12 pts), l’écart se creuse progressivement jusqu’au coup de sifflet de la mi-temps (39-31).

A l’heure de reprendre, l’équipe de France est de suite agressée par une vaillante équipe biélorusse. Bien organisés, ils font bouger la défense française ce qui créé d’inévitables décalages conclus par des shoots-sanctions (7-0 en 2min). Il faut un Mister K, par ailleurs auteur de deux dunks surpuissants, en réussite sur la ligne des lancers-francs puis près du cercle pour redonner un peu d’air aux Bleus. Et quand Tony Parker accélère également, c’est la défense biélorusse qui prend l’eau. Les Biélorusses ont beau scorer épisodiquement, les Bleus ont clairement pris les commandes se contentant de dérouler leur basket (61-47).

A l’attaque du money-time, les débats se rééquilibrent un peu plus. Mais c’était avant que Fabien Causeur ne se distingue avec son bras magique (11 pts en 4min30). Et c’est aussi une constante de ce match : dans une prestation collective plus convaincante que face à la Belgique, chaque Bleu arrive à se mettre successivement en valeur. La « spurs-connection » (De Colo-Parker) fonctionne elle aussi à plein régime dans une fin de match où les Biélorusses ont lâché le morceau laissant le soin aux Bleus de se faire plaisir offensivement.  De quoi se rassurer davantage avant d’accueillir les Espagnols pour une revanche bouillante à Bercy.

 

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.