EDF : Le banc saura-t-il hausser le ton ?

Une défense retrouvée, une bonne alternance offensive mais un banc loin d’être efficace. Thomas Drouot a analysé la victoire des Bleus face à Israël.

Deuxième match de la France convainquant contre Israël, victoire 85 à 68. Les Bleus ont crée un écart dès la fin du deuxième quart ce qui a permis à Collet de gérer la fin de match sans frayeur. Quelques évolutions sont à noter par rapport au premier match.

Une défense retrouvée mais encore inconstante :
Très bon début de match des français dans ce secteur. Tout commence par une bonne pression défensive de Parker sur Mekel, le meneur israélien, qui ralentit la montée de balle. Contrairement à hier, les passes sont coupées ce qui empêchent les israéliens de trouver le bon timing dans le déroulement de leurs systèmes. Diaw et Batum se mettent en avant en interceptant rapidement deux ballons chacun. Les changements défensifs sur les écrans porteurs avec le poste 4 sont bien réalisés et maintiennent l’attaque israélienne sous pression. Dans le deuxième quart, les tricolores connaissent un relâchement défensif avec beaucoup de duels perdus et des approximations sur les défenses pick n’roll. Israël inscrit 21 points dans le 2ème quart grâce au bon trio Eliyahu, Halperin et Blu. Au retour de la mi-temps, les français retrouvent plus d’agressivité défensive (à l’image du début de match) et créent un écart définitif (10 à 0 pour commencer la mi-temps). Le dernier quart est anecdotique, le résultat étant connu mais nous pouvons à nouveau voir des mésententes défensives.

Une bonne alternance offensive :
Beaucoup de rythme dans les déplacements français en ce début de match, la balle circule bien et arrive souvent au poste bas même si Noah et Diaw manquent de réussite sur les premières actions du match. Une bonne alternance entre le jeu intérieur et extérieur permet à Gelabale et Batum de se mettre en avant (15 points à eux 2 à la fin du premier quart). Bonne alternance aussi entre le jeu de transition et le jeu placé. Les israéliens passent en zone avec une zone press ¾ de terrain, ce qui casse le rythme de l’attaque française. Après un temps d’adaptation, les bleus trouvent des solutions en servant Noah près du cercle qui inscrit 4 points consécutifs au début du troisième quart et qui joue très bien son rôle de point de fixation intérieur. Grâce à une très belle adresse (59% à 2 points et 57% à 3 points) la France déroule et s’impose sans trembler.

Des rotations mitigées :
C’est le point négatif de ce match, les remplaçants français ont eu du mal et lorsque Collet a sorti l’ensemble de son 5 majeur au début du 2ème quart, la France a été en difficulté en encaissant un 13 à 0. Les rotations intérieures ont joué leur rôle. Traoré inscrit 8 points en 10 minutes. Piétrus s’est montré plus en jambe qu’hier dans son rôle défensif et Séraphin a eu beaucoup d’activité (8 rebonds en 10 minutes). Par contre les rotations extérieures n’ont pas été efficaces, De Colo a de nouveau été gêné par les fautes (5 en 9 minutes) et a manqué de lucidité (2 fautes offensives), Albicy a perdu 5 balles en 9 minutes à cause de la zone press israélienne et Tchicamboud a manqué de rythme avec 4 fautes en 10 minutes. Nous attendons plus de ces 3 joueurs là, ils ont déjà montré qu’ils étaient capables de mieux.

Tags :
Comments

Commentaires (1)

  1. FDB

    Pour avoir une chance contre l'Allemagne, il faudrait un super banc, entre autres parceque leur cinq avec les deux grands blonds me paraît supérieur. D est "unstopable" et l'autre glouton du rebond peut en plus marquer. Ca vient de commencer sous mes yeux et je ne suis pas surpris.