Edwin Jackson « Jouer avec Tony ça peut être impressionnant, mais pas pour moi »

Edwin Jackson était très en forme hier en conférence de presse pour parler de l’arrivée de Tony Parker à l’ASVEL.

Comment et quand as-tu appris la venue de Tony Parker ?
(Il arbore un énorme sourire) J’ai appris la nouvelle hier, (mercredi), dans les journaux (sourire). J’ai ouvert les journaux et j’ai vu dans l’Équipe que Tony venait nous rejoindre. Donc voilà j’étais très content. C’est ma réponse, j’ai appris hier que Tony nous rejoindrait comme tout le monde.

Est-tu enthousiaste à l’arrivée de Tony ?
C’est sûr ! C’est bien, je le regardais quand j’étais à l’INSEP et depuis que j’y avais fais ma dernière grosse année, il m’avait un peu pris sous son aile. Moi je m’identifiais à lui. On avait un peu le même parcours et notre double nationalité faisait que nous avions des choses en commun. Quand je l’avais rencontré, on avait vraiment bien accroché, après en équipe de France encore plus. Ça fait trois ans que je vais à ses camps, nos pères se connaissent, je connais ses frères… On a des liens assez forts lui et moi, donc pouvoir jouer avec un joueur de ce niveau et pouvoir ajouter un ami à l’équipe, pouvoir jouer avec lui c’est un réel plaisir.

Est-ce que c’est grâce à Tony que tu es à l’ASVEL cette saison ?
En grande partie. Je savais qu’il avait dit qu’il y avait quelques chances qu’il vienne jouer et c’est ce qu’il m’avait dit. Ça s’est concrétisé, mais il m’en avait parlé, il m’avait demandé et je lui avais répondu que je serais ravi s’il venait jouer à nos cotés car ce serait une grande chance de jouer et d’apprendre de lui.

Qu’est-ce qui sera le plus dur pour Tony ?
Je ne suis pas trop inquiet pour son adaptation à la Pro A. Je ne suis vraiment pas inquiet. Il vient aider l’équipe, on sait qu’il n’a rien à prouver, on sait qu’il peut jouer à ce niveau. Il peut jouer en championnat d’Europe, en Europe, en NBA, partout dans le monde. Il vient aider, il a pris une part active dans le club. Il veut aider le club à grandir. Je ne pense pas qu’il vienne pour prouver qu’il est le meilleur joueur de ce championnat, il n’a rien a prouver à part qu’il a envie de faire ça et rendre le basket encore plus populaire et faire profiter le basket français de sa venue. Il y a plein de gens qui le voient, qui rêvent de lui, mais qui ne peuvent le voir qu’à la télé. Là, les gens vont pouvoir le voir dans les salles françaises pendant quelques mois au moins et je trouve ça vraiment superbe. Il aurait pu signer ailleurs, faire autre chose, mais redonner le maximum au basket français, de sa part, c’est vraiment quelque chose de grand.

Il n’y a pas un risque de le regarder jouer ?
Sûrement pour certains joueurs, mais pas pour moi. Ça peut être impressionnant forcement, c’est un triple champion NBA, mais il est tellement simple dans son approche. De le côtoyer au quotidien, après deux-trois jours on oublie que c’est Tony Parker, c’est un coéquipier. Il est là, il rigole tout le temps, c’est le premier à faire des blagues. C’est le premier à inviter tout le monde à manger au restaurant, à dire de se retrouver pour faire un ciné. On oublie que c’est une superstar planétaire, qu’il y a des gens d’autres pays qui l’adulent. Il a cette capacité à être simple. Même quand les espoirs viennent, c’est pratiquement leur pote. C’est quelque chose qu’il a pour lui, il arrive à mettre les personnes super à l’aise. On finit par oublier qui il est, il faut se poser cinq minutes et se dire qu’il a trois bagues de champion NBA, qu’il est All-Star, qu’il a été MVP des finales, il faut y penser.

Comment Léo Westermann a-t-il vécu de devoir céder son numéro 9 à Tony ?
Franchement, je pense que si on lui avait dit, il y a deux ans de ça quand il était à l’INSEP et qu’il s’est fait les croisés, que Tony Parker serait son coéquipier, qu’on lui avait dit « Tu seras capitaine de l’équipe où jouera Tony Parker, mais tu devras lui laisser ton maillot », je pense qu’il aurai dit « Il n’y a pas de problème ». Il aurait été assez content quand même. (Sourire)

Il y a une rivalité niveau coup de cheveux entre Flo Pietrus et toi ?
Je l’avais déjà fait l’année dernière, avant que Flo ne le fasse. C’est quelque chose que nous avons en commun, on aime bien avoir des coupes de cheveux différentes. C’est vrai qu’il m’a envoyé un message, parce qu’il m’a vu à la télé pour le match de qualif’ d’Euroleague et il a apprécié. J’étais content. (Rires)

Tags : , ,
Comments

Commentaires (4)

  1. AND11

    C'est vrai qu'en regardant le palmarès de Tony et en voyant comment il se comporte, quand on fait le parallèle avec des gars de l'équipe de France de foot actuel, ou même avec la génération 98 et l'attitude qu'ils ont pu avoir dans les années 2000, ça n'a vraiment rien à voir.

    J'ai jamais été complètement convaincu par le joueur (enfin si, cet été!), mais grand respect pour l'homme…

  2. bincou

    +1 And11 meme si on peut ne pas être fan du joueur(musique), ce ne serait pas rationnel de critiquer son état d'esprit : un gros bosseur, et quelqu'un qui d'après les commentaires qu'on peut lire semble plutôt simple