ITW Edwin Jackson : « On ne va pas à un Euro pour profiter de la plage et se détendre »

Réputé pour être très compétiteur, l’arrière villeurbannais Edwin Jackson n’est pas venu pour faire du tourisme et de la figuration en équipe de France.

Edwin Jackson AD

BasketActu : Intégrer le groupe France qu’est-ce-que ça représente pour toi ?
Edwin Jackson : Je suis content d’être sélectionné parmi de très forts extérieurs. Ça fait plaisir et c’est, dans un premier temps, une récompense de ma saison. Je vais pouvoir me jauger au haut niveau européen chez les Français. J’ai hâte que les entraînements commencent et je suis content aussi de retrouver mes copains d’enfance, ceux avec qui j’ai eu de bons résultats en jeunes dans les années passées.

BasketActu : On a pu constater une progression de ta part cette saison avec l’ASVEL; tu as eu un déclic ?
EJ : Non pas spécialement. j’ai eu plus de temps de jeu et c’est vrai que j’ai continué à progresser. Je pense que ma progression elle est linéaire. J’ai été adroit toute la saison, c’est vrai qu’il y’a une part de réussite là-dedans. En étant quelqu’un qui shoote beaucoup extérieur et que l’on part sur les chapeaux de roue en gardant la confiance, ça devient plus facile de réaliser une bonne saison. J’espère qu’avec l’équipe de France je pourrais franchir un nouveau cap en étant au contact du plus haut niveau européen.

BasketActu : Avoir trouvé de la constance a du également faciliter les choses…
EJ : C’est vrai que je varie plus mon jeu, que je prends plus de shoots extérieurs, que je drive, que je provoque des fautes. J’ai fait quelques passes, j’essaie de prendre des rebonds comme je peux. BasketActu  va être mon rôle cette année. Et même si je suis assigné à des missions défensives, même si j’ai des tâches particulière à remplir pour l’équipe de France, je pense que je suis plus apte à le faire cette année. Je suis plus constant parce que je suis complet, je suis capable de faire plus de choses qu’avant.

BasketActu : L’équipe de France démarre sa prépa. On imagine qu’y revenir doit représenter quelque chose pour toi…
EJ : J’en suis super content. pour moi tout a commencé ici, ma carrière professionnelle… Si j’ai eu du succès cette année c’est en partie parce que l’INSEP j’y ai débuté. Je n’en ai que de bons souvenirs, j’ai rencontré certains de mes meilleurs amis ici. Avec Antoine on en parlait, il y a Ludo Vaty malheureusement qui n’est pas là. Mais beaucoup de joueurs sont passés par là, donc on était vraiment content de se retrouver ici en équipe de France sénior. A la base quand on rentre à l’INSEP, c’est pour former l’équipe de France de demain. Donc on a un peu réussi notre challenge.

BasketActu : Que penses-tu de l’émergence de la génération 88-89 au sein du groupe France ?
EJ : C’est vrai qu’on attendait ça. On avait eu de bons résultats en jeunes. A cette époque là on se projetait déjà sur le moment où l’on serait en équipe de France sénior tous ensemble, où on fera les mêmes perfs qu’en jeunes et où on sera Champion d’Europe… C’est vrai que se retrouver là et voir l’émergence de cette génération ça nous fait vraiment plaisir. On a aussi les meilleurs de la génération de Boris et Tony. Et je pense que le meilleur reste à venir.

BasketActu : Tu t’es fixé des objectifs par rapport à cette équipe ?
EJ : Déjà y rester pour pouvoir faire l’Euro. Et bien sûr gagner cet Euro.

BasketActu : Qu’est-ce-que tu peux justement apporter à cette équipe ?
EJ : De l’adresse extérieure, des qualités athlétiques sur la course et l’aspect défensif également. Après sur le plan offensif, faire ce que je sais faire mais principalement de l’adresse extérieure.

BasketActu : Entre vous, vous avez déjà commencé à parler d’un objectif pour l’Euro ?
EJ : On a un groupe de compétiteurs. On ne va pas à l’Euro pour se dire on va faire une bonne place. Peu importe les absents, je pense que l’objectif c’est toujours de gagner. On va prendre match après match. On n’affiche pas nos objectifs, mais dans la tête de toutes les équipes qui jouent un Euro, il y a la gagne. On joue un Euro pour le gagner, bien figurer c’est ce que l’on dit dans la presse. Mais en vérité, toutes les équipes y vont pour gagner. Cette question, elle est toujours marrante. On ne va pas à un Euro pour profiter de la plage et se détendre.

BasketActu : Tu parlais des absents. Le fait que les médias aient beaucoup évoqué ce sujet t’a agacé toi ainsi que l’équipe ?
EJ : On n’en a pas parlé entre nous. Moi je m’en fous. Ceux qui ne sont pas là ont leurs raisons, ou pas. On fait avec. Je m’occupe de ceux qui sont présents et qui sont prêts à jouer. Mais il n’y a aucune animosité envers ceux qui ne sont pas là. J’ai de supers potes qui ont décidé de ne pas venir et je respecte leur choix, que je le comprenne ou non. Après c’est vrai qu’en parler trop souvent ça ne sert à rien. Il vaut mieux parler de ceux qui sont là et qui sont motivés. C’est mon opinion.

Tags : ,
Comments

Commentaires (1)

  1. Legendary D. Pope

    Si l'EDF a son "7 majeur" (TP, Batum, Gelabale, DeColo, Bobo, Flo & peut-être Ajinça comme 7 pieds) et qu'à l'intérieur, le peu de candidat à éclairci les choses (Petro & Lauvergne partent avec un peu d'avance sur Tillie), les spots de meneurs et d'extérieurs remplaçants vont être très très chers…

    Qui de Fournier, Jax, Bokolo ou Kahudi pour les 2 spots d'ailier ? Et surtout qui de Diot, Heurtel ou Westerman pour le poste 1 remplaçant ???

    Si Collet prépare l'avenir, on penserai plutôt à Jax et Fournier que Bokolo et Kahudi qui restent sur une saison bof-bof et sur une blessure. Mais pour le meneur qui ramassera les miettes derrière TP (et Nando)… ça va être chaud !!