L’Efes assure d’entrée, l’Olympiacos au finish à Valence

Anadolu Efes et l’Olympiacos se sont imposés pour leurs débuts en Euroleague, à l’instar de l’Etoile Rouge et d’Unicaja Malaga.

dario-saric-anadolu-efes-istanbul-eb14Attendu au tournant pour ses débuts en Euroleague, Anadolu Efes n’a pas déçu (victoire 82 – 76). Mieux, Dusan Ivkovic a crevé l’abcès en faisant entrer en jeu Dario Saric en milieu de premier quart-temps (9 pts, 3 rbds, 3 pds). Suffisant pour calmer l’odieux paternel du brillant espoir Croate ? A voir…

Porté par un Dontaye Draper étonnant à longue distance (16 pts à 3/4 derrière l’arc), les Turcs ont rapidement pris le meilleur sur l’Unics Kazan, malgré les efforts du bondissant Viktor Sanikidze (7 pts, 4 rbds), avant de connaitre quelques minutes compliquées. Profitant de la verve de Nenad Krstic (15 pts, 6 rbds) – plus dégarni que jamais – et d’une défense solide aux ailes, l’Efes s’est échiné à contenir les assauts de Keith Langford (19 pts, 23 d’éval) et de James White (13 & 10), puis en a remis une couche en fin de partie par Dontaye Draper de façon à s’assurer définitivement de la victoire.

Sinon, on vous rassure, Dusan Ivkovic est en grande forme. N’est-ce pas, Dogus Balbay ?

Autre club stambouliote en piste ce soir, Galatasaray n’a pas connu le même bonheur que l’Efes. Dominée de la tête et des épaules par le grand Boban Marjanovic (22 pts, 10 rbds), la bande à Ergin Ataman n’a pas fait illusion (76 – 68 pour le Red Star).

B0EgLKIIEAAz31eIncapables de répondre présent dans le combat et en difficulté en attaque pendant de longues minutes, Carlos Arroyo et ses partenaires ont tout de même sauvé les meubles en remontant leur déficit de 18 unités a été en fin de partie… grâce à la baisse de régime adverse.

Débarrassée des ennuyeux colocataires du Partizan, l’Etoile Rouge de Jaka Blazic (12 pts) affiche la couleur pour la suite du premier tour Euroleague… en plus de faire jaillir son logo du parquet de la Kombank Arena. Propre.

Au moins aussi propre que la victoire de Malaga en Croatie. Impériaux en première période, les Anadolous ont profité à merveille des grosses prestations de Mindaugas Kuzminskas (12 pts, 4 pds) et Fran Vazquez (13 pts, 8 rbds), puis du serial shooter Ryan Toolson (20 pts) après la pause, pour endiguer tout espoir de retour au Cedevita Zagreb (63 – 78 pour Unicaja). Un bon niveau en-dessous des Malagueños en l’absence de Roko-Leni Ukic, Miro Bilan (15 pts, 10 rbds) et ses coéquipiers joueront déjà gros la semaine prochaine à Limoges.

Beaucoup plus serrée, l’affiche de la soirée a tourné à l’avantage de l’Olympiacos (victoire 68-71), bien plus serein que le BC Valencia dans le money time, en dépit de l’absence de Georgios Printezis et de la petite forme de Bryant Dunston (0 pt, 3 rbds). Dans un match cadenassé, Vassilis Spanoulis a sorti le grand jeu (21 pts, 5 pds, 4 bps) et bien partagé la gonfle à l’approche du terme, avec notamment quelques caviars à destination de Matt Lojeski (14 pts, 4 rbds). Constamment dans le coup, le club ibère s’est tiré une balle dans le pied en laissant Kostas Sloukas récupérer son rebond après un lancer franc manqué à 68-69. Deux paniers plus tard et une dernière possession (et un lancer) gâchée par Sam Van Rossom, la messe était dite (10 pts).

Tags : , , , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.