En coulisses avec les Bleus

Depuis mardi, les Bleus ont entamé leur préparation pour l’Euro, se concentrent sur la réathlétisation et le travail foncier.

Dans la salle de musculation du complexe Christian D’Oriola, les neuf joueurs présents (Kevin Seraphin, Fabien Causeur, Antoine Diot, Ali Traoré, Florent Pietrus, Mickael Pietrus, Abdou M’Baye, Boris Diaw et Ronny Turiaf) écoutent attentivement les conseils de Frédéric Aubert, le préparateur physique de l’équipe de France.

Pour autant, la bonne humeur est là. Il faut dire que lorsque vous soulevez des poids façon Batman, difficile de garder son sérieux. Arrivé en retard, Boris Diaw, lui, rigole. Le capitaine des Bleus a déjà pris ses marques comme s’il n’y avait pas eu d’interruption depuis le Mondial turc.

Séparé en deux groupes, intérieurs et extérieurs, les joueurs ont travaillé différentes parties du corps. Pour les premiers, l’accent fut mis sur le renforcement du haut du corps avec notamment des séries de levée de poids. Quant aux extérieurs, c’est le renforcement des jambes qui a été ciblé afin d’améliorer la mobilité. Et aussitôt que les exercices se terminent, les vannes fusent car les Bleus ne manquent pas de déconneurs. La cible privilégiée ? Charles Kahudi.

Selon Florent Pietrus, l’arrière-ailier du Mans aurait tendance à se prendre pour un cainri. Mais Kevin Seraphin, en bon rookie, n’est pas épargné. Certains de ses coéquipiers, Ali Traoré en tête, ont voulu faire pression, mais sans réussite, pour que la tâche de ranger les disques lui revienne.

Ensuite, pendant la deuxième partie de la séance, basée sur la cardio au centre Nelson Paillou, le groupe a été rejoint par Nicolas Batum. Et là encore, l’ambiance était plutôt à la déconne. Sur des sortes de coussins, les joueurs devaient faire l’équilibre, « à la manière d’un colibri » dixit le préparateur physique. Mais que dire de l’exercice de la corde à sauter… Si certains avaient tendance à faire du rab, comme Antoine Diot, d’autres auraient préféré esquiver la tâche comme Ali Traoré.

Pour clôturer la séance matinale, les joueurs ont travaillé la vitesse et les appuis au sol. Deux par deux pour les parcours, les joueurs s’encourageaient mutuellement, sans esprit de compétition en finissant la séance par des étirements. Bilan : pas de joueurs véritablement hors de forme malgré quelques disparités. Le niveau a d’ailleurs plutôt rassuré le sélectionneur Vincent Collet qui a dressé un bilan plutôt positif de ces deux premiers jours.

« Depuis hier, la priorité est donnée aux aspects médicaux. Ça va encore être le cas sur l’ensemble de la journée. Les derniers jours de stage nous permettront de travailler davantage. Il était important d’évacuer d’abord tout ce qui concerne le médical. Le stage sera ensuite essentiellement basé sur le travail physique. Pour l’instant, ça se passe bien. On travaille par groupe à chaque fois sur les demi-journées.

Concernant les bilans, sous couvert du secret médical, que nous transmettent les médecins vont plutôt vers le sens d’un sérieux de bon aloi de la plupart. Les premiers tests sont plutôt positifs. On a récupéré, de toute façon, un groupe en meilleur état que l’an passé. La semaine qui vient va être aussi l’occasion de développer notre potentiel physique et athlétique pour pouvoir aborder le stage basket de Pau avec un niveau plus homogène. Là on a des joueurs un petit peu en retard, qui ont subi des pathologies. On va profiter de cette semaine pour essayer de les faire progresser. »

Le travail ne fait donc que commencer…

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.